Liberté d'expression

En prélude à la réunion informelle des ministres de l’Union européenne pour la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Christine Antorini, ministre de l’Éducation du Danemark, se sont rendues au collège Gustave Flaubert (Paris 13e), mardi 17 mars 2015.

A cette occasion, M. Chabane (professeur d'histoire géographie) et ses élèves ont tenu en premier lieu à présenter le projet pédagogique mis en place à la suite des attentats de Paris de janvier dernier.

 

K Chabane

 

Ce projet s’adresse à des élèves de 4e et 3e qui participaient déjà à un ciné-club sur les traites négrières, l’esclavage et leurs abolitions, la colonisation, la décolonisation et l’immigration. Ce ciné-club existait déjà depuis octobre dernier dans le cadre de l’accompagnement éducatif et a lieu une fois par semaine, le jeudi de 13h10 à 14h05.

Les élèves qui ont assisté à ce ciné-club ont été invités à former un groupe de réflexion et de travail dont les objectifs sont d’expliquer et de comprendre pourquoi les attentats de Paris ont profondément « porté atteinte aux valeurs qui fondent notre République et notre École » comme le souligne la Ministre de l’Education nationale dans sa lettre aux personnels enseignants.

Au sein de ce groupe, il importera de répondre aux interrogations des élèves sur ce processus meurtrier dont les conséquences doivent être mesurées dans leurs dimensions sociales et culturelles. Ce projet vise ainsi à répondre aux besoins d’expression manifestés par les élèves aux lendemains des attentats. Mais pas seulement puisqu’il va donner lieu à un véritable cheminement au cours duquel les valeurs universelles qui fondent notre République seront étudiées et contextualisées afin d’en dégager toute la portée.

Ce projet débute mais après deux séances, la question de la liberté d’expression a naturellement déjà été abordée.

Après cette présentation, M. Chabane et ses élèves ont proposé à la délégation de revenir sur le cours qu’ils venaient de terminer afin de montrer comment l’enseignement des valeurs de la République peut également se faire dans le cadre des programmes lorsque l’occasion se présente et pas seulement au sein du cours d’éducation civique mais aussi en histoire.

Le retour proposé a porté sur la République de l’entre-deux-guerres avec une problématique ancrée dans un rapport passé/présent si cher à Marc Bloch, un des principaux historiens du 20e siècle qui écrivait à ce propos que l’histoire devait servir à « comprendre, comprendre le passé à la lumière du présent, comprendre le présent à la lumière du passé ». Les élèves ont ainsi étudié Léon Blum et le Front populaire face aux attaques antisémites afin de comprendre comment la République réagit face aux dangers qui la menacent à l’époque.

(Contribution de M. Chabane).

-En images :

http://www.education.gouv.fr/cid87006/promotion-de-l-education-a-la-citoyennete-et-aux-valeurs-de-liberte-de-tolerance-et-de-non-discrimination.html

-Voir le cours de M. Chabane en PDF