La chambre du second

Cybercarnet - ArbreSec sbranchet2

Le 24 décembre 2018 une enquête policière a eu lieu.Tout a commencé quand quelqu’un a laissé la fenêtre ouverte. Il a déchiré un bout d’oiseau de son mur le propriétaire de la maison était Monsieur Singh, il adorait les oiseaux plus que tous, ses voisins le trouvait bizarre il marmonner inquiet sans arrêt :

 - < Il va revenir je dois laisser des traces  ! >

 Les seuls indices était :la fenêtre ouverte, l’oiseau déchiré, l’espace vide et surtout un journal trouver dans des tiroirs, la seule chose écrite sur le journal est : les oiseaux sur les murs sont les Wanïo, ceci est l’emblème de mon agresseur. D’ailleurs, il y a un nid dans le village, surement, un des derniers. Mon agresseur a déjà sûrement une dizaine de victimes, elles sont toutes tacher au même endroit, la fenêtre signifira qu’il y a quelque chose dont il a eu peur, les seuls  faiblesse de mon adversaire sont : les oiseaux en particulier les Wanïo. Son QG cache deun chose qui ont le même rapport  une assez importante et l’autre énormément.

L’enquêteur chercha pendant longtemps vers trois semaines quasiment, ce qui est énorme, il trouva finalement grâce a la des cris d’oiseaux faibles. Venant de la forêt. Il fit le lien entre tout l’espace vide signifie la forêt, l’oiseau déchiré signifie des oiseaux maltraités. Le jounal parle des Wanïo sont normalement une espèce éteinte, mais quelque années au paravant les deux derniers Wanïo ont été volés. Les cris que l’enqueteur a entendu son des cris de Wanïo et la fenêtre explique que quelque chose cet ennallé, donc l’agresseur et le voleur sont les mêmes personnes. Après plusieurs heures de recherche, ils ont trouvé le nid de l’agresseur, l’agresseur était en train de battre les oiseau, la police intervena et emprisonna l’agresseur, depuis, les Wanïo sont espèce en vois de disparition.

 Texte amélioré par la classe :  :

Le 24 décembre 2018, une enquête policière a eu lieu.Tout a commencé quand quelqu’un a laissé la fenêtre ouverte. Cette personne a déchiré un bout d’oiseau de la tapisserie d'une maison. Le propriétaire de cette maison était Monsieur Singh, il adorait les oiseaux plus que tout. Ses voisins le trouvaient bizarre. En effet, depuis 10 jours, il marmonnait, inquiet, sans arrêt :

« -Il va revenir, je dois être sur mes gardes  ! ».

 

 Les seuls indices qu'avaient laissé le voleur étaient : la fenêtre ouverte, l’oiseau déchiré et l’espace vide sur la tapisserie. Monsieur Singh avait laissé un indicecapital : un journal trouvé dans un tiroir sur lequel était écrit :

« Je m'appelle Monsieur Singh, je vous laisse un dernier message avant de me faire enlever. Les oiseaux sur les murs sont les Wanïo, ceci est l’emblème de mon agresseur. D’ailleurs, il y a un nid dans le village, sûrement un des derniers. Mon agresseur a déjà certainement une dizaine de victimes, elles sont toutes cachées au même endroit, la fenêtre signifie qu’il y a quelque chose dont il a eu peur. La seule  faiblesse de mon adversaire est un oiseau, un oiseau très particulier : le Wanïo. Son QG cache deux choses qui ont le même rapport  une assez importante et l’autre énormément. »

L’enquêteur chercha pendant longtemps, presque trois semaines, ce qui est énorme ! Il trouva finalement grâce à des cris d’oiseaux faibles venant de la forêt. Il fit le lien entre tout : l’espace vide signifie la forêt, l’oiseau déchiré signifie des oiseaux maltraités. Le journal parle des Wanïo qui sont normalement une espèce éteinte, mais quelques années auparavant les deux derniers Wanïo ont été volés. Les cris que l’enquêteur a entendu sont des cris de Wanïo et la fenêtre explique que quelque chose s'en est allé, donc l’agresseur et le voleur sont la même personne. Après plusieurs heures de recherche, l'enquêteur a trouvé le nid de l’agresseur qui était en train de battre les oiseaux. La police intervint, l'emprisonna et libéra Monsieur Singh qui était ligoté à un arbre près du fameux nid.

Depuis, les Wanïo sont une espèce protégée.