Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14

Echecs : sport ou jeu d’esprit ?

Le ministère a fait preuve d'incitations successives pour développer la pratique des jeux d'échecs. Des ressources pédagogiques sont proposées par ailleurs aux enseignants.

Une promotion du jeu d'échecs

Le ministère de l’éducation nationale souhaite développer la pratique des échecs dans les écoles, les collèges et les lycées. 

  • D'une part, l’initiation et la pratique des échecs facilitent les apprentissages, les échanges, le calcul et l’analyse de situations, l’anticipation et l’imagination, la compréhension et la nécessité de règles, l’accès aux notions de plans et de stratégies, etc.
  • D'autre part, les échecs sont considérés comme une activité sportive à part entière.

Dans le cadre du plan sciences et technologies à l’école, lancé en janvier 2011, les enseignants ont été invités à développer dans les classes l’usage des jeux traditionnels et notamment du jeu d’échecs.

Eduscol présente des ressources.

Des conventions

Une première convention-cadre a été signée le 15 février 2007 entre le ministère et la fédération française des échecs (publiée au BO n°11 du 15 mars 2007).

Une seconde convention-cadre a été signée le 31 octobre 2011 entre le ministère et la fondation  L’Échiquier de la réussite.

Une circulaire

Parue au BO n°3 du 19 janvier 2012, la circulaire n ° 2012-011 du 12 janvier 2012 considère le jeu d’échecs comme « un outil supplémentaire au service des apprentissages ».

  • À l’école élémentaire , la pratique du jeu d’échecs, ou plus généralement des jeux à règles, développe la maîtrise de soi dans la situation d’opposition à l’autre joueur, la mise en œuvre de stratégies et de prises de décision, le respect des règles et le respect de l’adversaire, les compétences civiques, ainsi que les compétences d’initiative et d’autonomie des premiers paliers du socle commun.
  • La nature même du jeu d’échecs mobilise et entraîne les capacités de mémorisation et d’anticipation de l’élève, ainsi que de repérage spatial sur l’échiquier et ses représentations graphiques.
  • Le jeu d’échecs favorise l’utilisation d’un vocabulaire géométrique précis ainsi que d’une syntaxe logique. L’élève apprend à utiliser différents types de codage permettant de noter un coup ou un moment déterminant dans une partie.
  • La démarche du jeu par essais et erreurs, par la recherche de causalité, d’équivalence, de temporalité, vient en appui des enseignements mathématiques et scientifiques principalement en matière de résolution de problèmes.
  • L’introduction du jeu d’échecs peut s’envisager dès la grande section maternelle.

Des ouvrages pédagogiques

  • Le Jeu d’échecs au cycle 2, Véronique Houck, CRDP Bretagne, 2007

echecs

  • Apprendre avec le jeu d’échecs : de l’école au collège, Jérôme Maufras, Gérard Vaysse, CNDP, 2012

echecs-3.gif