Conférences du lycée Racine, l'Amiral Henri Lacaille rencontre les classes en voyage d'étude sur la Seconde Guerre

27 mars 17

L’amiral Henri Lacaille rend hommage à l’Armée d’Afrique lors de la bataille du Mont Cassin. Depuis une quinzaine d’années la fédération apporte son soutien aux voyages d’études du lycée Racine qui contribuent à la Mémoire et au civisme.

Après avoir rappelé le rôle de la Fédération et ses liens avec le lycée Racine, l’Amiral Henri Lacaille a insisté sur le rôle clé joué par les troupes coloniales françaises, les tabors et goumiers marocains mais aussi tirailleurs algériens et tunisiens dans la prise du Mont Cassin (Monte Cassino) en avril mai 1944.
Solidement retranchés dans la forteresse naturelle des Apennins, les Allemands bloquaient l’unique route vers Rome, la vallée du Liri. Lors de la bataille, il s’agissait d’enlever la « cheville qui tenait la botte italienne » et d’accéder à cette route vers la capitale.
Seuls des montagnards aguerris, au prix de violences inouïes (y compris pour les civils pris au milieu des combats), sont parvenus à se frayer un accès vers le mont et son monastère, dernier réduit des Allemands. Leur connaissance de ces terrains difficiles, en pleine période de fonte des neiges, leur permis d’avancer de crêtes en crêtes. Ils transportèrent grâce à leurs mulets une artillerie légère décisive. Quelque part ils rappelèrent « le franchissement des Alpes par leur lointain ancêtre berbère Hannibal avec ses éléphants ». Mais ils en payèrent un lourd tribu humain avec des milliers de morts, cette victoire permis :
- Le 5 juin aux Américains, Français, Britanniques et Polonais d’entrer dans Rome.
- Le 15 août à l’Armée d’Afrique et à ses tabors d’être en première ligne pour participer à la libération de la France lors du débarquement en Provence, puis de remonter le couloir rhodanien et d’arriver jusqu’en Alsace fin 1944.
- La rapide libération du Centre et Sud de l’Italie, ce qui sauva de la Shoah des milliers de juifs.

Capture d’écran 2017-03-27 à 13.08.55


Le nom de Garigliano fut donné à un pont de Paris pour commémorer l’héroïque passage de ce fleuve italien par les troupes du Corps expéditionnaire français du général Juin aux pieds du Mont Cassin.


Capture d’écran 2017-03-27 à 13.30.52
Compléments d’information sur le site des Chemins de mémoire du ministère de la Défense :