Seconde mémoire

Les différentes étapes

- La visite de l'Assemblée Nationale grâce à Mme Seybah Dagoma, députée du troisième arrondissement. 


- Deux rencontres avec des anciens Turgotins.

photo classe Silberstein - copie

 

Mr Léon Silberstein, un ancien élève du lycée dans les années trente, est venu témoigner de ce qu'il a vécu durant la Seconde Guerre mondiale.



 

photo foyer Alain Bertrand - copie

Mr Alain Bertrand est, lui, venu expliquer le monument aux morts et les plaques commémoratives du lycée. Il a également donné de très nombreuses informations aux élèves sur la libération de Paris durant l'été 1944, puisqu'ils avaient un travail à mener sur ce thème dans le cadre du Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD).

 


- Le cycle de "lycéens au cinéma" a projeté le documentaire de Claude Lanzmann, Sobibor. Ce fut pour les élèves l'occasion de s'interroger sur la mémoire du génocide juif et tsigane. Comment faire pour transmettre cette mémoire ? Quel dispositif très particulier est adopté par le réalisateur ? 


- Durant plusieurs semaines, les élèves ont travaillé sur le sujet du CNRD "la libération du territoire et le retour de la République" en se concentrant sur la libération de Paris.

Monsieur Léon Silberstein

Léon Silberstein, un ancien élève du Lycée Turgot, avait 18 ans au début de la deuxième guerre mondiale. Nous avons pu faire sa rencontre lors de sa venue au lycée le 10 février 2014. M.Silberstein a actuellement 91 ans. Suite à sa visite dans notre classe, il nous a fait part de son vécu pendant cette période attroce.

SILBERSTEIN

Monsieur Silberstein à plusieurs reprises s’est comparé à Candide, le héros de Voltaire, naïf et chanceux malgré toutes les tragédies traversées et les aventures rocambolesques vécues. Au début de cette guerre, ses parents l’avait envoyé en zone libre à Nice, en train, caché dans un wagon qui se remplissait petit à petit d’eau.

 

(Cliquer sur les images pour voir des extraits des interviews)

 

SILBERSTEIN 3Ensuite, il nous a raconté son évasion après son arrestation dans un hôtel à Nice par les nazis, au motif qu’il était juif. Cette arrestation lui déplaît, il n’a pas de moyens pour prévenir sa sœur. Il tente une première fois de s’échapper de sa chambre car sa fenêtre donne sur une cour qui communique avec un autre bâtiment. Cependant, la chambre est au 4ème étage et il ne peut sauter. Il noue des draps, mais ceux-ci craquent. Après un interrogatoire, il remonte par chance seul dans sa chambre, et voit à ce moment-là une fenêtre au bout du couloir du premier étage qui donne sur la même cour. Il saute et se fait alors aider par une femme qui faisait le ménage. 

SILBERSTEIN 2

Il nous a raconté également qu’une de ses amies avait entendu à la BBC que les Allemands mentaient aux Juifs en leur disant qu’ils allaient les emmener dans des camps de travail alors qu’ils les déportaient dans des camps de concentration, où tous mourraient. Personne ne la crut.

 

Concernant sa scolarité au lycée Turgot, Mr Silberstein fut élève de 1936 à 1940.  A l’époque, les garçons portaient tous un uniforme avec une casquette où il y avait de marqué la lettre T comme Turgot. Il n’y avait pas de filles à l’époque dans le lycée. De 1946 à 2002, il entamma un parcourt d'expert comptable. Aujourd’hui, Mr Silberstein vit encore à Paris. Lors de son passage dans notre classe, nous avons pu voir en lui une personne avec plein d’humour, qui garde en plus toujours le sourire.

  Amin Ahmed Sabrina et Tigil Eva.