a-via-kanana-christian-gra 0

Le spectacle Via Kanana

Le spectacle Via Kanana

Via Kanana

La compagnie Via Katlehong Dance est créée en 1992 en Afrique du Sud.  Elle collabore avec le danseur et chorégraphe Gregory Maqoma en 2016, lors de la création du spectacle « Via Kanana ». Le but de ce spectacle c’est de raconter l’histoire de l’Afrique du Sud entre corruption, déception et espoir. En effet après la fin de l’Apartheid en février (1991) alors que le peuple rêvait d’égalité, il y a toujours de la corruption. Dans ce spectacle on trouve de la danse traditionnelle : «  le Pantsula ». Mais dans ce spectacle il n’y a pas que de la danse traditionnelle, il y a aussi de la danse contemporaine.

« Pantsula » signifie en zoulou « waddling like a duck », « se dandinant comme un canard ». Comme le hip hop aux Etats-Unis ou en Europe, le pantsula est une danse née de la rue mais aussi un style de vie.

Dans les années 60-70, alors que l’Afrique du Sud est sous le régime de l’Apartheid, le pantsula naît dans les ghettos de Johannesburg ou d’Alexandra.  Townships qui connaissent pauvreté et criminalité  et où vivent des populations rurales noires déplacées vers les grandes villes. Toute la jeunesse s’identifie alors à la culture pantsula.

Au départ le pantsula est un moyen non violent de lutter contre l’apartheid. Cette danse est pratiquée par des hommes d’un certains âge qui s’affrontent lors de « battle » de rues. Puis elle s’impose partout en        Afrique du sud et à la fin des années 70 est dansée par tous (hommes et femmes de tous âges).

En 1992 la troupe Via Katlehong donne un second souffle à cette danse. Elle y ajoute le “gumboot” (danse percussive des mineurs sud-africains pratiquée avec des bottes en caoutchouc).

Le pantsula est une danse très dynamique et syncopée qui emprunte aux danses bantoues, en particulier tswanas, des tapements de pieds et des mouvements de jambes. Le pantsula a aussi été influencé par le jazz américain des années 1930 et plus tard dans les années 1980 par le hip-hop et le breakdance. Il a recours aussi aux mimes et parodies puisqu’il raconte une histoire.Le groupe est très important dans la pratique de cette danse.

 

Lhamo : Ce spectacle était bien parce que j’aime la danse.

Lamine : J’ai aimé ce spectacle parce qu’il vient de l’Afrique.

Mariia : J’ai aimé ce spectacle parce que j’adore danser et c’était pour moi très cool!

Hicham : J’ai aimé ce spectacleparce qu’il raconte  des choses qui   existent vraiment dans beaucoup de pays du monde.

Pavel : C’était bien parce que la danse c’est magnifique.

 Fichier PDFanalyse du spectacle via kanana-1

 Fichier PDF Dossier de presse pour travailler sur le spectacle « Via Kanana »