Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14

Spectacles et écrits des élèves : le « programme »

Le programme d'un spectacle est l'occasion de découvrir un type d'écrits particulier. L'envisager dans sa programmation pédagogique permet de le situer parmi des typologies : de supports, types d'écrits, types de textes, genres...

Le « programme » des professeurs

Les programmes de 2008 évoquent, de l’école maternelle au CM2 :

  • des supports d’écrits : affiches, livres, journaux, revues, écrans, enseignes
  • des types d’écrits en incitant à les reconnaître, à les nommer et à identifier leurs fonctions : littéraires (dialogue, portrait, description), documentaires (manuel, encyclopédie, revue, site internet), fonctionnels par exemple des écrits scolaires (consignes, énoncés), de la vie courante (recette, règle du jeu)
  • des types de textes : narratif, explicatif, poétique
  • des genres littéraires, terme mentionné dès la maternelle : contes, légendes, fables, poèmes…

Le « programme » : un type d’écrit à lire et à produire

Plusieurs types de programmes à observer

Le programme est un type d’écrit tout à fait intéressant à observer en classe :

  • le programme de télévision ou de radio : il désigne une liste des horaires de diffusion des émissions et leur contenu ;
  • le programme de la classe, pour la journée, mais aussi pour l’année pour un domaine disciplinaire ou d’activité : c’est l’ensemble des thèmes abordées par cet enseignement dans un laps de temps donné ;
  • le programme d’un spectacle : il s’agit d’un écrit annonçant (« Demandez le programme ! ») et décrivant les différentes parties du spectacle ; il y aura des variantes selon qu’il s’agit d’une pièce de théâtre, d’un concert, d’opéra, de danse, de cirque...

D’autres sens existent pour les plus grands, par exemple :

  • un programme informatique (suite d’instructions donnée à un ordinateur) ;
  • un programme électoral (ensemble de mesures proposées par un candidat à une élection, en période pré-électorale.

Des occasions de spectacles

Il n’est pas rare que dans les écoles soit donné un spectacle des élèves : par exemple la chorale se produit devant les parents, une saynète est jouée voire une pièce, une classe a créé une danse, une autre a conçu un moment de cirque, etc.

Une démarche de projet

Pour lier spectacle et langue écrite, le programme du spectacle se prête très bien à une élaboration incluse dans une démarche de projet (le projet : réaliser un programme pour annoncer le contenu du spectacle). L’écrit a un objectif, des destinataires ; et il va permettre des apprentissages explicites.

La démarche d’apprentissage et de réalisation proposée : observation, formalisation, écriture

Comme pour tout type d’écrit découvert, étudié, il est utile de réunir un certain nombre de programmes différents pour les observer, faire des regroupements et extraire les caractéristiques.
Ainsi regroupera-t-on des programmes de télévision et de radio, des programmes scolaires, des programmes de spectacles (la liste n’est pas limitée).

Le programme de spectacle sera défini par les caractéristiques suivantes :

  • des destinataires : le public qui vient à ce spectacle ; le programme se distingue de l’affiche qui a une cible collective, le programme est individuel
  • le moment où il est diffusé : à l’arrivée au spectacle
  • la fonction : informer sur le contenu et les artistes, en général mettre en valeur
  • le support, le papier, son format : d’une simple page à un véritable livre (c’est intéressant de montrer un exemplaire d’un programme de l’Opéra ou de la Comédie française) ; très souvent les programmes ont un format A4 plié en deux
  • l’aspect commercial ou non : les gros programmes sont payants à l’inverse des feuillets
  • la silhouette du texte : en gros caractères le titre du spectacle ; le contenu est souvent constitué de listes et d’une partie de texte, parfois de photos ou d’une photo ou un dessin
  • le contenu : il varie selon le type de spectacle, mais comprend :
    • le nom des personnes sur scène avec leur rôle (chef d’orchestre, danseur, musicien, choriste, clown…)
    • le nom de personnes qui ne sont en général pas sur scène : l’auteur du texte (pièce), le compositeur de la musique (concert), le metteur en scène (théâtre)…
    • un texte qui présente l’argument (court résumé de l’intrigue), parfois mentionne les spectacles précédents, donne quelquefois des précisions sur la démarche de création (création collective, adaptation d’un conte à la scène, etc.).

Ayant observé ces caractéristiques, plus ou moins développées selon le niveau de classe, la classe peut les formaliser de façon adaptée, pour ranger la fiche d’identité du programme de spectacle dans le dossier où se trouve les caractéristiques de la lettre, de la règle du jeu, du compte rendu, du menu…
On remarquera que le menu, l’emploi du temps et le programme sont des écrits qui ont des points communs (des listes) et une fonction analogue (informer à l’avance).

La classe, munie des critères de réalisation qui constitueront aussi les critères d’évaluation, peut alors élaborer son programme.

Des projets de programmes de circonscription

Un spectacle peut aussi consister en une succession de prestations et non d’une seule : par exemple, certains spectacles d’école ou encore les Rencontres de circonscription, chorales ou chorégraphiques. Dans ce cas, la rédaction du programme est coordonnée et chaque classe reçoit une commande pour que sa contribution figure à l’unisson dans un seul programme collectif.

C'est le cas chaque année pour :

  • les Rencontres chorales à la Reine Blanche
    où chaque classe indiquera le titre des œuvres chantées et leurs auteurs (paroles de…, musique de…), le nom de l’éventuel musicien accompagnateur, le ou les professeurs, quelques lignes indiquant par exemple les raisons du choix de cette chanson et la façon de l’interpréter
  • les Rencontres chorégraphiques à l’Etoile du nord
    où chaque classe indiquera le titre donné à la danse, les références de la musique, le nom de l’éventuel danseur partenaire, le ou les professeurs, quelques lignes indiquant comment la danse a été créée.

Types d’écrits et types de textes : des distinctions utiles

Types d’écrits à l’école

Les écrits que l’on manipule à l’école peuvent être classés en trois grandes catégories :

  • les écrits littéraires : sous forme de livres, parfois sous forme multimédia, ils ont pour caractéristique commune de faire pénétrer dans un univers de fiction ou/et de jouer de la fonction poétique du langage
  • les écrits documentaires visent à faire apprendre dans tous les domaines, complétant des connaissances, instruisant sur un sujet dont on ignore tout ; ils apportent une information attestée, organisée sous des formes variées : livres, fiches, magazines outils multimédias… ; ces outils documentaires peuvent eux-mêmes être très différents : volume spécifique consacré à un sujet précis (le loup, la guitare électrique), ouvrage à visée plus large regroupant des connaissances sur un univers thématique (les mammifères, les instruments de musique) ou encyclopédie qui, elle, rassemble un vaste ensemble de références selon un ordre alphabétique ou un classement thématique (le dictionnaire de la musique) ; ils ont leur place particulière dans les séances de découverte du monde, mais aussi en relation avec toute activité, dès qu’un enfant questionne ou que l’enseignant provoque le questionnement
  • les écrits fonctionnels scolaires ou de la vie courante ont pour fonction dominante de faciliter l’organisation pratique. À l’école comme dans la vie courante, ils sont abondants et divers, se présentant sous une très grande variété de supports, combinant un écrit plus ou moins fourni avec des illustrations diverses. L’écrit lui-même peut se présenter sous forme de texte, mais aussi de mots seuls, de listes, en tableau, etc.

Types de textes

Il existe de nombreuses typologies de textes fondées sur des principes de catégorisation différents.

Une typologie simple et essentielle dès l’école maternelle distingue les textes de fiction des autres. Les programmes distinguent texte narratif, descriptif, explicatif, poétique.

On peut ainsi les préciser :

  • le type textuel narratif présente des enchaînements d’action : on l’observe dans un récit, une nouvelle, un conte, un témoignage, un énoncé de problème, un compte rendu, dans une BD, dans un film, un journal intime, l’argument dans le programme d’un opéra, le résumé d’un film dans L’Officiel des spectacles, etc.
  • le type descriptif a pour fonction de représenter, de donner à voir : on le trouve en littérature (portrait, description d’objet, de paysage), en publicité, dans un catalogue, pour remplir une grille de mots croisés, dans un guide touristique, un dictionnaire, une petite annonce, une fiche individuelle de renseignements, etc.
  • le type poétique (parfois rhétorique) concerne les textes où le jeu sur les mots et le rythme sont déterminants, tels que poème, prose poétique, chanson, prière, proverbe, dicton, maxime, titre, slogan, graffiti, tag, etc.
  • le type explicatif (informatif, documentaire) a pour fonction de faire comprendre : on le trouve dans les ouvrages documentaires, scientifiques, les encyclopédies, dictionnaires, les légendes de schémas, dans un itinéraire, un calendrier, un compte rendu d’expérience, etc. ; A l’objectif consistant à expliquer, peut s’ajouter aussi celui de convaincre ou de faire agir, ce qui amène à distinguer :
    • le type argumentatif vise à convaincre, à persuader ; on en trouve des exemples dans le discours politique, dans la publicité, dans les campagnes en faveur de la santé, etc.
    • le type injonctif a pour fonction de faire faire : c’est le cas des règlements, règles de vie, règles de rangement, règles du jeu, consignes, modes d’emploi, notices de montage d’un objet, d’utilisation d’un produit, ordonnance du médecin, recette de cuisine, etc. ; ce type de textes relève bien du type explicatif par les caractéristiques suivantes : nécessité de faire comprendre, exhaustivité et ordre dans les informations fournies.

On pourra également distinguer aussi bien dans un roman que dans un journal :

  • le type dialogique : questionnaire d’enquête, bulle de BD, interview, dialogue (romanesque, théâtral, pour marionnettes, sketch), etc.

Types d’écrits/Types de textes

Les différentes formes d’écrits sociaux, considérés sous l’angle de leur support spécifique (livre, journal, affiche, dépliant, lettre, etc.) présentent des caractéristiques propres.

Il est fréquent qu’un même écrit relève de plusieurs types textuels. On peut alors repérer les différentes zones textuelles. Par exemple, une lettre peut contenir une séquence narrative (l’auteur raconte une rencontre), une séquence descriptive (il trace un portrait), argumentative (en cherchant à montrer que ce n’est pas qu’un coup de foudre), etc.

Quoi qu’il en soit (un seul ou plusieurs types textuels dans le même écrit), un type d’écrit est conforme à certaines caractéristiques : mise en page, support, format, couleur, images ou non, longueur, éléments indispensables, etc. Les aspects visuels seront mis en évidence avec les élèves. De même, les fonctions des différents écrits seront peu à peu maîtrisées par les enfants : ils sauront à quoi sert un annuaire, un calendrier, un catalogue, un journal, un guide, etc.

Un travail sur le type de textes s’attachera davantage au fonctionnement du discours. Chaque type textuel a des caractéristiques linguistiques : les textes explicatifs sont généralement à la troisième personne et au présent, sans narrateur identifié ; les textes injonctifs sont souvent à l’impératif, à l’infinitif ou à la seconde personne de l’indicatif présent ou futur ; les adjectifs abondent dans le texte descriptif ; les textes dialogiques ont des signes visuels caractéristiques (tirets, guillemets), pour ne citer que quelques traits de certains types.

Correspondant aux types de textes (narratif, explicatif, injonctif, descriptif, poétique), voir dans le document ci-dessous un exemple de tableau d’affichage dans une classe, complété au fur et à mesure :

  • écrits qui racontent
  • écrits qui expliquent
  • écrits qui expliquent et qui disent en plus ce qu’il faut faire
  • écrits qui décrivent quelque chose ou quelqu’un
  • écrits qui jouent avec les mots.