Bac Pro OBM

verriereOBM

BAC PRO  Ouvrage du bâtiment : métallerie   OBM

Le diplôme

Descriptif **

Le titulaire de ce bac pro fabrique et met en oeuvre différents ensembles : des structures de bâtiment (charpentes, ossatures), des parties de l'enveloppe du bâtiment (fenêtres, portes, parties de façade ou de toiture), des ouvrages de distribution et de protection (cloisons, passerelles, clôtures, garde-corps). Il intervient en atelier et sur chantier, dans le cadre de travaux de construction neuve, de réhabilitation ou d'entretien.

Il est chargé de préparer le processus de réalisation d'un ouvrage à partir d'un dossier architectural, en tenant compte des concepts, normes et contraintes de l'entreprise.

Il réalise les ouvrages selon les techniques et procédés courants de fabrication. Il peut animer une petite équipe d'ouvriers et de compagnons professionnels, organiser et gérer l'activité et suivre la réalisation du chantier.

Les diplômés s'insèrent dans les PME de métallerie, serrurerie, construction métallique, façades ou menuiseries métalliques.


Accès à la formation **

Ce bac pro se prépare en 3 ans après la classe de 3e. Depuis la rentrée 2019, son accès est modifié. Les élèves entrent désormais en 2de professionnelle métiers de la construction durable, du bâtiment et des travaux publics en vue de préparer cette spécialité du bac pro. L'accès est différent pour les élèves en apprentissage qui entrent directement dans cette spécialité de bac pro sans passer par une 2de pro famille de métiers. Les élèves titulaires de certains CAP du même secteur peuvent également le préparer en 2 ans sous certaines conditions.

 Exemples de formations requises
 Exemple de formation requise



Poursuite d'études **

Le bac pro a pour premier objectif l'insertion professionnelle mais, avec un très bon dossier ou une mention à l'examen, une poursuite d'études est envisageable en BTS.

 Exemples de formations possibles


Débouchés **
Exemples de métiers accessibles :

Métier : charpentier/ère métallique

Métier : serrurier-dépanneur / serrurière-dépanneuse

 

Nature du travail
Fabrication et assemblage

Dans le secteur du BTP, le charpentier métallique participe à la construction d'ouvrages variés : ponts, immeubles, usines, centrales, hangars, passerelles, pylônes... Il intervient à deux niveaux : soit il fabrique les structures au sein d'un atelier d'usinage, soit il assemble les pièces sur le chantier.

Des réalisations prestigieuses
L'acier, ce matériau dur et résistant, se fait obéissant sous la main de ce professionnel. Ainsi, ce sont des charpentiers métalliques qui ont fabriqué et posé les structures d'acier, la charpente, de la tour Montparnasse ou du viaduc de Millau.

Découper l'acier avec précision
À partir des plans de fabrication transmis par le bureau d'études, l'ouvrier vérifie les mesures, entre les données dans une machine à commande numérique et règle les différents paramètres. Cet outil de haute technologie lui permet de tracer et de découper l'acier avec précision.

Étirer, plier, emboutir, souder
Grâce à sa connaissance des techniques d'étirage, de pliage et d'emboutissage de la tôle, il fabrique des pièces de toutes tailles. Il vérifie ensuite si les pièces réalisées sont conformes aux plans. Sur le chantier, le charpentier monteur visse les pièces ou soude les structures afin de les assembler. À l'aide d'outils de levage, il déplace et fixe les charpentes métalliques aux endroits définis sur les plans de construction.

Conditions de travail
En usine et sur le chantier

Le charpentier métallique exerce dans une usine de construction métallique, s'il fabrique les pièces, ou dans une entreprise du BTP, s'il monte les structures. En usine, il exerce dans un grand atelier éclairé et ventilé, prévu pour permettre le déplacement de structures et de poutres mesurant parfois plusieurs mètres. Le charpentier monteur installe les structures métalliques sur le chantier, sous la direction d'un chef d'équipe. Il travaille en plein air et se déplace régulièrement.

Un travail d'équipe
En usine ou sur le chantier, le métallier fait partie d'une petite équipe. Pour façonner les pièces, il travaille en liaison avec le bureau d'études, qui fournit les plans, et le chef d'atelier, qui dirige l'équipe.

Qualité et sécurité
Dans le BTP, la sécurité est une préoccupation permanente. Qu'il s'agisse de couper l'acier en usine ou de fixer les charpentes, les risques d'accident sont réels. Il est impératif pour les professionnels de respecter les normes de sécurité !
Le charpentier est responsable de la qualité de son travail. Forme, taille, poids, les pièces doivent être conformes aux plans et agencées au plus juste : une structure défaillante, et l'ouvrage s'écroule !

Vie professionnelle
Surtout des PME

Les entreprises du BTP et de la métallurgie recrutent des charpentiers métalliques qualifiés. Les débouchés sont donc assurés pour ceux-ci. Le secteur de la construction métallique, qui représente 600 entreprises et 15 000 salariés, est essentiellement composé de petites et moyennes entreprises, d'une trentaine de personnes en moyenne.

Évolution professionnelle
Côté évolution professionnelle, un charpentier métallique maîtrisant les différentes techniques de fabrication ou de pose, ainsi que la gestion des délais, peut monter dans la hiérarchie en devenant chef d'atelier dans une usine ou chef d'équipe sur un chantier, selon son activité.

Rémunération
Salaire du débutant
Salaires d'embauche variables selon la taille de l'entreprise.

Compétences
De bonnes bases en géométrie

Le charpentier métallique est habile et rigoureux. Quand on perce des pièces au millimètre près, il faut avoir le geste précis ! De bonnes bases en calcul et en géométrie, et un intérêt pour le dessin technique sont nécessaires pour interpréter les plans du bureau d'études et fabriquer les structures.

Des muscles d'acier
Par ailleurs, une bonne résistance physique est indispensable. En effet, si les outils de levage et de découpe au laser facilitent son travail, le professionnel est amené à soulever fréquemment des charges. Sur un chantier, il travaille souvent en hauteur sur un échafaudage.

Accès au métier **
Les formations à la métallurgie (lien onisep)
Le CAP (certificat d'aptitude professionnelle) est le premier diplôme d'accès à ce métier. Il permet, dans certaines conditions, de poursuivre des études vers un bac pro.
Les CAP Serrurier métallier (lien), Réalisations industrielles en chaudronnerie (lien) ou soudage (lien) se préparent en deux ans après la classe de 3e , en lycée professionnel ou par apprentissage.
Les Bacs Pro Technicien en chaudronnerie industrielle (lien) ; ouvrages du bâtiment : métallerie et Étude et définition de produits industriels (EDPI) (lien) se préparent en trois ans ou deux ans après un CAP. Le titulaire aura plus de responsabilités et pourra exercer ses fonctions en toute autonomie, à l'atelier ou sur le chantier.
Les bac STI2D (innovation technologique et écoconception ou architecture et construction) se prépare en trois ans après la classe de 3e .
Avec un Bac+2, le titulaire d'un BTS Architectures en métal : conception et réalisation (AMCR) (lien) participe à la réalisation par assemblage d'ouvrages métalliques divers : ponts, pylônes, voies ferrées, écluses, vannes de barrage, appontements dans les ports, silos... Il travaille en bureau d'études, à l'atelier et sur le chantier au moment du montage. Le BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle (CRCI) (lien) forme des spécialistes capables d'occuper des postes de collaborateur d'ingénieur, d'assistant commercial ou technique, assistant clientèle, chef de chantier, etc. selon les secteurs.  



(Source ONISEP)  **(actualisé en 2020)

OBM