Lettres pour être aimé

De la lettre à l'être : Atelier d'écriture avec un écrivain dans le cadre du DSA 

              Ce projet se fixait comme objectifs de travailler la notion de lien, de réfléchir, par le biais de l’échange épistolaire, qu’il soit fictif ou réel, à la nature d’un lien, d’en recréer et enfin de délier l’écriture en faisant lire et écrire des lettres.

               Avec des élèves en difficulté, le choix du support de lecture et d’écriture que constitue la lettre s’est imposé : un format court, accessible, qui délivre quelque chose de l’intime, et qui suppose l’existence de l’Autre. Ainsi, lire une lettre, c’est écouter une voix et en écrire une, c’est faire entendre sa voix. Pour cela, il a fallu réfléchir à la nature du narrateur : l’élève lui-même ou un narrateur fictif ? Tout a été envisageable. La lettre permet également de s’interroger sur le lien : lien familial, amical ou même le lien de haine, le désaccord. Par la lettre, on touche à l’intime, à l’être, et l’on peut restaurer ou instaurer un lien qui parfois manque à ces élèves en rupture. La lettre est également ce qui se plie en quatre, comme le mouchoir, cachant les problèmes enfouis au fond des poches...

              Avec l’aide de l’auteure Kéthévane Davrichewi, écrivaine distinguée par plusieurs prix littéraires et journaliste de formation, nous avons mené à bien ce projet d’écriture de lettres. Son parcours est particulièrement riche et s’inscrit parfaitement dans cette problématique du lien : Kéthévane Davrichewi est d’origine géorgienne, sa famille a connu l’exil qui a marqué son enfance et nourri sa réflexion sur le lien. Particulièrement sensible au DSA, elle a écrit de nombreux livres pour la jeunesse, et la problématique du lien lui est familière comme en témoigne son dernier roman, Quatre murs, aux éditions Sabine Wespieser.

               Ainsi, avec son concours enthousiaste et celui de Mme Foulon, professeur documentaliste, qui nous a offert le CDI comme lieu d’écriture et qui a relu et relié entièrement les lettres, nous nous avons pu mener à bien ce projet. 

Mme Raine, professeur de lettres classiques

 Pour lire le recueil cliquez sur l'image

couverture sans Alex site