École élémentaire
12/14 rue d'Alésia
75014 Paris

tél : 01 43 22 96 94

https://ec-12-alesia.ac-paris.fr
Voir le plan

La classe des CM1B visite le musée Cluny

Date de création : 21/12/2014
Date de dernière mise à jour : 21/12/2014

La classe des CM1B visite le musée Cluny.

 

Compte-rendu d'une conférence particulièrement intéressante au musée Cluny... Saurez-vous trouver le détail de la vie des femmes de Seigneurs qui a particulièrement marqué les esprits des élèves ?

C'était un hôtel particulier qui appartenait à un seigneur qui s'appelait Jacques d'Ambroise; son blason est « barré de gueules et d'or », c'est-à-dire or et rouge.

ARMOIRIES TIMOTEO ARTHUR

Au Moyen-Âge, pour les combats, les chevaliers utilisaient des armes comme : une lance, une épée et un couteau. Leurs protections, c'étaient des cottes de mailles renforcées par des plaques de fer pour mieux protéger les endroits sensibles. Le bouclier était en bois, en cuir et en tissu. Les seigneurs et les chevaliers chassaient en temps de paix, car c'était instructif, il y avait aussi des tournois pour entretenir la force physique; pour la chasse, on utilisait des faucons et des chiens. Les pages s'occupaient des chiens.

En temps de guerre, l'église interdisait les combats le jour de Noël et de Pâques; sinon les combattants étaient excommuniés. On savait comment ils chassaient car Gaston Fébus (« soleil » en latin ; on l'a appelé comme ça car ses cheveux étaient blonds, clairs comme le soleil) a laissé un livre sur la chasse.

Au musée, il y avait une grande salle où on trouvait une table, dépliante comme tous les meubles à l'époque. Si on demandait un lit, on dépliait un lit. On disait « dresser un lit » « dresser une table »...

Les cuisines pouvaient contenir, à peu près quinze personnes !

Les dames se lavaient les dents avec du vinaigre et se frottaient avec des os de seiche. Elles se lavaient dans une bassine en bois et pour éviter les échardes, on mettait un drap.

P1030241

Pour le maquillage, les dames devaient être blanches et leurs cheveux blonds très clairs. Pour les éclaircir les dames se mettaient de l'urine dans les cheveux et les exposaient au soleil.

Charles le Téméraire a écrit ce qu'il mangeait au petit déjeuner : un œuf dur, une poire cuite, un bouillon de viande, du pain et du miel.

Après nous sommes allés dans une chapelle où de moines priaient pour Jacques d'Ambroise, qui lui même les payaient pour qu'ils prient pour lui. Dans cette même chapelle, il y avait un aigle en bronze et un plafond gothique avec des piliers torsadés. Ensuite nous sommes allés voir la dame à la Licorne. Il y avait six tapisseries dont cinq représentaient les cinq sens et une qui représentait la conscience. Ces œuvres appartenaient à une personne riche, qui après devint seigneur. A table, on mangeait toujours avec trois doigts ou quatre mais jamais cinq. La fourchette n'était pas encore utilisée. Pour que le sol sente bon, on mettait des fleurs, et de la paille sur la pierre pour protéger du froid.

Cette sortie était très bien !

Théo

Vendredi 21 novembre 2014 nous avons visité le musée Cluny qui est un hôtel particulier qui date du Moyen-Âge. À l’extérieur nous avons vu de très jolies gargouilles. Quand nous sommes entrés dans la cour nous avons vu un beau puits assez profond.

Quand nous avons pénétré dans le musée, la conférencière est arrivée et nous a dit que nous nous situions dans l’ancienne cuisine de Jacques d’Ambroise. Puis nous avons vu son blason barré de gueules et d’or.

 Nous sommes montés à l’étage et nous avons vu des armures, des épées et des heaumes.

ARMURE CHEVALIER

Dans la deuxième salle nous avons vu des tapisseries, des bagues, des ustensiles pour la cuisine et des cure-dents. Nous sommes allés dans la plus belle salle du musée : la salle de « La dame à la licorne » et là, nous avons vu six tableaux, les cinq premiers représentant un sens et le sixième la conscience. Merci pour la sortie !!!

Edgar et Guilhem

 

L’autre jour, nous sommes allés au musée Cluny avec la classe. Là-bas il y avait des tapisseries, des statues, des vitraux et de vieux objets. Nous avons appris que, autrefois, il y avait un seigneur qui s’appelait Jacques d’Ambroise et que le musée Cluny était son hôtel particulier. A l’intérieur, à l’accueil, il y avait un blason rouge et or. Les chevaliers étaient équipés d’une épée, d’une lance, d’un bouclier, d’un couteau, d’un heaume, d’une cotte de maille et d’une armure.

 

Ils pratiquaient la chasse au faucon et au cheval, ils faisaient des tournois. Au musée, il y avait la tapisserie « la Dame à la licorne »qui est le petit bijou de Cluny. Elle représente la conscience et les cinq sens. Il y avait des animaux empaillés qui venaient du jardin des plantes. J’ai adoré la sortie car ce musée était magnifique, je vous conseille d’y aller. 

 Ella

Le vendredi 21 novembre nous sommes allés au, musée de Cluny. Ce musée fut construit au Moyen-Age. C’était un hôtel particulier. Il fut construit au XVème siècle par un seigneur religieux membre de l’ordre de Cluny.

Nous sommes d’abord entrés dans la cour. Nous sommes ensuite allés dans l’entrée qui servait autrefois de cuisine. Dans ces cuisines travaillait d’habitude une quinzaine de personnes.

Ensuite nous sommes allés dans une pièce où étaient exposés des armes de seigneurs. La conférencière nous a expliqué que l’entraînement à la guerre pour les seigneurs consistait à faire des tournois et à chasser. Il existe deux types de chasse : la chasse au faucon qui consiste à lancer l’oiseau à la recherche d’une petite proie (lièvre, oiseaux…) et la chasse à cheval au cours de laquelle l’animal est tué avec une lance.

P1030233

 

Nous sommes ensuite allés dans la grande salle où était dressée une table. Il y avait sur le mur une tapisserie représentant des paysans utilisant un pressoir banal. Nous avons aussi vu que les seigneurs jouaient aux échecs.

La conférencière nous a ensuite expliqué comment se lavaient les seigneurs au Moyen-Âge. Ils se lavaient dans une bassine en bois remplie d’eau et ils étaient recouverts d’un drap car ils croyaient que le contact de l’eau était dangereux pour la peau. A l’époque l’idéal de beauté était la blancheur de peau et la blondeur des cheveux. Les femmes étaient prêtes à tout pour être blondes et se teignaient les cheveux avec de l’urine.

Au petit-déjeuner, les seigneurs mangeaient par exemple: des fruits cuits (une poire), du bouillon de préférence de viande, du pain, et parfois du lait et un œuf mollet (Gaston Fébus, comte de Foix).

Nous sommes ensuite allés dans une pièce, où, sur le mur était exposés un grand tableau représentant une veuve accompagnée des 11 enfants qui ne sont pas morts sur les 15 qu’elle a eues.

P1030246

La conférencière nous a expliqué, qu’à l’époque, un enfant sur quatre mourait avant trois ans et elle nous a dit ensuite que les enfants de seigneurs devenaient : homme d’église, chevaliers ou eux-mêmes seigneurs (dans ce cas-là il n’y avait que les aînés).

Après nous sommes allés dans la chapelle privée de Jacques d’Ambroise. Elle était de style gothique flamboyant. Elle avait en son centre un pilier torsadé qui nous rappelle l’église Saint-Séverin.

P1030247

Nous avons ensuite vu les six magnifiques tapisseries de la Dame à la Licorne. Elles représentent les cinq sens et la conscience. Sur chacune d’elles il y a un lion et une licorne tenant entre leurs pattes des lances de tournois torsadées blanches et rouges.

Nous avons fini la visite dans une salle où il y avait un petit coffre de voyage sculpté dans du marbre.

Thomas, Marius, Antoine, Karamoko

 

Le vendredi 21 novembre 2014, nous sommes allés au musée Cluny qui est un hôtel particulier ayant appartenu à Jacques d’Ambroise (1440-1516). Nous sommes entrés dans la cour du musée, elle était superbe. Il y avait de belles gargouilles, on en a même vu une sur un puits. Ensuite, la conférencière nous a dit d’entrer et nous a emmenés dans l’ancienne cuisine de l’hôtel particulier qui sert maintenant de hall d’accueil et où l’on peut voir le blason de Jacques d’Ambroise, un bouclier or et rouge, entouré de coquilles Saint-Jacques. Nous sommes entrés dans une salle où il y avait une table et un grand coffre, des outils et des tapisseries. C’était la grande salle où l’on dépliait les meubles dont on avait besoin car tous les meubles (tables, chaises, lits etc.) étaient mobiles. Pour leurs petits-déjeuners, les seigneurs mangeaient un repas très consistant : bouillon de viande, poires cuites, tartines de miel… L’Amérique n’avait pas encore été découverte, on ne connaissait donc pas le cacao, les tomates ni le maïs. La préparation des repas était très longue, les seigneurs faisaient donc venir des artistes pour les distraire en attendant les plats. La fourchette n’était pas encore inventée, ils mangeaient donc avec trois doigts.

 L’oisiveté étant un péché pour les Chrétiens, les femmes s’occupaient à broder et les hommes jouaient à des jeux de société comme les échecs (qui se jouaient avec un dé). En tant que chrétiens, les seigneurs n’avaient pas le droit de faire la guerre à Noël et à Pâques, sous peine d’excommunication (Excommunier :mettre hors de la communauté chrétienne).

 Sur l’une des tapisseries du château, on voit une famille de quinze enfants dont quatre étaient morts, mais représentés. La conférencière nous a expliqué qu’un enfant sur quatre mourrait avant trois ans. Les femmes devaient donc avoir beaucoup d’enfants, et se mariaient tôt, vers quatorze ans. Les seigneurs ne se mariaient pas par amour mais pour élargir leurs territoires. L’aîné d’une famille de seigneur devenait seigneur à son tour, quant aux autres, ils devenaient soit moines, soit chevaliers. Avant de devenir chevaliers, moines ou seigneurs, les enfants étaient pages chez un autre seigneur allié de leur père. Les enfants de paysans, qui travaillaient dans les cuisines, étaient nommés « galopins », car ils couraient partout. Elle nous a expliqué que les paysans étaient obligés d’utiliser le moulin à grains et le pressoir à raisin du seigneur, contre le quart de ses récoltes et de l’argent.

P1030242

Ils devaient aussi faire toutes sortes de corvées comme nettoyer la grande salle du château.

 Puis nous sommes passés dans une salle où étaient exposés des armes, des armures et des boucliers. Là, la conférencière nous a expliqué que les seigneurs pratiquaient la chasse à courre et au faucon, tandis que les dames n’avaient droit qu’à la chasse au faucon.

 La visite s’est poursuivie par la petite chapelle privée du seigneur où Jacques d’Ambroise faisait prier des moines pour lui. Nous y avons vu un pilier torsadé comme dans l’église Saint Séverin. Enfin, nous sommes allés voir les six tapisseries de la Dame à la Licorne qui représentent les cinq sens (l’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher et le goût) et la conscience. Les couleurs vives comme le rouge, couleur de puissance et le bleu étaient signes de richesse. C’est pourquoi les tapisseries de la Dame à la Licorne possèdent ces couleurs.

 La Dame à la Licorne a les cheveux blonds et la peau pâle, en signe de pureté, comme c’était la mode à cette époque du Moyen-Age. Pour obtenir ces cheveux blonds, elles trempaient leurs cheveux dans l’urine et les exposaient au soleil. Elles croyaient que l’eau abîmait la peau, c’est pourquoi elles se baignaient dans une baignoire recouverte d’un drap.

La visite se terminait là, et nous sommes sortis par une petite porte secrète.

Merci pour cette visite qui restera gravée dans nos mémoires !

Raphaël

Avec la classe, nous sommes allés au musée Cluny.

En rentrant dans la cour du musée, nous avons vu un beau puits et de belles sculptures sur les murs. Quand nous sommes entrés, la conférencière nous a montré un blason rouge et or avec autour des coquilles Saint-Jacques et on pouvait reconnaître les armoiries de Jacques d’Ambroise.

ARMOIRIES THEA SOLENE MANUELA

 

 Nous sommes montés au deuxième étage et nous avons vu des armures de chevaliers : leurs armures étaient des casques, des gilets en cottes de maille, des boucliers, des épées et des poignards.

 Ensuite, nous sommes entrés dans une autre salle, et la conférencière nous a dit qu’autrefois, les seigneurs faisaient la guerre ou ils faisaient des tournois et aussi la chasse au faucon. Dans cette pièce, la conférencière nous a montré une tapisserie où les paysans travaillaient pour le seigneur.

 Après, nous sommes allés dans plusieurs autres salles et dans l’une d’elles, il y avait une tapisserie où l’on voyait une mère avec 15 enfants dont 4 morts. Nous avons vu aussi les tapisseries de la dame à la Licorne, il y en avait six. Ça représentait les cinq sens et le sixième, la conscience.

 Pour finir, nous avons vu des magnifiques sculptures et après ça, nous sommes sortis du musée c’était la fin de cette super sortie .

 Solène, Théa, et Manuela.

 

Nous sommes allés dans l'hôtel particulier de Jacques d'Ambroise, maintenant le musée Cluny. Nous avons vu un blason de couleurs rouge et or. Nous avons vu des armures en cottes de maille. Les seigneurs mettaient dessous des vêtements matelassés. Il y avait aussi des statues de chevaliers.

P1030228

Après nous sommes passés dans une autre salle. Ensuite on nous a montré une cheminée où on cuisait les repas. Et on nous a expliqué que les princesses se teignaient les cheveux avec de l'urine. La conférencière nous a expliqué que les seigneurs se mettaient du gras sur eux pour s'hydrater. Et sous les aisselles, on mettait des herbes qui servaient de déodorant. Et on a aussi vu des tapisseries du Moyen-Âge, celle de la Dame à la Licorne où une femme dressait une licorne et un lion qui tenaient des drapeaux. Nous avons bien aimé le musée CLUNY.

Matias, Basile et Nathan

 

Aujourd'hui, nous avons visité le musée Cluny. C'était bien, nous avons aimé les animaux dans les tapisseries et quelques uns dans les vitraux.

ANIMAUX ROSE

Nous avons vu des armures de chevaliers. Comme à Saint Séverin, il y avait de très belles gargouilles. Il y avait aussi des coquilles Saint- Jacques en hommage à Jacques d'Ambroise.

Au Moyen-Âge, les femmes de Seigneurs devaient être blondes, alors les brunes se mettaient de l'urine dans les cheveux !

Rose

Enseignante Madame Blaye

Ecole Modèle 2018 - QFED - Pied - Lien custom