Le projet académique en actions

Le projet de l’académie de Paris décline les priorités définies par la loi d’orientation de refondation de l’école en les adaptant aux réalités du territoire parisien.

Si nous pouvons être fiers des résultats des élèves de l’académie, qui se situent au-dessus de la moyenne nationale, nous sommes aussi conscients des fortes disparités que cette moyenne recouvre : l’académie ne parvient pas encore suffisamment à réduire les inégalités scolaires.

Le projet académique 2013-2016 repose sur trois ambitions fortes présentes dans chacun des cinq axes : la prise en compte de la diversité du public parisien ; la recherche de l’équité et d’une plus grande mixité ; le renforcement des articulations et de la cohérence entre les différents cycles et degrés d’enseignement.

Cette présentation numérique du projet, en illustrant au fil de l’eau toutes les actions mises en place sur l’académie, permettra à chacun d’être le témoin de sa construction.



François Weil François Weil
Recteur de l’académie
Chancelier des universités de Paris

Construction du projet académique : la démarche

S’appuie sur un état des lieux prenant en compte une analyse

  • du bilan du précédent  projet (points de réussite, obstacles et impact du projet sur la vie de l’académie) et dans le cadre d’un travail étroit des pilotes académiques  avec le pilote de chacun de ses axes.
  • des caractéristiques de l’académie mises en évidence par l’ensemble des indicateurs disponibles, notamment ceux mobilisés lors du dialogue de gestion

Le choix des nouveaux axes

Un fil conducteur  et des objectifs communs 

  • une meilleure prise en compte du public parisien pour améliorer l’équité et favoriser une plus grande mixité
  • la construction de parcours adaptés pour chaque élève dans une recherche permanente de continuité

Deux questions 

  • quels axes de l’ancien projet doivent être prolongés ?
  • quelles nouvelles priorités doivent être affichées ?

La construction du nouveau projet

Un traitement centré davantage sur l’élève et le personnel dans son rapport à l’organisation. Ainsi les problématiques du handicap et de la voie professionnelle notamment n’ont  pas été traitées dans un axe spécifique mais intégrées à part entière dans chacun des axes.

Le projet dans son ensemble est construit avec une volonté d’implication de l’ensemble des acteurs :

  • pour le pilotage de chaque axe (pilote et copilotes 1er et 2nd degré)
  • pour la constitution des groupes de pilotage (présence d’inspecteurs, de personnels de direction, d’enseignants, de représentants de services…)
  • pour leur mode de fonctionnement (consultation des représentants élus des parents, des enseignants, des personnels de direction, des inspecteurs, des élèves …)

Les groupes de pilotage ont deux vocations complémentaires :

  • une mission d’observatoire (état des lieux, recensement des bonnes pratiques, apports théoriques, séances de réflexion sur des thématiques précises comme celles du handicap, du numérique, de la formation…)
  • une position de conseil au pilotage académique

Le projet doit pouvoir s’enrichir et évoluer sur les trois ans

Le projet comme outil de pilotage académique

  • Il fédère l’action de l’ensemble des acteurs de l’académie
  • Il se décline aux différents niveaux de l’académie : Programme de Travail Académique des inspecteurs (PTA), projet d’école, projet d’établissement…
  • Il donne de la cohérence.

Présentation des groupes de pilotage

  • Un copilotage académique du projet : Mmes Carrara et Civiale
  • Un pilote par axe accompagné de deux copilotes avec une représentation systématique du 1er et second degré (CF tableau ci-dessous).

Mission du pilote

Elle est définie par une lettre de mission dont les axes principaux sont les suivants :

  • Animer et coordonner le groupe de pilotage
  • Assurer par le biais des copilotes la continuité et la cohérence entre premier et second degré sachant que les copilotes sont chargés du déploiement des actions  sur chacun des cycles en lien avec le pilote
  • Rendre compte au « comité de suivi et d’évaluation » de la mise en œuvre du projet académique en appui sur des indicateurs choisis
  • Un groupe de pilotage par axe constitué de : un IPR – IEN – IEN ET – un chef d’établissement – un conseiller technique ou un chef de division, la DAVL, le PVS selon la thématique - un enseignant personne ressource pour chaque degré d’enseignement  - un représentant du supérieur. 8 à 10 personnes maximum. 

Mission du groupe de pilotage

  • préciser le diagnostic
  • définir des objectifs opérationnels et  les décliner en actions
  • proposer un calendrier pour leur mise en œuvre
  • établir une courte liste d’indicateurs permettant une évaluation régulière de l’avancée du projet 
  • Un comité de suivi et d’évaluation composé du Directeur, du Vice-chancelier, des DASEN, du DAASEN , du DASEN1 adjoint, des doyens du 1er et second degré, des pilotes du projet académique 

Mission du comité

Veiller à la réalisation des objectifs du projet académique, en s’appuyant sur des indicateurs quantitatifs et qualitatifs.

Numérique

Pilote :
Philippe Taillard

Copilotes :
Vincent Larronde
Jean-François Fontaine

Culturel

Pilote :
Xavier Chiron

Co pilotes :
Jean-Marc Huc
Rachid Azzouz

Ouverture et langues

Pilote :
François Neuville

Copilotes :
Odette Mensa
Juliette Larrosa

Continuité des parcours

Pilote :
Sandrine Royer

Copilotes :
Marie Annick Dubois Lazarotto
Laurent Hugot

Diversité et climat scolaire

Pilote :
Émilie Noubadji

Copilotes :
Didier Wallon
Benoît Verschaeve

Faire entrer l’académie de Paris dans l’ère du numérique

Si depuis plusieurs années des étapes ont été franchies de manière incontestable au sein des établissements parisiens, tant dans les domaines des réseaux et équipements informatiques que dans ceux des pratiques pédagogiques, il s’agit dorénavant d’apporter des réponses concrètes, plus ambitieuses et plus globales à ce qui devient un point de basculement majeur du numérique éducatif. L’impératif qui s’impose à tous les acteurs de l’académie est de viser une diffusion large des pratiques pédagogiques du numérique dans l’ensemble des écoles, collèges et lycées, au sein de toutes les disciplines et à l’ensemble des générations de professeurs.

La refondation de l’École prend en compte la révolution opérée par le numérique, qui fait évoluer rapidement savoirs et apprentissages. Cette mutation brise tous les cloisonnements et transforme les idées mêmes de classe et de cours. Il s’agit d’instruire dans l’espace scolaire des moments de formation des élèves, de plus en plus fréquents, fondés sur l’individualisation des tâches, la prise en compte de l’autonomie et de la responsabilité, le goût de la recherche et de productions personnalisées, l’échange et le partage des ressources et productions. La mutualisation des réflexions et des supports, le travail collaboratif sont des conditions de ces évolutions pour les usages des enseignants.

La fracture numérique réside moins dans la possession et l’appropriation des matériels et outils, largement diffusés dans la société. Elle se creuse dorénavant dans le domaine des usages, de plus en plus socialement et culturellement différenciés. L’école de la République a pour mission, dans le strict respect de ses valeurs, de faire en sorte que le numérique puisse contribuer à apporter une plus grande efficacité professionnelle aux enseignants et de plus grandes chances de réussir pour tous les élèves.

  1. Améliorer l’acquisition des capacités et compétences des élèves par les usages pédagogiques du numérique
  2. Instaurer des modalités de formation adaptées aux évolutions technologiques et scientifiques
  3. Mettre en oeuvre une gouvernance académique et une politique du numérique plus visibles

1er objectif : Améliorer l’acquisition des capacités et compétences des élèves par les usages pédagogiques du numérique.

Développer le numérique au service des apprentissages et de l’orientation.

Actions

  1. Création d'un programme d'animations DANE en établissement.
    Deux animations portent sur ce thème :
    • Améliorer les apprentissages des élèves grâce au son et à l'image ;
    • Utiliser le numérique pour développer les compétences écrites des élèves.
  2. améliorer, via le numérique, la maîtrise des langues vivantes étrangères par des échanges avec des classes étrangères.
  3. Faciliter l’accès aux ressources culturelles et scientifiques.
  4. Faciliter l’accès aux outils d’aide à l’orientation.
  5. Développer l’usage des manuels numériques.
  6. Identifier, dans les usages en classe, les plus-values pédagogiques apportées aux apprentissages, pour une meilleure communication et diffusion.

    Voir les actions mise en place en 2013-2014

Former au numérique et dynamiser les pratiques collectives, de manière autonome et responsable.

Actions

  1. Former les élèves aux usages responsables de l’informatique et de l’Internet, au respect des règles juridiques et déontologiques.
  2. Sensibiliser les familles sur les usages responsables d’Internet et la prévention des phénomènes de cyberviolence
    Mise à disposition du guide Cyberviolence sur le site Numérique éducatif.
  3. Susciter le travail collaboratif entre élèves, la créativité et la production au sein des classes.

Mettre en œuvre la continuité et l’individualisation des apprentissages entre la classe, le hors-classe et le hors-école

Actions

  1. Développer les usages pédagogiques des ENT au sein de la communauté scolaire élargie.
  2. Offrir des services sécurisés permettant les échanges synchrones ou asynchrones à des fins de suivi et d’accompagnement des élèves, notamment des élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage ou de scolarisation
    • Promotion des outils académiques auprès des enseignants pour l’organisation d’une classe virtuelle permettant l’aide aux devoirs, l’aide personnalisée ou des réunions entre pairs.
  3. Expérimenter le service D’COL d’accompagnement individualisé des élèves de 6ème.
    • Expérimentation de D’Col dans 25 collèges parisiens. Présentation de D’Col dans les ateliers de la JAINE 2014 (lien vidéo en attente)
    • 2014-2015 : poursuite de l’utilisation de cet accompagnement interactif des élèves de 6ème.
  4. Mettre en œuvre de nouvelles modalités d’évaluation utilisant les potentialités du numérique.

2ème objectif : Instaurer des modalités de formation des personnels adaptées aux évolutions technologiques et scientifiques.

Instaurer une veille pédagogique et technologique sur le numérique éducatif.

Actions

  1. Créer un observatoire des usages, du mouvement des idées, ouvert sur les autres académies et l’étranger, chargé de promouvoir une veille scientifique et technologique, dans le but de nourrir les décisions du comité de pilotage.
  2. Développer des centres de ressources spécifiques sur des usages du numérique pédagogique situés dans les établissements et coordonnés par l’observatoire.
  3. Charger les groupes académiques, formateurs en informatique pédagogique (FIP) et groupes pour l’intégration pédagogique des TIC (GIPTIC) de prendre en charge l’expérimentation de technologies émergentes.
    • Augmentation du réseau des GIPTIC (passage de 15 à 17 groupes) chargés d’expérimenter dans leurs domaines disciplinaires.
    • 2014-2015 : imposition à chaque GIPTIC – dans leur programme de travail – de mener une expérimentation avec la publication d’un article.

Développer un plan ambitieux de formation.

Actions

  1. Mettre en place un cycle de séminaires pour l’encadrement afin de créer une culture commune.
  2. Mettre en place des formations spécifiques pour les référents numériques et CoDSI.
  3. Impulser, former et accompagner les équipes pédagogiques au sein des établissements par des animations in situ avec le réseau des conseils pédagogiques numériques (CPN) et des formateurs en informatique pédagogique (FIP).

Développer la formation par le numérique.

Actions

  1. Conférer au portail pédagogique académique une dynamique accrue en matière de formation à distance (tutoriels, actualisation des connaissances, séquences et ressources pédagogiques) et de mutualisation des pratiques au plan académique (espaces membres et collaboratifs.
    • Développement sur plusieurs espaces pédagogiques d’un l’espace membres, pour favoriser la mutualisation des ressources pédagogiques.
    • 2014-2015 : refonte de l’espace Numérique éducatif du PIA pour une meilleure ergonomie et faciliter l’accès aux informations et aux ressources.
  2. Développer l’accès aux ressources numériques dans les établissements par une politique de rénovation des CDI (transformés en centres de culture et de communication.
    • 2014-2015 : expérimentation de l’usage de tablettes au CDI du lycée Victor-Duruy.
    • Création d’un dispositif de formation au PAF 2014-2015, dédié aux professeurs documentalistes.
    • Utiliser les didacticiels en ligne (CNED, CNDP, éditeur privé) ainsi que les parcours de formation hybrides M@gistère pour des apprentissages autonomes, différenciées.

3ème objectif : Mettre en œuvre une gouvernance académique et une politique du numérique plus visibles.

Créer une nouvelle organisation fondée sur l’unicité du pédagogique.

Actions

  1. Instaurer un mode de pilotage articulant un comité de pilotage, organe exécutif du numérique éducatif, l’observatoire des pratiques, et la délégation académique au numérique chargée de mettre en œuvre les orientations académiques.
    • Création en septembre 2013 de la délégation académique au numérique éducatif (DANE) avec un délégué académique au numérique (DAN) aidé de deux adjoints, l’un pour le premier degré et l’autre pour le second degré.
    • Création d’un comité de pilotage unique du numérique réunissant la DANE et la DSI.
    • 2014-2015 : création d’un observatoire des usages du numérique pour suivre le développement des outils et des services, pour développer un corpus de connaissances et pour informer la communauté.
  2. Améliorer la lisibilité de l’offre des services numériques et du rôle fonctionnel de chaque service concourant à son déploiement dans l’académie (DAN, DSI, DAFOR).
    • Rencontre par la DANE de tous les acteurs académiques fournisseurs de services numériques afin de constituer un catalogue des services numériques global, intégrant toutes les formes d’accompagnement pour la conduite du changement. Lien vers le catalogue de services numériques
  3. Associer les collectivités territoriales aux orientations académiques dans le cadre du comité académique de pilotage, en séance de gouvernance territoriale.

Développer et dynamiser les actions et relais au plan local.

Actions

  1. Trouver les conditions d’un pilotage pédagogique partagé (chef d’établissement inspecteurs) pour une impulsion conjointe.
  2. Intégrer un axe consacré au numérique pédagogique au sein du projet d’établissement ou d’école.
    • La problématique du projet d’établissement ou d’école ainsi que la création d’un conseil numérique a été abordée lors du deuxième séminaire du 24 mars 2014 à destination de l’encadrement.
    • 2014-2015 : animation du réseau des référents numériques pour accompagner le chef d’établissement dans la définition d’un axe consacré au numérique dans le projet d’établissement.
  3. Encourager le rôle des référents numériques dans les établissements, comme animateur local des équipes pédagogiques sur le plan des usages (commission numérique), et celui des CoDSI pour ce qui concerne la maintenance de premier niveau.
    • Reconstitution du réseau des référents numériques, établissement d’une lettre de mission co-signée par le DAN et le chef d’établissement. Désignation d’un chargé de mission au sein de la DANE pour animer le réseau des référents numériques.
    • 2014-2015 : formation spécifique d’une partie des référents numériques.
    • Animation du réseau des correspondants DSI, en charge de l’assistance technique locale, par la DSI.
  4. Structurer et organiser le travail en équipe en établisseme
  5. Créer et suivre, à l’instar du collège connecté, une école et un lycée numériques, en lien avec la collectivité compétente.
    • Suivi et accompagnement du projet numérique du lycée Arago et de l’école élémentaire Milton.
    • Suivi et accompagnement du collège connecté Beaumarchais.
    • 2014-2015 : suivi et accompagnement en lien avec la Région d’une classe numérique au lycée Montaigne. Suivi et accompagnement en lien avec la Région d’un projet de centre de documentation avec tablettes au lycée Victor-Duruy.
    • 2014-2015 : élaboration avec la Direction du numérique pour l’éducation (DNE) et le SGMAP d’un programme de formation (méthodologie, conduite de réunion, conduite du changement…) pour professionnaliser les DAN et leurs conseillers pédagogiques numériques afin d’accompagner les établissements dans leur projet numérique.

Valoriser les pratiques du numérique.

Actions

  1. Diffuser et valoriser les réussites académiques à l’occasion de rencontres académiques, nationales ou internationales, et en les diffusant sur les réseaux sociaux publics.
    • Valorisation des pratiques innovantes lors de la JAINE avec 20 ateliers et trois tables rondes faire la démonstration de vraies pratiques pédagogiques efficaces et transférables pour entrer concrètement dans l’ère du numérique.
    • Communication sur l’évènement JAINE 2014 via les réseaux sociaux.
    • Présentation, lors du séminaire national sur les collèges connectés (collèges CoCon) le 22 mai 2014 à Paris, de la démarche d’accompagnement spécifique du collège connecté Beaumarchais (témoignage de l’équipe de direction et présentation de l’accompagnement par le DAN).
  2. Créer des démonstrateurs de pédagogies par le numérique (vidéo-minute).
    • Création d’une WebTV rendant accessible à l’ensemble des acteurs de l’académie des évènements et des pratiques en classe ayant fait l’objet d’une captation vidéo dans l’académie. Cette chaîne académique constitue une vraie collection de ressources vidéo pour la veille et la formation des enseignants et de l’encadrement.
    • Production de ressources par les GIPTIC mises à disposition sur les espaces pédagogiques du PIA.
  3. Créer une lettre numérique sur les orientations académiques et le suivi de mise en œuvre de l’axe 1 du projet académique, sur les expérimentations et productions remarquables.
    • Désignation d’un chargé de mission à la DANE pour la communication et la diffusion des usages numériques.
    • 2014-2015 : mise en place d’une Newsletter consacrée au numérique.
  4. Repérer les enseignants usagers du numérique par les inspecteurs et les personnels de direction pour leurs confier des missions académiques.
    • Constitution de tous les réseaux d’enseignants impliqués dans le numériques (formateurs, référents numériques, membres GIPTIC, conseillers pédagogiques numériques, animateurs, FIP,…). Intervention d’enseignants de ces réseaux lors des deux séminaires et de la JAINE et de démonstrations d’usages au collège connecté.
  5. Valoriser l’engagement et le travail des formateurs, enseignants dans ce domaine par une politique de promotion (palmes académiques, promotions de corps et de grades).

Promouvoir une politique culturelle ambitieuse au ​service de tous

L’axe culturel du précédent projet académique a permis de développer les partenariats avec des institutions ​culturelles,d’accroître sensiblement la fréquentation du public scolaire parisien,et de renforcer les relations au profit de la culture scientifique et technique.

Les écoles,collèges et lycées se sont approprié cet axe culturel,en mettant en place un volet culturel de leur projet spécifique.Il reste à renforcer le fonctionnement des équipes éducatives en matière d’action culturelle(liens entre les disciplines et inter-degrés). L’attention particulière portée à l’éducation prioritaire(chaque réseau ECLAIR ayant construit un projet culturel appuyé sur des ressources locales) doit être maintenue et servir d’exemple. Il faut valoriser les actions contribuant à la mixité et à l’équité.

Les perspectives, dans le cadre d’une poursuite de l’objectif général,sont marquées par le renforcement ​des relations avec les collectivités locales,la mise en place des parcours de l'éducation artistique et culturelle,la mobilisation des équipes éducatives au service de ces parcours et la mise à profit des ressources numériques culturelles.

L’axe 2 du projet académique 2013/2016,intitulé «​Promouvoir une politique culturelle ambitieuse au service de tous », définit deux grands objectifs académiques :

  1. Développer, avec les institutions culturelles et les collectivités territoriales, les dispositifs d’accès​ de tous à la culture​
  2. Développer le volet culturel des projets d’école ou d’établissement, en lien avec les enseignements, pour ​ contribuer à la construction des parcours d’éducation artistique et culturelle​

1er objectif : Développer, avec les institutions culturelles et les collectivités territoriales, les dispositifs d’accès ​de tous à la culture

Valoriser les relations partenariales avec les institutions culturelles, dans la diversité de leurs apports (notamment pour l’exploitation des ressources numériques et leurs contributions à a formation continue).

Actions

  1. Valoriser les pratiques d’utilisation des ressources numériques et culturelles.
    Cette action a débuté par une présentation en Sorbonne, le 15 janvier 2014, d’ateliers proposés aux enseignants sur le thème « Culture et numérique : appropriation et partage de ressources, dans et hors la classe »
  2. Développer le recours aux relations partenariales menées en direction de certains publics spécifiques ou les plus éloignés des pratiques culturelles, en suscitant le développement de ressources et dispositifs spécifiques et en inscrivant le recours à l’action culturelle comme un véritable outil de formation et d’ouverture
  3. Faire de « 2015, année de l’accessibilité pour les personnes handicapées » un temps fort pour la mise à profit de « ressources culturelles accessibles », en prenant en compte la variété des situations des élèves concernés et en valorisant les collaborations menées avec certaines institutions culturelles

Renforcer la cohérence de la mise en œuvre de l’ensemble des dispositifs d’éducation artistique et culturelle (EAC) proposés aux écoles et établissements scolaires.

Actions

  1. Généraliser l’utilisation d’outils de suivi de l’action culturelle au niveau de chaque école ou établissement, en lien avec la mise en place des parcours d’EAC (tant du point de vue de l’école ou de l’établissement que du point de vue de l’élève)
    Voir le bilan établi en juin 2014 par la MAEP des principales actions culturelles menées dans les réseaux d’éducation prioritaires avec les institutions culturelles partenaires de l’académie.
  2. Améliorer la synergie des actions menées au sein des écoles et des établissements (en développant les échanges d’informations avec les partenaires institutionnels sur les dispositifs mis en œuvre et en améliorant leur articulation)
    Expérimentation Folios

2ème objectif : Développer le volet culturel des projets d’école ou d’établissement, en lien avec les enseignements, pour contribuer à la construction des parcours d’éducation ​ artistique et culturelle​

Favoriser, par les pratiques artistiques et culturelles, l’acquisition du Socle commun.

Actions

  1. Renforcer le recours à la formation continue pour contribuer à l’efficacité du volet culturel du projet d’école ou d’établissement, et pour contribuer au développement des pratiques pluridisciplinaire, notamment en développant à la rentrée 2014 des formations d’initiative locale
    Le développement des formations d’initiative locale en faveur de l’action culturelle est déjà bien engagé
  2. Définir, au sein de chaque conseil école /collège, des objectifs partagés pour la construction des parcours d’éducation artistique et culturelle (EAC), en renforçant les pratiques communes entre équipes pédagogiques, et en valorisant notamment le recours aux ressources locales de proximité, comme par exemple les bibliothèques municipales

Encourager les pratiques interdisciplinaires et les relations inter-degrés dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle.

Actions

  1. Travailler à la connaissance et à l’articulation entre activités scolaires, en lien avec les enseignements, et extrascolaires, notamment en mettant à profit
    • dans le premier degré, les relations avec les relais de l’action de la Ville
    • en collèges, les activités culturelles proposées dans le cadre de l’accompagnement éducatif
  2. Mutualiser, au niveau des bassins, des pratiques de mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle et de construction des parcours d’EAC

Construire une programmation pluriannuelle des activités scolaires et périscolaires contribuant aux parcours d’EAC

Actions

  1. Inscrire dans une progression pluriannuelle les activités culturelles (artistiques et scientifiques) menées en écoles et en établissements, en veillant à ce qu’elles bénéficient à tous et en mettant à profit la programmation de certains événements fédérateurs
    Un vademecum académique de la mise en œuvre des parcours d’éducation artistique et culturelle est en préparation (mise à disposition au 1er trimestre 2014/2015). Cette démarche sera complétée par la mise à disposition d’un tableau de bord de l’éducation artistique et culturelle.
  2. Mettre à disposition de chaque élève les éléments lui permettant de garder trace de son parcours d’éducation artistique et culturelle. L’académie de Paris s’est portée volontaire pour participer à une expérimentation nationale en ce sens
    Expérimentation Folios

1er objectif : Favoriser et diversifier la mobilité en impliquant tous les acteurs de l’École

Renforcer et développer les partenariats

Actions

  1. Conforter les accords de coopération inter-académiques décentralisés déjà engagés et en signer de nouveaux (Europe et pays émergents)
  2. Signer des accords de coopération éducative avec des régions, des villes et des entreprises françaises et étrangères permet de créer un cadre qui facilite les échanges et la mobilité

Inscrire l’ouverture internationale dans les projets d’écoles et d’établissements

Actions

  1. Renforcer le rôle auprès des directeurs et des chefs d’établissement des maîtres-ressources et des professeurs référents pour l’action européenne et internationale (ERAEI) afin d’apporter de la cohérence à l’ensemble des projets éducatifs
  2. Prendre appui sur les personnes ressources au sein des écoles et des établissements (Inspecteurs, équipes disciplinaires, administratives et de gestion, professeurs lauréats du programme Jules Verne…)

Soutenir la signature d’appariements entre les établissements de l’académie de Paris et leurs homologues à l’étranger

Actions

Les appariements sont indispensables pour favoriser la mobilité individuelle et collective des élèves, des classes, des enseignants et des personnels d’encadrement

  1. Mise à disposition d’une boîte à outil pour favoriser l’accès aux programmes de mobilité européens et internationaux
  2. Utiliser le service conseil de la DAREIC et l’expertise des chargés de mission (compétences géographique et thématique)
  3. Développer à destination des personnels, les stages, les périodes de formation et les missions en milieu professionnel à l’étranger

Développer en lien avec les autres axes du projet académique deux formes de communication complémentaires sur les actions menées dans l’académie

Actions

  1. Communication interne, développer une plateforme collaborative
  2. Communication externe faire connaître et valoriser les réalisations et aider aux mobilités européennes et internationales

2ème objectif : Améliorer la cohérence et la continuité des parcours pour étayer tissages en vue d’une meilleure maîtrise des langues vivantes

Généraliser la continuité inter-cycles et inter-degrés des apprentissages

Actions

La continuité des parcours implique la cohérence pédagogique tout au long des apprentissages.

  1. Elaborer un protocole académique définissant les actions de liaisons (école↔ collège / collège ↔ lycée GT ou lycée professionnel)
    Protocole élaboré, mise en place en cours.
  2. Faire évoluer les pratiques pédagogiques en renforçant l’oral et en tenant compte de la place de l’erreur

Développer une offre cohérente d’enseignement des langues et des différents types de sections selon les impératifs pédagogiques

Actions

  1. Elaborer une carte des langues décrivant l’implantation et l’organisation des dispositifs existants (CPN) et des formateurs en informatique pédagogique (FIP).
    En cours.

Développer l’enseignement d’autres disciplines en langues étrangères

Actions

En portant l’attention sur les aspects pédagogiques, l’enseignement de disciplines non linguistiques (DNL) et autres que linguistiques (DAL) en langue étrangère afin de favoriser des apprentissages innovants

  1. Utiliser les outils existants et mettre en synergie les apprentissages en utilisant le numérique
  2. Former les professeurs à la construction et à l’évaluation des compétences et à l’utilisation
    Ensemble des formations proposées aux enseignants de langues vivantes de l’académie de Paris. Lien accessible GAIA (Formations en inter-langues premier et second degré et en inter-degrés ; formation au numérique TNI, baladodiffusion, culture numérique et langues vivantes, ebook interactif, E-Twinning …)

Mettre en œuvre des parcours scolaires fluides et adaptés à chaque élève

On constate :

  • Une course à l'excellence dont la contrepartie est une difficulté à adapter au mieux les enseignements à la diversité et à l'hétérogénéité des élèves parisiens.
    Au regard des résultats nationaux, la réussite aux examens est juste moyenne, bien que le pourcentage de mentions soit élevé. Il apparaît bien que la prise en charge des élèves moyens est trop peu efficiente. Seule la réussite au baccalauréat STI2D et aux baccalauréats professionnels du domaine de la production est supérieure aux résultats nationaux, ce qui montre que la voie technologique et la voie professionnelle peuvent être des voies de réussite ;
  • Une forte attractivité de l'offre de formation supérieure parisienne en particulier en BTS et CPGE, mais une poursuite d'études en BTS pour les bacheliers professionnels et technologiques parisiens qui demeure insuffisante ;
  • Des parcours de formation très peu diversifiés, caractérisés par un fort déterminisme social et par des inégalités liées au genre persistantes, en témoignent :
    • un taux de passage important en 2de GT répondant à une forte demande des familles et une faible valorisation de l'enseignement professionnel. En 2013 : 72,3% de passage en 2de GT (à titre de comparaison : 65,4% passage 2de au niveau national,
    • une survalorisation de l'orientation en 1ère générale et tout particulière en 1ère S négligeant les séries professionnelles et technologiques. En 2013 : 70% de passage en 1ère générale dont 37,4% en 1ère S, 17% de passage en 1ères technologiques ;
  • une rupture marquée entre primaire et collège, collège et lycée, lycée et enseignement supérieur, qui ne facilite pas le suivi et l'accompagnement du parcours des élèves.
  1. Permettre à chaque élève de trouver sa voie de réussite
  2. Développer des parcours adaptés pour mieux préparer, accueillir, accompagner et faire réussir les élèves

1er objectif : Permettre à chaque élève de trouver sa voie de réussite

Développer les compétences permettant à tous les élèves de progresser et de réussir aux mieux leur parcours

Actions

    S’appuyer sur le socle commun de compétences, de connaissances et de culture comme cadre de référence :
    • pour tous les élèves, afin de donner de la cohérence aux apprentissages et de définir le niveau d’exigence attendu pour tous
    • pour les élèves à besoins particuliers, coordonner les différentes structures existantes sur les exigences du socle en particulier dans les enseignements obligatoires afin d’assurer une cohérence de contenu et permettre une poursuite d’études, une qualification et une insertion réussie.
    • Dès le primaire, développer l’évaluation en compétences dans les livrets périodiques, les PPRE, les PAS des RASED, les PPS, en cohérence avec le LPC.

Adapter l’enseignement à la diversité des besoins des élèves dès l’entrée en maternelle

Actions

    Accompagner l’élève dans l’acquisition de ses apprentissages en combinant exigence sur les contenus, bienveillance et adaptation de la progression pédagogique
  1. Réaliser le volet « continuité des enseignements » dans les projets d’école ;
  2. Réduire les retards d’âge en particulier à l’entrée au CE2 ;
  3. Permettre des adaptations et des accélérations dans les cycles ;
  4. Assurer le suivi des acquisitions des élèves à tous les niveaux ;
  5. Veiller à l’inclusion de tous les élèves en situation de handicap ;
  6. Développer les dispositifs innovants, les expérimentations et diffuser les bonnes pratiques.

Permettre à l’élève de construire un parcours individuel d’information, d’orientation & de découverte du monde économique & professionnel

Actions

  1. Dès le primaire, développer le partenariat avec les familles. Mise en œuvre de démarches de co-éducation type « mallettes des parents » avec l’aide de la DRONISEP.
  2. Diversifier les choix d’orientation en fin de 2nde.
  3. Déployer la formation des acteurs : équipes éducatives, encadrement, notamment pour les sensibiliser aux représentations et stéréotypes.
  4. Développer l’usage du Web classeur, expérimenter le FOLIOS et les différents outils numériques dont dispose l’académie.

2ème objectif : Développer des parcours adaptés pour mieux préparer, accueillir, accompagner et faire réussir les élèves

Identifier, créer et faire vivre des réseaux filières et plus généralement des réseaux d’établissements complémentaires

Actions

  1. Installer dans les usages courants la tenue du conseil école-collège.
  2. Mettre en œuvre des parcours adaptés aux différents profils des élèves parisiens.
  3. Développer la mise en réseau d’enseignements pour mutualiser des ressources & faciliter les parcours d’élèves. Mise en œuvre à la rentrée 2014 de dispositifs d’accueil en CAP et en 2de pro où les élèves se déterminent après avoir tourné dans les différents plateaux techniques d’un réseau d’un dizaine de lycées professionnels.

Sécuriser les parcours en développant les accompagnements personnalisés et assurer ainsi un véritable suivi, du primaire au supérieur

Actions

  1. Mettre en œuvre une démarche concertée de suivi de l’élève. Améliorer la prévention des difficultés dès l’école maternelle, développer les outils.
  2. Développer les démarches de sécurisation des parcours de type « cordées de la réussite ».
  3. Développer l’usage pédagogique des outils numériques de personnalisation des parcours et en assurer la cohérence de l’école au collège, au lycée et jusqu’à l’enseignement supérieur.
  4. Augmenter la plus-value globale des établissements parisiens en favorisant des modes d’enseignement adaptés aux élèves moyens.
  5. Favoriser la mixité sociale et scolaire.

1er objectif : Accueillir, expliciter, créer du lien

Faciliter l’appropriation des codes scolaires, des enjeux et des règles de fonctionnement de l’école

Actions

  1. Faire de l’accueil des élèves et des adultes un objet de travail partagé ; actualiser et /ou créer des outils académiques adaptés aux différents publics et partenaires
  2. Améliorer la communication et la circulation de l’information entre les différents personnels concernés, avec les partenaires de l’école, dont les familles.
    • Mieux structurer l’échange d’informations entre le rectorat, les écoles et les EPLE, dans le cadre de la préparation de la rentrée 2014.
  3. Accueillir dans l’académie, chaque année, tous les nouveaux personnels dans un cadre concerté des nouveaux personnels
    Poursuite des actions d’accueil des personnels (enseignants, adm, CUI, AED…)

Permettre aux élèves, aux personnels de s’approprier leur(s) environnement de travail

Actions

  1. Identifier des pratiques « qui fonctionnent » (impliquant les familles, les élèves) et échanger sur ce sujet dans les bassins de formation

Favoriser, encourager, accompagner le travail d’équipe au service de la continuité pédagogique

Actions

  1. Accompagner la mise en place des instances au service de la continuité (école/collège/lycée/enseignement supérieur)
    • 8 visites croisées (IEN-IA-IPR), dans les écoles, les collèges, préconisations
    • Bilan des conseils école, collège, préconisations
    • Travail mené dans le cadre du PTA sur la liaison bac Pro/BTS, cf. axe 4
  2. Développer les formations académiques sur les collaborations pédagogiques et éducatives
  3. Encourager le travail en réseau
    • 8 visites croisées (IEN-IAIPR), dans les écoles, les collèges, préconisations ;
    • Bilan des conseils école, collège, préconisations

2ème objectif : Prévenir et accompagner

À l’école, au collège, au lycée, viser une justice réparatrice

Actions

  1. Aider les équipes à faire du règlement intérieur un outil fonctionnel au service de l’éducation citoyenne et de l’engagement scolaire de l’élève
    • Mobiliser les CPE sur l’exclusion de cours, le lien école/familles (6 réunions de bassin, préconisations);
    • Prévenir le conseil de discipline, l’exclusion définitive ; accompagner les EPLE qui ont un nombre élevé de conseils de discipline, d’exclusions définitives (GT, préconisations).
      Consulter le calendrier des réunions chefs d’établissement, puis CPE
  2. Repérer, promouvoir et mutualiser les pratiques de justice réparatrice.

Améliorer la connaissance, le repérage, la prévention et le traitement des violences et du harcèlement entre élèves en particulier ; prévenir les situations de crise

Actions

  1. S’approprier les outils nationaux de formation, développer la formation académique sur site, les réunions inter-CVL
    • L’EMAS met en place un plan de formation (modalités diverses d’intervention)
  2. Mettre en place des protocoles de gestion des menaces et des crises.
    • Nombreuses formations « climat de classe » (FIL) en lien avec l’EMAS (guide WEB-vers l’approche systémique)
  3. Accompagner la mise en place des équipes relais (1er degré)
    • Un GT spécifique est mis en place, (mise en place d’équipes)
  4. Accompagner les équipes de direction pour élaborer une « politique éducative globale » dans le cadre de la contractualisation.
    • Elaboration d’une fiche (principaux « points d’appui ») pour le dossier de contractualisation
  5. Proposer une formation sur l’évaluation du climat scolaire.
    • Voir le plan académique de formation encadrement : « de l’autodiagnostic à l’auto-évaluation du CS »
  6. Elaborer un tableau de bord académique sur le climat scolaire.

Renforcer l’approche personnalisée des apprentissages : développer l’estime de soi, faire évoluer l’approche de l’évaluation

Actions

  1. Développer les formations et l’accompagnement des équipes sur l’approche par compétence et une évaluation bienveillante.
    • 8 visites croisées (IEN-IA-IPR), dans les écoles, les collèges, préconisations ;
    • Point sur les formations DAFOR (FIL) ;
    • Séminaire encadrement sur l’AP et les conseils école-collège ;
    • Mise en place d’un groupe de référents académiques et d’un groupe de réflexion inter-catégoriel sur l’AP avec rédaction d’un vademecum et refonte du site Accompagnement personnalisé.

Prévenir les difficultés professionnelles des personnels

Actions

  1. Professionnaliser le tutorat en direction des personnels
    • Formation des tuteurs (ESPE-DAFOR-inspection)
  2. Mieux communiquer sur les modalités académiques d’accompagnement personnalisé
    • Poursuite des actions engagées : formation des AVP à l’accompagnement des personnels en situation de handicap ; communication renforcée sur les ressources en matière de handicap.
  3. Renforcer l’accompagnement individuel et /ou collectif des cadres dans leur mission de gestion de ressources humaines.
    • 4 rencontres avec les gestionnaires ;
    • 15 rencontres avec les directeurs d’école ;
    • 1 rencontre avec les chefs de bureau ;
    • Sensibilisation sur les risques psycho-sociaux, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, notamment auprès des personnels en situation de handicap .

Mieux accompagner les personnels en souffrance ou victimes de violence

Actions

  1. Accompagner les personnels d’encadrement dans le repérage, la prévention et le traitement des situations de souffrance au travail.
    • Suite du Séminaire RPS : accompagnement de la réflexion au sein des Conseils d’IEN, collèges d’inspecteurs, réunions de bassin, réunions chefs de division : propositions d’actions de prévention et d’accompagnement.
  2. Faire vivre le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) comme «espace de réflexion et de dialogue », en s’appuyant notamment sur des experts et des partenaires.
  3. Favoriser la mise en place, d’espaces de parole formels (type CHSCT) ou informels dans les services, écoles et EPLE.
    • Accompagner les PERDIR volontaires dans la mise en place de ces espaces de parole.
  4. Aider les écoles, les EPLE à établir un diagnostic sur les conditions de travail et à en exploiter les résultats.

3ème objectif :Promouvoir et valoriser

Renforcer l’acquisition par les élèves des compétences sociales et civiques, leur évaluation et leur prise en compte dans le parcours de formation.

Actions

  1. S’appuyer sur les expériences innovantes, diffuser « des actions réussies ».
  2. Proposer une formation académique interprofessionnelle sur l’évaluation des compétences sociales et civiques des élèves.
    • Formation sur les compétences psycho-sociales (à partir d’une formation de formateurs, par exemple)

Encourager la participation et l’engagement des élèves dans la vie de l’école, de l’EPLE

Actions

  1. Pérenniser la formation des référents Vie lycéenne, produire des recommandations académiques, en s‘appuyant sur les bilans de la formation), assurer leur diffusion.
    • Rencontre avec les RVL et vice-présidents de CVL, rédaction de recommandations, en vue des semaines de l’engagement, rentrée 2014.
    • Rentrée 2014 : réunions pour préparer les élections, sur des objets spécifiques (créer une MDL, créer un journal lycéen).
  2. Accompagner la mise en place de conseils de vie collégienne, de conseils d’élèves à l’école.
    • Expérimenter la mise en place d’espaces de parole pour les élèves (CVC, conseils d’élèves, heures de vie de classes renforcées), traces écrites.
      Consulter le compte-rendu du séminaire CARDIE du...
  3. Favoriser la mutualisation des projets initiés par les élèves.
    • Création d’une plateforme d’entraide (CAVL) pour :
      • valoriser les projets à l’initiative du CAVL, des CVL et ou MDL ;
      • mettre à disposition de « valise-outils »thématiques ;
      • animer un forum.
  4. Accompagner la mise en place des semaines de l’engagement, de la charte de la laïcité.
    • Formation des RVL sur ce thème (engagement), intervention des élus dans les classes de 2de.
    • CAVL spécial sur la laïcité ; rencontre avec des jeunes (Maroc, Liban, Espagne) avec la DAREIC ; envisager une rencontre un représentant du HCI.

Développer les collaborations entre écoles, EPLE, le travail en réseau pour faire connaître les projets valorisant initiative et responsabilisation

Actions

  1. Intensifier le travail en réseau en s’appuyant sur les bassins (projets école/collège, inter-EPLE, inter-CVL, inter-CESC).
  2. Proposer une formation inter-catégorielle sur le développement de la vie lycéenne.

Valoriser les initiatives au service du « bien-être » des élèves et des personnels

Actions

  1. S’appuyer sur les expérimentations pour initier, dans les bassins, une réflexion sur la notion de « bien-être » pour tous ; repérer et diffuser les « pratiques intéressantes ».
    • Actions « bien-être » pour les personnels du 1er degré.
    • Mise en place du jeu des 3 figures pour les élèves de 6ème (poursuite dans le 1er degré.
  2. Identifier les dispositifs facilitant l’implication des parents.
    • Colloque du 14 janvier 2014
    • Séminaire "Mallette des Parents"
  3. Prendre en compte, dans la carrière, la mission de tutorat.