2017 # Séjour voile à l'Ile d'Arz - 5e2

Les Glénans- jour 1:

   Le grand jour est arrivé ! Nous voici tous, impatients, sur le quai de la gare Montparnasse pour prendre la direction de Vannes, étape obligatoire pour gagner l'île d'Arz. On ne sait pas qui des parents ou des enfants étaient les plus émus... sans doutes les parents sur le quai.

Après 3 heures de train occupées à jouer aux cartes, nous avons été accueillis par les grands-parents de Morgane et une montagne de crèpes! Merci beaucoup !

Nous voici dans le bus de ville pour rejoindre l'embarcadère et monter sur le premier bateau du séjour. Nous allons en tester beaucoup d'autres les jours qui viennent. Descendus du bateau, nous terminons à pied... Nous aurons utilisé tous les modes de transports !

Le soleil se couche petit à petit, le ciel s'obscurcit, l'orage se précise, nous avons hâte d'arriver à la base des Glénans.

21h nous nous répartissons dans les bungalows. Garçons et filles auront leur bungalow et déjà il faut s'organiser pour savoir qui va s'occuper des repas dès demain. Une douche - loin des bungalows - un message aux parents, un dernier jeu, il est l'heure de se coucher. Il est 22h30. Nous sommes pressés de commencer à naviguer !

 Jour2:

Aujourd'hui, lever 7h pour Maxime, Tamba, Alejandro et Ahmed qui étaient de "bordée". Ce sont eux qui préparent les repas de la journée, à commencer par le petit-déjeuner. Et qui feront la vaisselle.

Tout le monde se retrouve au "forum", la salle où nous prenons nos repas à 8h. Nous devons être prêts pour 9h.

Aujourd'hui trois activités sont au programme: Le fol ah voal, le dériveur et le catamaran.

Le fol ah voal par Kylian:

C'est un voilier de plus de 5 mètres de long, qui porte le nom de Mélusine. Il a quatre voiles. A la poupe, la voile s'appelle le Yankee, puis vient la trinquette, la misaine puis près de la barre, la grand-voile..

Toute la matinée nous avons appris à utiliser différentes cordes qui servent soit à attacher les voiles au mât (les drisses), soit à manoeuvrer le bateau (les écoutes).

Chacun a occupé les différents postes de navigation: la barre pour diriger le bateau et le winch où attacher les voiles lors des manoeuvres...

Le dériveur par Juliette:

Pour pratiquer la navigation avec un dériveur, il faut tout d'abord enfiler une combinaison pas forcément très belle et terriblement serrée ! Elle permet d'avoir moins froid lorsqu'on tombe à l'eau, ce qui arrive souvent sur ce type d'engin. Il faut 20 bonnes minutes pour l'enfiler en se dandinant. Et ce n'est pas fini ! Personne ne peut monter sur un bateau sans gilet de sauvetage...

Notre moniteur Nicolas nous a expliqué les bases pour naviguer avec le bateau. Comme tout le monde hésitait à entrer dans l'eau, il a donné l'exemple en poussant Jeanne et Emma à l'eau tandis que Mme Sévenet y entrait prudemment mais sûrement, avec Juliette.

Après avoir appris à monter sur le bateau et à dessaler (chavirer) nous avons appris à remettre le bateau en place; tout le monde a fini à l'eau.

Le catamaran par Morgane et Alice:

Le catamaran est un bateau particulier avec des coques reliées par un filet sur lequel nous nous asseyons. Comme pour le dériveur, il possède un foc et une grand-voile. Nous étions trois par catamaran et chacun s'occupait d'un poste précis : La barre qui sert à diriger le bateau, la grande voile à l'arrière près de la barre, le foc que l'on choque (détend) ou que l'on borde (serre) en fonction du vent.

La matinée s'est achevée par un exercice d'entrainement aux bons gestes à adopter quand on dessale.

A 13h nous avons mangé les homards que nous avions péché à l'aube.

Une petite averse bretonne nous a empêché de naviguer dès 14h. Nous en avons profité pour apprendre à réaliser les noeuds utiles à la navigation. Noeuds en huit, et noeuds de chaise nous ont donné bien des difficultés.

L'après-midi, chaque groupe a mis en pratique ce qui avait été vu le matin. Plus libres de naviguer sous la surveillance de nos moniteurs, nous avons pris du plaisir et découvert des sensations nouvelles, parfois imressionnantes.

 Jour 3:

Aujourd'hui c'est au tour d' Emma, Jeanne, Alice et Juliette de s'occuper des corvées culinaires et sanitaires de la journée.

L'absence de vent, bien connue sous le nom de "pétole" dans le milieu marin, nous a empéchés de naviguer ce matin. Et comme Juliette et Jeanne voulaient partir à la chasse à la grenouille, nous sommes partis en balade autour de l'Ile, l'occasion pour notre petite bande de rencontrer Josette et Ginette, les mascottes grenouilles qui vivent à côté de la base. La balade nous a fait découvrir le littoral de l'île. Nous sommes alllés jusqu'au moulin à marée. C'était l'heure du pique-nique.

De retour à la base à 13h, nous avons constaté que le vent était de retour... Vite nous nous sommes préparés à embarquer sur les bateaux.

Le dériveur selon Sacha Bonnie et Morgane:

On a coulé ! Bon c'est un peu court, reprenons. Tout a commencé par l'habillage...et encore les mêmes combinaisons qui collent à la peau ! Il a fallu équiper et hisser les voiles des dériveurs.... Certains d'entre nous se sont trompés (n'est-ce pas Morgane...) Il a fallu allonger le bateau pour remettre les voiles correctement. Au bout de 40 minutes tous les bateaux étaient à l'eau... Et c'est là que les ennuis ont commencé!

Rien qu'à l'annonce des binomes, nous nous doutions que ça allait mal se passer. Certains d'entre nous comme Sacha, étaient un peu "joueur" à la barre, mais au final se débrouillaient très bien. D'autres priaient pour terminer l'après-midi entier (Bonnie a fait une crise de foi, merci Enzo), les autres, enfin étaient tout à fait à l'aise. Soudain, le vent s'est mis à souffler, et les bateaux ont commencé à chavirer (record détenu par Morgane et Sacha, le chiffre serait trop long à écrire ! ). Bref, de fortes et belles émotions pendant un après-midi plus venteux que prévu.

Le fol ah voal par Emma et Juliette :

Très impatientes d'aller observer le paysage de la baie sur ce que nous pensions être un paquebot.... Mais non, pas tout à fait. Certes le bateau est très beau mais sa taille est plus raisonnable. Juliette s'est d'abord mise à la barre, pendant que les autres géraient les voiles en tirant sur les écoutes. Emma, Juliette, Alice et Jeanne ont échangé tour à tour leur rôle; tout à coup une invitée surprise est arrivée: Aurore! Sur un zodiaque! Un peu stressée, il faut l'admettre. On l'a immédiatement rassurée et on lui a expliqué comment faire pour naviguer sur ce voilier. Emma rassurait Aurore, mais n'en menait pas large!

La principale activité de l'après-midi a été le "virage de bord"...et ça, pour tourner, on a sacrément tourné, surtout quand on s'est dirigés vers les parcs à huitres. Jeanne, devant, devait regarder s'il y avait des obstacles, c'était notre vigie... qui avait du mal à mesurer une distance en "nombre de bateau" (!?). Le reste de l'équipage restait aux écoutes, s'occupait des voiles... très attentives car nous devions éviter ce fameux parc à huitre. Pour cela, il fallait donc virer de bord toutes les cinq minutes. Virer est une opération délicate... éviter de prendre la beaume dans la tête est par contre nécessaire! :-).

Bref une chouette journée bien amusante, musclée et fatigante.

Le catamaran par Maxime :

De retour de la randonnée, le vent s'étant levé nous avons pu faire du catamaran. Il a fallu enfiler les combinaisons, épreuve presque plus physique que de diriger un bateau ! Ce n'était pas fini. Nous nous sommes dirigés vers les bateaux pour hisser la grande voile et le foc. Mais il ne faut pas croire que tout ceci se fait dans l'eau. Les bateaux sont sur la terre ferme, il faut les faire avancer jusqu'à la mer qui, manque de chance, était basse ! Une vraie galère de marin dans la vase !

Après 30 minutes de travail, on est enfin montés sur le bateau et la navigation a pu commencer. Le voyage ne s'est pas tout à fait passé comme prévu pour certains d'entre nous. En effet, en plein milieu de nulle part, Tom jouait avec la barre au moment où de "grosses" vagues ont commencé à surgir et que nous allions de plus en plus vite. Un coup de barre un peu trop forcé et le côté du bateau a commencé à s'enfoncer dans l'eau. Maxime s'est raccroché au bateau tandis que Tom a glissé comme sur un toboggan et s'est retrouvé à deux mètres du bateau ; Kylian l'a rejoint, surpris mais souriant, et Maxime n'a pas voulu rester seul et les a rejoint, également (quelle belle solidarité ! ). Il a bien bien fallu 30 minutes pour redresser le catamaran grâce à l'aide d' Alejandro venu à leur rescousse !

Ca nous a bien fait rire, mais surtout, il faut admettre, les spectateurs au sec sur les autres bateaux ( Ahmed, Tamba, M. Baillères, M. Baratte qui filmait avec Suvetha et Enya ) qui nous encourageaient entre deux fous rires. Merci à Manon, notre monitrice, pour son aide et ses conseils !

La journée s'est terminée autour d'un "loup garou" collectif avant d'aller se coucher pour un repos bien mérité !

 Jour 4:

La journée activité de voile était compromise dès le départ, il n'y avait pas de vent. Tout le monde s'est réuni au foyer avec les moniteurs Zoé, Manon, Nicolas et Josué pour faire un point sur le vocabulaire de la voile et de la navigation. Ils s'attendaient à ce qu'on trouve un mot chacun... On en a cité trois fois plus, ils étaient admiratifs de nos connaissances.

Ensuite, à l'aide d'un ventilateur et d'une maquette de voilier, ils nous ont montrés les différentes allures d'un bateau. Une fois ces points clarifiés pour tout le monde, nous avons précisé deux manoeuvres qui servent à tourner et contrôler le bateau : l'empannage et le virage de bord que nous avions pratiqués la veille.

Le vent ne se levant toujours pas, les moniteurs proposent une visite de musée, ou une pause sportive avec du foot, du badminton, de la pétanque ou du baby-foot !

L'après-midi, toujours pas de vent. Du coup, nous avons organisé des Olympiades : 6 équipes de 4 élèves ( Les Guépards, Les Lions, Les Tigers, Les Grenouilles, les Aigles, et les Tapirs ) se sont affrontés dans trois épreuves différentes: "L'équilibre", "La joute" et le "cata-ramant".

Description des trois épreuves :

L'épreuve dite de "l'équilibre" consiste à marcher sur trois planches attachées mais instables,  posées sur l'eau. Plus on allait loin, plus on gagnait de points puisque chaque planche parcourue permettait de gagner un point. Il fallait courir vite tout en gardant l'équilibre. Pas évident.

"La joute" se pratique avec une grande frite flexible en mousse ( verte précise Suvetha ! ) et perché sur une planche à voile sans voile évidemment. Le but de l'épreuve est de faire tomber l'adversaire dans l'eau à l'aide de la frite ( verte ! ) sans tomber soi-même ni lâcher la frite. M. Baratte a été surpris par l'étonnant coup de main de la désormais redoutée Ambre. Il n'a pas vu venir la frite ( verte ! ) d'Ambre et a bu la tasse à défaut de mordre la poussière !

Le "cata-ramant", épreuve la plus difficile, se pratique avec un catamaran non voilé qu'il faut pousser et tirer pour atteindre une bouée ( orange ! ) sur laquelle était inscrite une énigme à élucider. Le parcours ne s'arrétait pas là puisqu'il fallait contourner Zoé la monitrice sur son paddle, plus loin, puis regagner la plage pour donner la réponse de l'énigme, en l'occurrence, "trempoline".

Tous les participants ont joué le jeu avec enthousiasme et fair-play.

L'équipe gagnante, les Tigers, a gagné le droit de brandir le "drapeau pirate" du centre.

Pour la fin de la journée, le groupe s'est séparé en deux, catamaran pour les uns et jeux de ballon dans la mer pour les autres.

 Florian, Patryck, Sacha, Daniel (quand la pétanque lui laissait le temps), Suvetha et Enya.

 Jour 5:

Toujours pas de vent au réveil de ce 5e jour ! C'est pour cette raison que nous sommes allé sur l'île d'Ilur à quelques emcablures de l'île d'Arz. Nous y sommes allés répartis sur deux bateaux à moteur et un zodiac. C'est la seule personne habitant sur l'île qui nous a accueilli, il en est le gardien. Il travaille à la préservation de l'endroit. La surface de l'île est de 40 hectares, et elle est peuplée essentiellement de brebis d'une espèce rare qui avait pratiquement disparue. La particularité de ces brebis est qu'elles sont capables boire tous les trois jours !

Il nous a raconté l'histoire de l'île et la destinée des habitants. Ils étaient paysans avant tout et quelques  marins y vivaient aussi. Nous avons visité la chapelle de l'île où chaque été se déroule la fête du Pardon, fête qui réunit l'ensemble des habitants des îles alentours. Nous avons eu le privilège de sonner les cloches de la chapelle.

Daniel et Florian.

L'après-midi a été consacrée aux activités de voiles, et chaque élève a pu découvrir un nouveau type d'embarcarcation. Le record de dessalage de Morgane a été contesté par Enzo et Sacha, rois de la roulade en dériveur !

La dernière soirée commence, et personne ne semble se souvenir que demain, nous arrivons gare Montparnasse à 22h 20!

La dernière journée de voile sera un festival, nous l'espérons tous.

 Jour 6 :

C'est au tour des enseignants de rédiger le dernier billet de cet article qui relate une semaine extraordinaire. Tout d'abord parce que les élèves n'ont pas de "temps à perdre" et doivent profiter au maximum des dernières heures passées sur l'île. Ensuite, pour dire le grand plaisir que nous avons tous pris à passer du temps ensemble sur les flots, en ballade, à table et dans les maisons. Tout le monde, les élèves comme les professeurs se sont découverts sous un jour nouveau, plus détendu, tout en adoptant un comportement responsable et studieux !

Nous remercions les moniteurs, Josué, Manon, Nicolas et Zoé pour leur savoir-faire, leur gentillesse et leur disponibilité. Ils nous ont consacré beaucoup de temps et les sorties sur l'eau ont été souvent plus longues que prévues... Pour notre plus grand plaisir !

Merci à Olivia et Cédric, les Maîtres de maison qui ont coordonné repas et ménages avec souplesse et humour !

Pour les élèves, la matinée s'est découpée en deux moments. Préparation de la valise et rangement dans les maisons puis des jeux dans l'eau. Ceux qui voulaient profiter une dernière fois de la navigation se sont précipités sur les dériveurs gréés pour l'occasion. Les autres ont prolongé les jeux dans l'eau.

Nous espérons cet après-midi naviguer une dernière fois, mais le vent semble décidément aux abonnés absents ...

Nous devons prendre le bateau à 17 h 20, puis le train pour Paris à 19 h. L'arrivée est prévue pour 22 h 19 gare Montparnasse. Nous avons hâte et sommes un peu triste aussi de quitter ce petit paradis!

Merci de nous avoir lus et / ou regardés.

Mme SEVENET, M. BARATTE, M. BAILLERES