Attestations scolaires de sécurité routière (ASSR)

Flora ASSR

Attestations scolaires de sécurité routière (ASSR)

Les épreuves ASSR1 (5ème) et ASSR2 (3ème) auront lieu la semaine du 14 au 19 mai  2018 durant les cours de technologie. 

 Ces attestations sont obligatoires pour toutes les personnes nées à compter du 1er janvier 1988 qui souhaitent conduire.

 Tout élève, quel que soit son lieu de scolarisation, doit avoir passé :

 L'ASSR de 1er niveau le jour où il atteint ses 14 ans, âge à partir duquel il est possible de conduire un cyclomoteur.

 L'épreuve de l'ASSR1 est organisée pour : les élèves des classes de cinquième et de niveau correspondant,

• des élèves d'autres classes qui atteignent l'âge de 14 ans au cours de l'année civile (au plus tard le 31 décembre de l'année),

•les élèves ayant échoué ou ne relevant pas encore de l'ASSR2 mais désirant préparer le BSR en auto école.

 

L'ASSR 1 n'est pas obligatoire pour passer l'ASSR 2.

 L'ASSR de 2nd niveau le jour où il atteint ses 16 ans, âge à partir duquel il peut commencer l'apprentissage de la conduite accompagnée d'un véhicule à moteur.

L'épreuve de l'ASSR2 est organisée pour :

• les élèves des classes de troisième et de niveau correspondant,

• des élèves d'autres classes qui atteignent l'âge de 16 ans au cours de l'année civile (au plus tard le 31 décembre de l'année),

•l es élèves qui suivent une formation de préapprentissage,

• les élèves âgés de plus de seize ans encore scolarisés et qui n'en sont pas titulaires.

 

L'élève absent ou ayant échoué à la première session des ASSR peut passer une seule épreuve de rattrapage organisée durant la même année dans l’établissement.

Les jeunes qui n'ont pas obtenu les ASSR, peuvent passer respectivement les épreuves de l'ASSR2 au lycée et de l'ASR au CFA durant une session.

Les jeunes qui n'ont pu passer ou obtenir l'une ou l'autre de ces attestations en milieu scolaire peuvent passer une attestation de sécurité routière (ASR) dans les GRETA et dans les CFA.

 En résumé : les jeunes scolarisés et les pré-apprentis passent les ASSR.

En complément de l'enseignement dispensé en classe, les élèves peuvent se préparer aux ASSR en consultant les sites suivants:

 Pour se préparer

assr logo tf4

 

 


Un petit déjeuner équilibré

Flora Dejeuner

Education aux comportements responsables au collège

PETIT DEJEUNER

Petits Dejeuner

La composition idéale

Un petit déjeuner équilibré doit associer un produit à base de fruit, un laitage, un produit céréalier et une boisson. Cette association constitue la base du petit déjeuner équilibré, que l’on agrémente d’autres aliments en quantité raisonnable, tels que le beurre, œuf ou jambon pour les amateurs de saveur salée.

 Un produit céréalier

Composé à base de glucides, le produit céréalier a une fonction énergétique, et repose essentiellement sur le pain, le bol de céréales, les petits pains grillés, les biscottes.

 Quel pain choisir ?

Il faut privilégier les pains riches en minéraux et en fibres tels que le pain complet, pain aux céréales, pain de seigle, et à moindre titre le pain de campagne. La digestion de ces pains et l’assimilation de l’énergie qu’ils apportent sont progressives. Leur richesse en minéraux contribue à couvrir les besoins plus élevés des sportifs. Hormis le pain de tradition française, le pain blanc et le pain de mie ont une vitesse de digestion très rapide (index glycémique élevé) et risquent d’induire une fringale en milieu de matinée.

 Un produit « fruité »

Le choix se fera entre un 100% pur jus de fruit, un fruit frais de saison, une compote. L’intérêt est gustatif, mais aussi nutritionnel en apportant dès le matin une quantité de vitamine C pour contribuer à couvrir les besoins et «réveiller» l’organisme. Il est recommandé de privilégier les oranges, pomelos, clémentines, les fraises, le kiwi, la mangue… connus pour leur richesse en vitamine C.

 Un produit laitier

L’intérêt nutritionnel du produit laitier est d’apporter du calcium et un peu de protéine. Le bol de lait s’accordera bien avec les céréales, mais l’alternative sera les yaourts, le fromage blanc, le fromage.

Trop gras ou trop sucré…

Vienoiseries

Les viennoiseries (souvent chocolatées), constituent un apport sucré et gras important (un pain au chocolat ou un croissant équivaut à 6 sucres et 1 cuillère à soupe d’huile de matière grasse !) Ces produits doivent répondre à une consommation occasionnelle. 

Plus récemment les biscuits soit disant spécifiques au petit déjeuner peuvent présenter une composition intéressante, et ont l’avantage d’être bien conditionnés (emballage individuel). Mais beaucoup d’entre eux restent trop riches en sucres simples et acides gras. D’autre part, ces produits habituent l’enfant ou l’adolescent à consommer un aliment transformé sucré, ce qui l’écarte des aliments de base.