Cinéma (histoire et vocabulaire), le film, l’image dans la classe - Sitographie et bibliographie
Résumé

Le cinéma (histoire et vocabulaire), le film, l’image dans la classe - 2012

Chapeau
Contenu

Des origines aux élèves d’aujourd’hui

Inventée en 1838, la photographie (photo en grec signifie lumière, graphein : inscrire, écrire, dessiner, peindre) consiste littéralement à peindre avec la lumière. Le phonographe, inventé en 1877, est un appareil qui enregistre et reproduit les sons (phono : son). Le cinématographe, inventé en 1892, inscrit et reproduit les mouvements (kinema : mouvement), littéralement écrit les mouvements.

L’image animée est fondée sur le phénomène physiologique de la persistance rétinienne observée dès le XVIe siècle où existe la lanterne magique, ancêtre des appareils de projection (perfectionnée au XVIIe siècle, puis commercialisée).Divers objets donnent l’illusion du mouvement : roue de Faraday (inventée en 1830), phénakistiscope (1832), zootrope (1833), praxinoscope (1876)...

Dans l’histoire du cinéma, rapidement le langage cinématographique a été mis au service d’une démarche de création, de choix, et donc au service d’un projet. Aujourd’hui, un film est une œuvre composée d’images en mouvement accompagnées d’une bande sonore. C’est pourquoi il est nécessaire avec les élèves d’aborder les films vus non seulement par la narration mais par les aspects plus techniques d’images en mouvement au service de cette narration et d’effets produits sur le spectateur.
Dès lors, il ne peut y avoir de travail sur le cinéma et les films sans travailler la question de l’image, de sa construction et des effets qu’elle produit.

L’entrée pédagogique

Pour que les élèves comprennent le procédé technique sur lequel est fondé le cinéma, à savoir qu’un film est constitué d’une succession d’images fixes, donnant l’impression de n’en voir qu’une seule en mouvement, on peut montrer des « livres de pouce » (ou fleep book).
Sans entrer dans les détails, ce principe permet pour de jeunes enfants de comprendre que le cinéma est une illusion.
De même qu’en lecture, les élèves découvrent des procédés à la disposition de l’auteur (choix du narrateur, flash back, ellipses, dialogue ou récit, métaphores, vocabulaire particulier…), il est indispensable d’aborder avec les élèves quelques procédés cinématographiques contribuant à la compréhension des images animées et à la connaissance de cet art.
En voici quelques-uns qui seront à faire percevoir aux élèves lors de visionnement d’extraits revus en classe après une projection en salle.

1. LE REGARD

Les élèves sont amenés à s’interroger sur ce qui leur est donné à voir, par exemple pourquoi à un moment précis du récit, le réalisateur choisit de cadrer d’une certaine façon. On évoquera à cet effet :

  • les échelles de plan : gros plan et plan large
  • l’angle de vue (c’est-à-dire la position de la caméra par rapport à l’objet filmé) : hauteur d’homme, plongée (vue du dessus), contre-plongée (vue en dessous).

2. LE MOUVEMENT

Cette question devient essentielle dès qu’il s’agit de cinéma. Les élèves seront donc amenés à percevoir les mouvements de la caméra qui donne un rythme au film :

  • le panoramique : il permet de filmer un personnage, la caméra est fixée sur un pied et pivote de façon verticale ou horizontale. Le panoramique sert à suivre le mouvement d’un corps, à décrire un objet ou un espace. Il peut aussi permettre de recadrer un personnage laissé seul ou à dévoiler l’objet d’un suspens.
  • le travelling  : c’est le mouvement de la caméra par rapport au sujet filmé obtenu en se déplaçant avec la caméra. Celle-ci peut être placée sur roulettes ou sur un objet se déplaçant (un chariot, un vélo…) Ce mouvement peut s’effectuer vers l’« avant » pour approcher d’un objet ou l’« arrière » pour donner une sensation d’éloignement, révéler l’environnement…
    Le travelling peut aussi s’effectuer de haut en bas (travelling vertical) ou de gauche à droite (travelling latéral) par exemple pour suivre un personnage qui se déplace. L’effet de travelling peut parfois être obtenu simplement par zoom.

3. LE MONTAGE

Les élèves doivent percevoir qu’un film est le résultat d’une succession de choix et de codes. Ainsi l’étape du montage est-elle très importante et quelques procédés doivent être donnés aux élèves précisant que la succession des images est aussi le résultat de décisions donnant un sens au film :

  • entrée et sortie de champs : une règle définit que les personnages doivent sortir du champ vers la droite dans le premier plan et entrer dans le plan suivant par la gauche afin de ne pas donner l’impression qu’ils font demi-tour.
  • raccord : il permet la fluidité du passage entre les plans afin de ne pas perturber la vision. Le plus courant est nommé le cut . Le champ-contrechamp est un changement d’angle de vue sans changer de cadrage, il est utilisé le plus souvent lors de dialogue.

4. LES EFFETS

  • la profondeur de champ : elle détermine les éléments flous ou nets. Une grande profondeur de champ contribue à mettre en valeur plusieurs actions d’un même plan en parallèle, une profondeur de champ plus réduite focalise sur un personnage ou un objet.
  • la vitesse de défilement : il s’agit de la vitesse à laquelle défilent les images. Elle permet l’expression d’une action. L’arrêt sur image ou le ralenti mettent en valeur une action. Au contraire une accélération montre le temps qui passe.

Sitographie et bibliographie

  • "Les leçons de cinéma" (15 épisodes de 7 minutes) sur YouTube
  • Un site pour des définitions de termes cinématographiques liés à des exemples vidéo
  • Des fiches pédagogiques de films inscrits au catalogue Ecole et cinéma pour les axes de travail sur les images
  • JULIA-RIPOLL Brigitte, 50 activités pour découvrir l’image fixe : cycle 3 et sixième, CRDP du Languedoc-Roussillon, 2003.
  • FAURY Geneviève, 50 activités pour comprendre les images (maternelle), CRDP de Midi-Pyrénées, 2002.
  • REYT Claude, SCHAPIRA Catherine, Quel cinéma, Autrement, 2003.
  • CORALLO Sandra, Éveil à l’image animée : maternelle et 1er cycle, CRDP de l’académie de Grenoble, 2008 - 1 livre + 1 cédérom
  • Des images à l’école maternelle, Scéren-CNDP, 2004 : DVD, livret d’accompagnement : http://www2.cndp.fr/ecole/dvdmatern...
  • LECARME Pierre, 1001 activités autour du cinéma, Casterman, 2008.
  • La vidéo avec les élèves : lire, écrire, produire des images et des sons, CRDP de l’académie de Créteil, 2003
  • BATTUT Éric, BENSIMHON Daniel, Lire et comprendre les images à l’école : cycles 2 et 3, Retz, 2001.
  • COMMAGNAC Francis, BARILLY Bertrand, Le caméscope au quotidien, CRDP du Poitou-Charentes, 2003.
  • HUSSON Jean-Marie, Enseigner l’image, CRDP du Poitou-Charentes, 2003.
  • KALHART Patricia, Autour des images : MS-GS-CP cycles 1 et 2, Bourrelier, 2002.
  • CHALLIER Marion, JEUNET Lou, MARCHAND Pierre, Il était une fois le cinéma : lumière, son, couleur…, Gallimard Jeunesse, coll. « Les racines du savoir », 1994.
  • LIMOUSIN Odile, NEUMANN Danièle, De l’autre côté de l’écran, Gallimard Jeunesse, coll. « Découverte Benjamin », 1987.

Fichier-pdf Cet article (2 p.)