Bandeau

L'Etat - 2014-2015

Lundi 19 janvier 2015

 L'Etat

 

Jean Bodin, que l'on considère généralement comme le premier théoricien de la souveraineté moderne, entendue comme puissance absolue et seule source du droit civil, définit “l'estat d'une République” en fonction du nombre de ceux qui tiennent la souveraineté. L'état, au sens politique, suppose une république et désigne, à l'intérieur de l'ordre civil ainsi délimité, la possibilité d'une variation quant à la relation que les citoyens entretiennent avec la possession de la souveraineté: “[...] il faut voir en toute République, ceux qui tiennent la souveraineté, pour juger quel est l'estat” (Les Six livres de la République, II, 1). Nous sommes ici au seuil du processus historique de constitution de l'Etat moderne. L'Etat est d'abord un état, l'état d'une république. Il suppose un sujet dont il est un accident : l'Etat ne saurait être pensé indépendamment de l'ordre civil auquel il appartient. Mais dans la mesure où la république reçoit ses lois du souverain et où son état est lié à la possession de la souveraineté, l'état de la république tend à se séparer et à devenir le sujet qui décide de la constitution de la république; c'est maintenant la république qui apparaît comme dépendante de l'Etat.

Penser l'Etat en tant qu'il est à la fois inclus dans un ordre civil qui lui est antérieur et exclu de cet ordre parce que sa souveraineté législatrice décide de ce que doit être l'ordre civil, tel est l'enjeu d'une théorie de l'Etat. Deux séries de questions s'ouvrent alors. La première porte sur la définition de l'ordre civil qui engendre ou supporte l'Etat. Cet ordre est-il naturel ou artificiel ou encore est-il seulement juridique ou bien social ? La seconde série de questions touche la définition du souverain, son mode d'existence et l'étendue de sa puissance. Mais il faudra en outre comprendre si la synthèse de l'ordre civil et de la souveraineté est possible, autrement dit si l'Etat peut exister comme unité organique, ou s'il n'est rien d'autre qu'un problème, voire une énigme, si ce n'est l'abîme où risquent de sombrer l'ordre civil et la souveraineté.

Intervenants

  • 9 heures- 12 heures :François RONDELEUX : "Nietzsche et l'Etat"

Exposé sur La Généalogie de la morale et, en particulier, sur les §§ 16-18 de la deuxième dissertation. L'auditeur idéal aurait relu toute cette deuxième dissertation, mais aussi les §§ 15-21 de la troisième, car l'antagoniste de l'Etat, c'est le prêtre ascétique.

Nietzsche et l'Etat (logoPDFdocument PDF téléchargeable 243 Ko)

 

  • 14 heures -17 heures : Bruno KARSENTI, directeur d'études à l'EHESS. "L'Etat chez Durkheim"

 

Code :14A0010126 Module : 35871

Date : Lundi 19 janvier 2015
Lieu : Lycée Louis Armand (à confirmer)
Responsable : Stéphane Bonnet