▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Les tablettes numériques : quel intérêt pour l’école ?

mis à jour le 21/06/13

Bilan d’un an d’usage des tablettes en classe. En trois mots : ergonomie, autonomie, connexion.

Ergonomie

La tablette est un outil mobile qui démarre vite et plante peu. Aussi elle circule dans la classe, la salle d’arts visuels, au gymnase et en visite au musée ; l’activité de l’élève en est d’autant plus stimulée et soutenue. Elle suit l’élève et la classe dans le mouvement à la différence d’un ordinateur, même portable.

Le micro et l’appareil photo, quand il existe, ouvrent des possibilités inédites. Les prises de son et de vue se font de façon fluide et intuitive. Aucun apprentissage technique ni réglage contraignant ne vient entraver l’intention de l’élève.

Le travail sur la langue, orale ou écrite, prend une ampleur inattendue et bénéfique. Écouter, lire, dire, écrire, illustrer s’étayent mutuellement.

La tablette « donne à voir » dans l’instant, quand l’élève est encore dans sa dynamique et comprend, à chaud, les améliorations à apporter. Il les effectue souvent spontanément, sans même y être invité par l’enseignant.

L’attrait des applications sollicite l’activité et l’encourage.

 Paroles d’enseignants

« L’ipad permet à l’enfant de voir rapidement le résultat de son travail. Ainsi, s’il ne le satisfait pas, il a la possibilité de le refaire sans que la tâche soit immense et décourageante par avance. »

« La possibilité de corriger rapidement et facilement leurs erreurs d’enregistrement favorise la prise de conscience des difficultés de langage chez certains enfants. »

« Pour les élèves non-francophones, la possibilité d’enregistrer sa voix est extrêmement simple, le retour immédiat. La possibilité de s’enregistrer à nouveau permet d’être plus à l’aise et d’éviter les blocages. »

Lire

Quelles applications pour les tablettes en maternelle ? applications iOS testées par Véronique Favre

Autonomie

Les batteries des tablettes tiennent longtemps la charge, certes, mais il est plutôt question ici de l’autonomie des élèves !

La mobilité de la tablette induit une alternance de modalités de travail : individuelle, par binôme, en petit groupe. Les situations d’échanges, les occasions d’argumentation et les opportunités de collaborations augmentent.

Les dispositifs pédagogiques qui procèdent par ateliers et par groupes ou qui s’appuient sur la réalisation de projets, intègrent rapidement ce nouvel outil. Une organisation de classe magistrale peut, au contraire, lui présenter une résistance.

Les activités traditionnelles, simplement transposées sur tablettes et conduites de façon analogique, apportent peu. Cependant des outils de référence, comme les dictionnaires et les tables de conjugaison, deviennent accessibles à des élèves plus jeunes. En effet, les supports papier nécessitent l’apprentissage d’une consultation spécifique qui en freine l’usage.

Enfin, la constitution, souvent informelle, de portfolios numériques, regroupant les productions des élèves, développe des modes d’évaluation différentes. Plutôt que de soumettre l’élève à un exercice pour vérifier l’acquisition d’une compétence, le professeur constate les progrès en consultant les productions et leurs évolutions dans le temps.

 Paroles d’enseignants

« Certaines applications, particulièrement BookCreator et Puppet PalsHD, sont des applications de création. Elles permettent un travail interdisciplinaire au sein de la classe. »

«Cette expérimentation me pousse à changer ma pratique professionnelle et s’inscrit dans la perspective de passer le Cafipemf l’année prochaine avec peut-être une spécialisation en TICE. »

« L’aspect annuel de l’expérimentation est essentiel, il m’a permis de voir évoluer la classe et ses compétences graduellement de novice à expert et a permis ainsi d’aller très loin dans les conduites autonomes et créatives des élèves d’une classe ; il est très intéressant de faire évoluer le contenu des tablettes, de constater les progrès, les niveaux qui changent, le plaisir des élèves à travailler avec ces supports. »

« Le prêt de plusieurs tablettes [plutôt qu’une seule] développe quantitativement et qualitativement les contenus. Créer pour montrer aux autres (camarades et familles) est une stimulation réelle (recette, matériel de motricité), livres, recueils, etc … »

Lire

Quatre tablettes et un abécédaire numérique dans la classe de Pierre Ressouches

Des tablettes et une bibliothèque sonore  dans la classe de Véronique Favre

Connexion

L’absence de connexion internet limite les usages pédagogiques notamment dans leurs aspects de publication et de communication.

Elle s’avère contraignante et chronophage pour rendre disponibles aux élèves des documents pédagogiques préparés par l’enseignant, regrouper les productions et mettre à jour le système d’exploitation et les applications.

Les chiffres du dispositif

  • Élèves concernés : 367
  • Niveaux des classes : tous niveaux (sauf CE2) et UPE2A
  • Enseignants investis : 15
  • Durées des prêts : entre 2 et 10 mois
  • Types de tablettes :
    • Asus : 5
    • W8 RT : 11
    • Acer : 12
    • Ipad 1 : 29
    • Ipad 2 : 9

Les FIP, formateurs en informatique pédagogique, de la Mission TICE 1er degré, ont assuré formation, suivi et valorisation.

L’an prochain, une formation hybride et un espace de travail commun compléteront les dispositifs de formation et d’échanges de cette année.