Nicolas, chercheur à l'Institut Pasteur, vient dans notre classe !

Cybercarnet - blomet chuzar 1

Intervention de Nicolas, chercheur à l’Institut Pasteur

 

Le mercredi 19 juin, Nicolas, un chercheur de l'Institut Pasteur, est venu dans notre classe pour nous parler de ses recherches :  il travaille sur les maladies de l'audition.

 

La veille, nous avions préparé un questionnaire pour sa venue. Nous voulions lui demander par exemple : en quoi consiste le métier de chercheur ? Est-ce difficile de devenir chercheur ? Quelles études avez-vous faites ? Quelle a été la durée de vos études ? Dans votre travail, quels outils ou instruments utilisez-vous ? Vous travaillez dans un laboratoire ? En groupe ou seul ? Avez-vous des occasions de rencontrer d’autres chercheurs ? Êtes-vous fatigué en fin de journée à cause de votre travail ? Combien de temps travaillez-vous par jour ? Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre métier ?

 

Nicolas nous a appris que 2500 personnes travaillent à l’Institut Pasteur. C’est immense !

 

Il nous a aussi expliqué qu'au début, il voulait être médecin. Il s’est finalement rendu compte qu'il ne voulait pas passer du temps avec les patients mais qu'il préférait comprendre comment et pourquoi les maladies existent.

 

Il nous a présenté beaucoup de tableaux et graphiques : l’un d’eux montrait qu'avant que Pasteur ne découvre les microbes et la vaccination, et qu’on prenne des mesures d’hygiène, il y avait beaucoup plus de gens qui mouraient jeunes ou très jeunes.

 

Concernant l'audition, son domaine de recherche, il nous a montré qu’elle était fondamentale pour les êtres vivants : elle nous permet par exemple de nous protéger en nous aidant à repérer les dangers, mais aussi de comprendre les émotions de quelqu’un qu’on entend et bien d’autres choses…

Nicolas nous a fait faire quelques petits tests : l’un nous montrait que nous sommes capables de reconnaître un mot (par exemple, un « bonjour ! ») au milieu de plein d’autres bruits ; un autre que nous étions capables de savoir d’où venait le bruit en fermant les yeux.

 

Nicolas nous a aussi dit qu'il travaillait sur des souris car il ne pouvait pas travailler avec des humains puisqu'il n'est pas médecin. Les souris ont l’avantage d’avoir des oreilles ressemblantes à celles des humains.

 

mceclip0 - 2019-06-30 09h38m04s

 

Il nous a enfin un peu expliqué comment fonctionnait notre oreille. Sur un schéma de l’oreille qu’il nous a présenté, nous avons pu distinguer :

 

1)     L’oreille externe avec le pavillon, qui est comme une sorte d’entonnoir.

2)     L’oreille moyenne, qui transmet les sons de l’oreille externe vers l’oreille interne. Les sons se dirigent vers le tympan, qu’ils font vibrer. Ces vibrations sont ensuite transmises vers l’oreille interne grâce à trois osselets : l’étrier, le marteau et l’enclume.

3)     L’oreille interne : c’est là où les vibrations vont être transformées en signaux électriques qui se dirigeront vers le cerveau. On y trouve notamment une sorte d'escargot, la cochlée, qui permet de distinguer les sons graves des sons aigus. Quand on déroule la cochlée, on voit à sa surface un grand nombre de bâtonnets qui servent à entendre : il faut en prendre soin en évitant les bruits trop forts car quand ils sont abimés, on peut devenir sourd. En plus, les bâtonnets ne se régénèrent pas.

 

Cette rencontre a été très intéressante ! Merci Nicolas !