Ours polaire

IMG-7654

Ours polaire - Grande galerie de l'Evolution

 

Dossier de l'exposition : espèces d'ours

https://www.mnhn.fr/sites/mnhn.fr/files/atoms/files/20160908_dp_expoours_2016.pdf

Un autre artiste bien connu s’est aussi inspiré des ours du Muséum, François Pompon (1855 - 1933) dont la célèbre sculpture grandeur nature de l’ours blanc aux contours lisses, presque candides, marque les esprits. Le Muséum détient le plâtre original créé en 1922, installé depuis peu au Musée de l’Homme, ainsi qu’un moulage présenté dans la Grande Galerie de l’Évolution.

Sans titre 2

 Copie de l'Ours de François Pompon exposée dans la grande galerie de l'Evolution- @MNHN

 

L'oeuvre de Pompon est exposée au Musée d'Orsay :

"Pendant des années, Pompon est l'un des praticiens les plus recherchés de Paris, taillant le marbre pour Auguste Rodin et pour Camille Claudel. Mais à partir de 1905, par réaction à l'expressionnisme rodinien, Pompon abandonne la figure humaine au profit des animaux qu'il observe au Jardin des Plantes : l'Ours blanc est le plus bel aboutissement de cette veine et c'est lors de sa présentation au Salon d'Automne, en 1922, que l'artiste obtient tardivement son premier succès public, à l'age de 67 ans.

Eliminant l'accessoire et le détail, il abandonne tout rendu réaliste pour s'attacher à "l'essence même de l'animal". Cette économie de moyen donne à l'oeuvre une présence qui trouve sa véritable force dans l'échelle monumentale. Loin de l'anecdote, elle révèle la recherche d'une intemporalité, d'une permanence : sous les dehors silencieux des formes pleines, l'univers de la sculpture lisse devient le lieu d'éclosion d'une aspiration à la forme universelle. "Je conserve un grand nombre de détails destinés à disparaître, disait Pompon. Je fais l'animal avec presque tous ses falbalas. Et puis petit à petit, j'élimine...". Colette était frappée par les pattes "épaisses et muettes" de ses animaux.

Les sculptures de Pompon se caractérisent par une appréhension intuitive, des formes aux contours arrondis, un refus de la géométrie, un goût pour les matériaux traditionnels. "J'aime la sculpture sans trou ni ombre" disait-il, privilégiant les pierres claires, sans obstacle à la coulée du jour sur les volumes.

Rodin lui avait appris la maîtrise des profils, le rendu du mouvement agglomérant plusieurs gestes pour en concentrer la puissance. Pompon entre ainsi dans une tradition classique de la sculpture que l'on peut suivre d'Aristide Maillol à Constantin Brancusi. Dans le panorama de la sculpture entre 1900 et 1914, il sut trouver une alternative à la déconstruction cubiste."

Source : https://m.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/commentaire_id/ours-blanc-365.html

Redresser les oreilles cassées, recoller les griffes disparues, greffer de nouveaux poils... Les ours naturalisés du Muséum national d'histoire naturelle de Paris se refont une beauté entre les mains expertes d'une taxidermiste à quelques semaines de l'ouverture de l'exposition "Espèces d'ours".

A suivre : https://www.sciencesetavenir.fr/sciences/au-museum-un-salon-de-toilettage-pour-ours-naturalises_106081

Les espèces exposées au niveau de l'ours naturalisé sont des espèces vivant au pôle Nord par opposition à celles exposées au niveau de l'Ours de Pompon qui vivent pour elles au pôle Sud. Ainsi l'ours polaire ne peut croiser le manchot empereur.

Les plaques de plexiglas sur lesquelles sont exposées les animaux symbolisent la glace. L'ours s'apprête à plonger sur un phoque sous l'oeil attentif du morse.