Les troisièmes luttent contre la violence

20190509 112616

Noël Agossa, fondateur du collectif « Plus jamais ça », créé après la mort de sa nièce Aïssatou SOW, en 2017, mon ancienne élève, collectif venu s’ajouter à son association « ADOUNA DEVELOPPEMENT » venant en aide aux plus défavorisés, est revenu cette année au collège afin de faire réfléchir tous nos troisièmes sur ce que représente la violence pour eux, sur les solutions qui existent et surtout sur la nécessité primordiale d’en parler, quand et s’ils sont concernés, eux-mêmes ou un de leurs proches.

 

20190515 122843 

Les élèves ont eu un mois pour réfléchir à un projet artistique de leur choix, le support leur ayant été laissé totalement libre, film, clip vidéo, chanson, slam, affiche, bande dessinée, etc.

Screenshot 20190531-225431 Gmail Screenshot 20190531-225414 Gmail 

Ils nous ont tous à la fois surpris par leur engagement sans faille, aucun ayant refusé de participer à ce projet, mais aussi par la qualité de leurs réalisations. Certains ont présenté leur projet seul, d’autres par groupes de 2, 3 ou 4.

Screenshot 20190531-225733 Gmail 

Pendant deux heures pour chaque classe, Noël Agossa les a filmés, enregistrés, leur a demandé de justifier leurs choix artistiques et a débattu avec eux sur ce qu’ils avaient parfois eux-mêmes vécu, dont ils avaient été témoins, ou sur les réactions qu’ils craignaient d’avoir ou de ne pas avoir.

 

A ces 6 heures pour les 3e1, 3e2 et 3e3, se sont ajoutées 4 heures réservées aux 3e4 qui se sont d’abord rendus au collège Pablo Neruda d’Aulnay-sous-bois, où enseigne Mme Vercruyssen, qu’une bonne moitié d’entre eux ont eue comme enseignante de français l’an passé, afin d’assister à la présentation des projets artistiques de ses élèves de troisième de cette année, et ils les ont ensuite accueillis, trois jours après, au collège, afin de leur présenter à leur tour leurs projets.

 

Cette mise en commun a permis de mettre en lumière les différences de perception, les a priori parfois, mais elle a été d’une richesse et d’un intérêt majeur pour tous ces jeunes collégiens.

 

Bérengère Toton