Ethnologie et Tango - Séance 3 -

29 janvier 2014, 8h30.

Il fait bien froid dehors, peut être que le climat sera plus chaud en salle 203. Mourad Hakmi se rend au 2ème étage avec les élèves et le professeur . L’enthousiasme des adultes qui ont encadré les séances de pratique du Tango tous les mardis, ne fléchit pas ; au moins 7 pas ont été assimilés et certains élèves commencent vraiment à savoir improviser sur 3 minutes de musique sans communiquer verbalement, certains « driblent » vraiment de façon étonnante. Des mots vont enfin pouvoir être lâchés, Mourad sait que les obstacles ou les problèmes qui vont être exposés, partagés, seront autant de points d’appui pour faire avancer la réflexion du groupe. Il va devoir dribler à son tour. 

 

Les élèves s’installent, saluent Mourad Hakmi et Francine qui vient d’arriver. Ils sont prêts, ils prennent la fin du cahier d’espagnol pour prendre des notes.

Mourad entre directement dans le vif du sujet :

Qu’est ce que la « culture Tango » ?

 

ethno31

 

- Une danse à deux !

- Une danse de couple, un duo !

- Entre deux partenaires

- Le guideur ou la guideuse et la guidée !

 

La prise de parole se fait en levant la main…

Bien. La Milonga est une sorte de Tango et c’est aussi le bal, l’endroit où on danse.

 

Nous allons voir un extrait de film qui parle de l’histoire de Hernan et de sa famille. Il vient d’Europe de l’est. C’est un immigré. Il raconte comment sa vie en Argentine a été marquée par le Tango. Plus jeune, il se levait à 3 heures du matin pour répéter ou inventer des pas.

 

ethno35

 

-Monsieur, est ce que le Tango lui rapportait de l’argent ?

 Non, mais c’était un passionné. Est ce qu’il allait dans les Milongas pour rencontrer des filles ?

  

ethno32

 

 Non, car il n’y avait pas de filles, on dansait, s’entraînait à jouer le rôle du guidé et du guideur. C’était dans les années 40 et à cette époque c’était l’homme qui devait guider.

 

-  Mais des fois, est ce que l’homme était guidé par la femme ?

Non, c’était mal vu. Depuis, la conception du rôle de la femme a changé. Il y a 70 ans, les femmes ne pouvaient pas voter.

Pourquoi les hommes seulement allaient aux Milongas alors ?

ethno33

Parce qu’à cette époque, les immigrés n’étaient souvent que des hommes. Ils allaient au bal pour le plaisir, par passion comme on va au foot. Pas pour voir des filles. C’était pour avoir des sensations.

 

Maintenant nous allons découvrir l’histoire de Enge qui explique pourquoi elle a fui les discothèques pour aller dans les Milongas. Dans un bal Tango, elle se sent elle-même et se sent respectée. Elle se rend aux Milongas par amour de la danse, de l’orchestre. Pour elle, le temps s’arrête.

ethno34

 

Vous avez le droit de trouver cela excessif ; elle dit que c’est comme si elle était en méditation. Elle parle de ce qu’elle n’apprécie pas dans le Tango aujourd’hui. Elle parle de valeurs. C’est quoi une valeur ?

 

- Quelque chose de précieux.

 Oui, et pour elle les valeurs négatives sont l’argent et la compétition. Les valeurs positives sont l’amour et le respect qu’elle ressent.

Et là on voit que le Tango est une culture.

 

- Le Tango n’est pas qu’une danse monsieur, c’est aussi une culture.

 

Dernière vidéo. On va faire la connaissance de Ernesto qui travaille au Japon et est de passage à Buenos Aires. Son père était un grand tanguero. Lui s’entraîne devant la glace. Qui ne l’a pas fait ? C’est un classique

 

-Si moi, des fois dans ma salle de bain !

 

Son grand père était espagnol et a fait la guerre civile espagnole. A la fin de la guerre, il a fui son pays car son parti a perdu la guerre. Il s’est exilé et à découvert le Tango. Sa femme a un regret, elle dit qu’elle a refusé de danser avec lui avant qu’il décède. Mais c’est le Tango qui leur a permis de se rencontrer. Elle raconte qu’elle ne dansait pas bien contrairement à son mari qui était un campeon. La grand-mère d’Ernesto avait un autre rapport au Tango que Hernan ou Enge. Le Tango lui a donné l’occasion de faire une rencontre amoureuse alors que pour Hernan et Enge le Tango était une quête de sensation et de plaisir liés aux mouvements et à la musique. 

 

Pour conclure, on peut se reposer la même question :

Qu’est ce que la culture Tango ?

 

- C’est la façon de faire d’un groupe de gens.

 

En quoi c’est une façon ?

- C’est l’importance, l’amour de l’improvisation.

- C’est la rencontre entre des gens.

- C’est des valeurs !

 

C’est une culture en effet parce qu’elle permet la rencontre. Le Tango est imprégné de valeurs et de codes. De codes vestimentaires aussi, les danseurs collectionnent les chaussures comme des objets précieux, il y en a de toutes sortes : vernies, noires, lisses, en lézard… ça vous rappelle quelque chose cette passion pour les chaussures ?