Situation

29 oct. 17

Situation géographique
Le lycée professionnel Hector Guimard est situé au 19 rue Curial au cœur du 19e arrondissement de Paris.

Historique du 19e :
Le 19e arrondissement a été créé le 1er janvier 1860 lors de l'annexion par Paris d'un certain nombre de communes limitrophes. La nouvelle entité administrative constituée à partir de la Villette et de la moitié nord de Belleville comptait à l'époque un peu plus de 75000 habitants. On y recense environ 173670 personnes (recensement 1999), soit l'équivalent d'une ville comme Grenoble ou Rennes.

La présence humaine dans cette zone remonte au moins à la période gallo-romaine car on a découvert les traces d'une villa de ce type lors du creusement du canal de l'Ourcq. Au Moyen Age, on y constate l'existence d'une multitude de petits fiefs seigneuriaux dont beaucoup appartiennent à des communautés ecclésiastiques.

La vie agricole (céréales, arbres fruitiers, vigne) prédomine jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, mais le développement de la Capitale va progressivement entraîner une urbanisation de plus en plus dense à partir des deux villages-rues initiaux de la Villette et de Belleville.
La construction du mur des Fermiers Généraux (1787) sur l'emplacement des actuels boulevards de la Villetteet de Belleville, et surtout l'établissement de l'octroi à partir de 1798 favorisent l'installation de cabarets etde guinguettes qui attirent les Parisiens.

L'essor des communes de Belleville et de la Villette, créées en 1790 par l'Assemblée Constituante, s'accélère au début du XIXe siècle, notammentaprès l'achèvement du bassin de la Villette.

Il s'accompagne de la construction d'entrepôts, de magasins, et d'usines liées aux marchandisesdu Nord et de l'Est de la France, destinés au ravitaillement de la Capitale et transitant par ce nouveau port très actif. Sous la Restauration, commencent à apparaître les immeubles à étages et l'on crée toute une voirie.

En 1835, la municipalité de Belleville décide l'aménagement de la Place des Fêtes.
La population participe activement à l'agitation révolutionnaire de 1848. Elle aura également un rôle important lors de la Commune de Paris.

Les travaux haussmanniens de la Capitale entraînent un nouvel afflux de population de condition modeste.
Le Second Empire est également marqué par la création du Parc des Buttes-Chaumont, et par la confirmation de la vocation industrielle de la Villette. Peu avant 1900, la population forte d'environ 140000 habitants est à plus de 80 % ouvrière : une sociologie qui évolue dans les années précédant la première guerre mondiale avec l'arrivée de couches plus bourgeoises. Mais le renouvellement de population est surtout dû à la succession de flux migratoires, liés aux soubresauts de l'Histoire ou aux problèmes économiques, et qui vont se poursuivre jusqu'à nos jours : Juifs d'Europe Centrale, Arméniens, Grecs, Italiens, Polonais, populations d'Afrique du Nord puis d'Afrique Noire et d'Asie du Sud-Est contribuent à faire du 19e arrondissement un creuset permanent d'intégration.

En matière urbanistique, les années 20-30, qui voient l'arrivée du métro, correspondent au début d'opérations immobilières d'envergure qui vont modifier la physionomie de plusieurs quartiers.

C'est par exemple de cette époque que date la construction des Habitations à Bon Marché sur les anciennes « fortifs »
ou l'aménagement de tout un ensemble de villas à proximité de la Place Rhin et Danube. Les changements des années 60-70 seront plus douloureux : de grandes cités de barres et de tours défigurent une bonne partie de l'arrondissement-dortoir du XIXe.

Mais la prise de conscience de la nécessité d'un urbanisme plus humain, le souci de préserver les dernières traces du passé, l'impact de l'aménagement de la Cité des Sciences et du Parc de la Villette devraient se conjuguer pour donner enfin un développement équilibré au XIXe.