a-via-kanana-christian-gra 0

Le spectacle Via Kanana

10 mars 18

Le spectacle Via Kanana

Via Kanana

La compagnie Via Katlehong Dance est créée en 1992 en Afrique du Sud.  Elle collabore avec le danseur et chorégraphe Gregory Maqoma en 2016, lors de la création du spectacle « Via Kanana ». Le but de ce spectacle c’est de raconter l’histoire de l’Afrique du Sud entre corruption, déception et espoir. En effet après la fin de l’Apartheid en février (1991) alors que le peuple rêvait d’égalité, il y a toujours de la corruption. Dans ce spectacle on trouve de la danse traditionnelle : «  le Pantsula ». Mais dans ce spectacle il n’y a pas que de la danse traditionnelle, il y a aussi de la danse contemporaine.

« Pantsula » signifie en zoulou « waddling like a duck », « se dandinant comme un canard ». Comme le hip hop aux Etats-Unis ou en Europe, le pantsula est une danse née de la rue mais aussi un style de vie.

Dans les années 60-70, alors que l’Afrique du Sud est sous le régime de l’Apartheid, le pantsula naît dans les ghettos de Johannesburg ou d’Alexandra.  Townships qui connaissent pauvreté et criminalité  et où vivent des populations rurales noires déplacées vers les grandes villes. Toute la jeunesse s’identifie alors à la culture pantsula.

Au départ le pantsula est un moyen non violent de lutter contre l’apartheid. Cette danse est pratiquée par des hommes d’un certains âge qui s’affrontent lors de « battle » de rues. Puis elle s’impose partout en        Afrique du sud et à la fin des années 70 est dansée par tous (hommes et femmes de tous âges).

En 1992 la troupe Via Katlehong donne un second souffle à cette danse. Elle y ajoute le “gumboot” (danse percussive des mineurs sud-africains pratiquée avec des bottes en caoutchouc).

Le pantsula est une danse très dynamique et syncopée qui emprunte aux danses bantoues, en particulier tswanas, des tapements de pieds et des mouvements de jambes. Le pantsula a aussi été influencé par le jazz américain des années 1930 et plus tard dans les années 1980 par le hip-hop et le breakdance. Il a recours aussi aux mimes et parodies puisqu’il raconte une histoire.Le groupe est très important dans la pratique de cette danse.

 

Lhamo : Ce spectacle était bien parce que j’aime la danse.

Lamine : J’ai aimé ce spectacle parce qu’il vient de l’Afrique.

Mariia : J’ai aimé ce spectacle parce que j’adore danser et c’était pour moi très cool!

Hicham : J’ai aimé ce spectacleparce qu’il raconte  des choses qui   existent vraiment dans beaucoup de pays du monde.

Pavel : C’était bien parce que la danse c’est magnifique.

 Fichier PDFanalyse du spectacle via kanana-1

 Fichier PDF Dossier de presse pour travailler sur le spectacle « Via Kanana »

  

 


Le spectacle Bosch Dreams

06 févr. 18

Le spectacle "Bosch Dreams"

Le spectacle est du cirque contemporain. Dans le spectacle il y a du théâtre, des arts contemporains et des animations vidéo. La compagnie s’appelle les 7 doigts. Les danseurs sont canadiens.

Le spectacle s’appelle « Bosch Dreams ».

C’est un hommage au peintre flamand Jérôme Bosch (1450-1516), l’un des artistes les plus énigmatiques de l’histoire de la peintre, pour l’anniversaire des 500 ans de sa mort en 2016.

Jheronimus Van Aken (Tertogen Bosch, 1450-1510) Familièrement appelé Joen est connu sous le nom de Jérôme Bosch.

Le tableau  très utilisé dans ce spectacle s’appelle « le Jardin des Délices », c’est un triptyque. Il s’inspire de la religion catholique et montre sur le premier panneau : Adam et Eve dans le jardin d’Eden, sur le deuxième panneau : les hommes, enfants d’Adam et Eve, qui se livrent à la luxure dans le jardin des délices, enfin sur le dernier panneau  l’enfer.

 

Ce que nous en avons pensé.

 Ajmal : La danse, la vidéo, les animations, le tableau… j’ai aimé tout ça.

Jorge : J’ai aimé la mise en scène, l’animation- vidéo, l’art contemporain.

Sina : J’aime le cirque, mais je n’ai pas aimé ce spectacle.

Saad : J’ai aimé la danse, la musique.

Sébastian : J’ai aimé la musique, les animations- vidéo, l’histoire.

 

Analyse du spectacle Dossier de presse pour travailler sur le spectacle « Bosh Dreams »

 

 


L'installation de William Forsythe

29 janv. 18
fullsizeoutput 4ac2

William Forsythe est un artiste, chorégraphe et danseur américain.
 Il a créé une installation qui s’appelle "Nowhere and Everywhere at the same time #2"; « Nulle part et partout en même temps #2 » cela signifie que William a crée une mouvement complètement différent, qui rassemble à une danse.

Dans cette installation on voit des pendules qui se déplacent dans l’espace à l’aide d’une installation automatique en haut et on voit les gens qui se déplacent entre les pendules.  Dans l’installation de William Forsythe les couleurs dominantes sont les couleurs du métal (le gris des pendules) et du blanc (le sol).
Quand on a visité cette installation on se sentait un peu perdu, parce qu' on ne savait pas ou on devait marcher pour ne pas toucher les pendules: c’était intéressant quand on se déplaçaient dans cette installation entre les pendules. Quand on regardait les gens ils étaient très concentrés sur les pendules, car ils ne devaient pas les toucher et ne regardaient pas les autres gens autour. Ils se déplaçaient comme dans la danse.

Sofiia, Romik, Daniel, Angelina.


 


Présentation de la classe

Qui sommes-nous ?


Le 12/10, les élèves découvrent à la Villette, Le cirque Mandingue, spectacle vivant empreint de danses, d'acrobaties, de contorsions et de musique. Pour la première fois, on voit l'influence de la tradition, de la culture dans un art mondialisé comme celui du cirque.


La classe est à ce jour composée de 17 élèves, de 11 nationalités différentes. 15 langues sont parlées en plus du français. Les continents européens, asiatiques, africains et sud-américains sont représentés.