Bandeau

Diaporama du musée de l'AP-HP

Tout le monde connait le musée de l'AP-HP, lieu-ressources des ST2S pour découvrir les origines des hôpitaux.(Voir l'excellent dossier ressource conçu par le RNRSMS). Mais connaissez-vous les ressources iconographiques, consultables en ligne sur le site du musée?

Histoire et hôpital

Supports

Le  Diaporama Les collections propose une illustration iconographique des principales évolutions de l'hôpital, replacées dans leurs contextes politico-sociaux, scientifiques.

Pistes d'exploitation

Illustrer les principales évolutions de l'hôpital
Analyser le poids de la religion et de facteurs scientifiques et socio-économiques dans la construction de l'hôpital moderne.

Idées principales

  • L'hôpital des pauvres: le poids de la religion
    La mission d'origine de l'hôpital n'était pas de soigner mais d'accueillir les plus pauvres c'est à dire de les nourrir, les laver.
    La gestion par l'Eglise offrait de nombreux avantages, puisque les religieuses, ayant fait veut d'obéissance  et de pauvreté (et de chasteté), constituaient un personnel malléable et "gratuit", motivées par leur seul volonté d'obtenir le salut de leur âme après leur mort, au paradis, en échange de leur dévouement aux pauvres.
    L'aspect "médical ou paramédical" de la prise en charge est totalement absent et ceci pendant de très longs siècles. Malnutrition et maladies étant confondues, le soin consiste à donner du vin, de la nourriture et un lit pour se reposer. Le paradoxe réside dans le fait qu'à l'hôpital on accueille des invalides, des pauvres, des personnes âgées, des enfants, des malades mentaux...bref tout le monde sauf les riches et ...les malades.
    En revanche, une fois entrées, ces personnes tombaient effectivement malades puisqu'elles se partageaient un lit à plusieurs et que la contagion se répandait très vite. Entre l'insalubrité, la contagiosité, les "infections nosocomiales", les erreurs médicales, le taux de mortalité à l'hôpital au Moyen âge était d'environ 1 décès pour 4 entrants.
  • L'hôpital des malades: le poids du contrôle social
    C'est au 17ème S. que les hôpitaux vont voir leur mission limitée aux soins des malades. En effet, le pauvre n'est plus perçu comme un saint mais comme un être paresseux, déviant, malsain et dangereux. Ces nouveaux "déviants"  sont donc enfermés (prostitués, enfants fugueurs, mendiants, voleurs etc) dans des endroits spéciaux et vont servir de main d'oeuvre pour construire et peupler les colonies françaises. Les malades restent à l'hôpital, il faut désormais les "soigner".
  • L'hôpital hygiènique: le poids de la mortalité et la laicisation de la France
    Tout au long du 19ème S., la tendance consistera à chasser les religieuses de l'hôpital, à le laïciser. De nombreux obstacles apparaissent cependant: d'une part, les religieuses acceptaient de travailler sans congés, sans salaire; le personnel laïc non! D'autre part, les médecins refusent de soigner les patients de l'hôpital et préfèrent exercer dans les riches familles.
    En 1771, une loi impose aux médecins l'exercice de la médecine au moins quelques heures à l'hôpital et en 1878, sont créées les premières écoles d'infirmières.
    C'est une époque où de nombreux progrès médicaux apparaissent mais sans véritable résultat: lavements, saignées, trépanations, amputations tuent encore beaucoup.
    Pourtant les médecins comprennent que ce public de l'hôpital constitue un matériau extraordinaire sur lequel on peut pratiquer des expérimentations, des autopsies sans que personne ne proteste (trop fort).
    L'anatomoclinique va énormément progresser et l'hôpital se sectorisera en fonction des organes étudiés.
  • L'hôpital moderne: Les "révolutions médicales"
    Vaccination, tubages, rayons X, anesthésies, prévention collectives en direction des mères et des nourrisssons marquent un tournant et rendent possibles les 1ères spécialisations en médecine: pédiatrie, cancérologie etc.

Progrès médicaux

Supports

Les  Diaporamas  Les collections médicales (et paramédicales) et  Les collections pharmaceutiques  proposent une illustration des principaux instruments utilisés en médecine du 19ème s. au 21ème S.

 

Pistes d'exploitation

Illustrer à travers les "outils" médicaux et paramédicaux les progrès médicaux.
S'interroger sur la place de la technique dans ces progrès.
Il peut être intéressant de faire construire aux élèves un tableau chronologique présentant pour chaque date, l'outil, instrument, matériau inventé/utilisé et d'en déduire le progrès médical qui en découlera.

Enfance et hôpital

Supports

Les  diaporamas Une histoire en images de l’accueil de l’enfant à l’hôpital et L’hôpital et l’enfant : l’hôpital autrement  montrent les évolutions de l'accueil de l'enfant à l'hôpital.
(Ils peuvent être éventuellement complétés par les diaporamas Les hôpitaux pédiatriques  et La construction de la maternité Armand Trousseau )

Pistes d'exploitation

Repérez les principales évolutions des modalités d'accueil de l'enfant à l'hôpital.
Analyser en quoi elles témoignent de l'évolution des droits de l'enfant hospitalisé.

Architecture

Supports

Les  Diaporamas L’architecture hospitalière  et  Demain sera meilleur…Hôpital et utopies  proposent une iconographie très riche des évolutions de l'architecture hospitalière

 

Pistes d'exploitation possible

Illustrer en quoi les progrès des connaissances médicales et les évolutions des missions attribuées à l'hôpital vont influencer l'architecture des bâtiments hospitaliers français.

Divers

La constitution d’un groupe social : les médecins

Supports

Le  Diaporama Ordre et désordre à l’hôpital : l’internat en médecine   raconte l'histoire de l'internat en médecine

Pistes d'exploitation possible

Illustrer la notion de groupe social
Illustrer les fonctions normative, distinctive, identificatoire d'un groupe social

Intégrer les différences culturelles dans les pratiques hospitalières…

Supports

Le  Diaporama 1935-2005 : l’hôpital Avicenne, une histoire sans frontières    

Pistes d'exploitation possible

 Illustrer l'adaptation des pratiques hospitalières à des cultures spécifiques.