IMG 3117ret2

 

Le nom de notre Établissement vient de sa proximité du pont Mirabeau qui a inspiré Guillaume Apollinaire. 

Ce pont si connu par le poème est pour nous bien plus que cela.

Il est un passage entre l'enfance et l'âge adulte, entre l'élémentaire et le Lycée. 

Il est ouvert à tous les élèves de notre secteur. 

 

Il assure cette transition entre l'enfance et la projection du jeune à l'âge adulte.

Notre vocation est donc de permettre à chaque élève de franchir ce pont et de lui faciliter l’accès à toutes les autres voies avec réussite. 

Nos élèves sont à l'âge où l'on découvre le monde, ce village multiculturel, où, demain ils évolueront en traversant les frontières, en s'adaptant à des langues, des coutumes, des pratiques différentes. 

Notre métier est de leur permettre de s'approprier celui-ci, de s’y déplacer avec aisance et de s'ouvrir à cette diversité tout en gardant l'enracinement à nos valeurs et à notre pays. 

Durant leur cursus au collège Guillaume Apollinaire vos enfants auront une variété d’options possibles (bilangue espagnole, bilangue allemand, LV2 espagnol, LV2 allemand, latin) et des projets de classe, chaque année, leur permettant de cheminer vers leur avenir.

Les projets de classe s’inscrivent cette année dans la thématique des traces.  

Parmi celles-ci, les traces d’Apollinaire pour lequel nous célébrons les 100 ans de l’anniversaire de sa disparition le 9 novembre 2018.

En effet, Guillaume Apollinaire a laissé des traces de son passage :

Il est né à Rome sous le nom de Guglielmo Alberto Wladimiro Alessandro Apollinare de Kostrowitzky. Apollinaire est en réalité, jusqu'à sa naturalisation en 1916, le 5e prénom de Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky.

Sa jeunesse a été compliquée : non reconnu à sa naissance puis seulement par sa mère, il s’est révélé bon élève dans la pension où il avait été placé par celle-ci. Elève brillant, il a subi une rupture de scolarité et a fréquenté deux établissements sans obtenir son baccalauréat. 

En 1900, il s’installe à Paris et, pour subvenir au quotidien, il travaille dans une banque.

Parallèlement, il commence son œuvre et se positionne peu à peu comme poète, journaliste, conférencier, critique d’art et fonde des publications.

Il se lie avec beaucoup d’artistes et soutient en particulier les fauvistes et les cubistes (Picasso, Braque, de Vlaminck, Derain, Dufy, Van Dongen, Duchamps, Matisse, de Chirico…) et avec une « peintresse » Marie Laurencin avec laquelle, il aura une relation entre 1907-et 1915. Une rupture entre eux survient en février 1912 qui donna lieu au poème « Le pont Mirabeau » qui nous vaut notre nom. Il se montre très novateur dans ses critiques et invente le concept de « surréalisme » et le Concept de « Calligrammes »

Il est aussi engagé, il demande à être incorporé dans les troupes en 1914, mais cela lui est refusé car il n’a pas la nationalité française. Son opiniâtreté lui autorisera son incorporation en obtenant la nationalité française en 1916. Il mourra le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole après une blessure de guerre qui lui a valu une trépanation en 1916 de même que son ami Georges Braque avec lequel il échangeait des courriers (chacun sa tempe). Cela le fragilisera. Il sera donc reconnu mort pour la France en raison de son engagement.

La vie d’Apollinaire doit nous inspirer dans nos valeurs : Innovateur, Opinîatre et Engagé, Attaché à notre pays.

Nous invitons donc vos enfants à cheminer sur les traces d’Apollinaire et de bien d’autres par l’intermédiaires des projets de classe (au moins un projet ou voyage par classe).

Ces projets sont financés par l’Etat, le Département de Paris, certains partenariats (cette année La Maison de la Culture du Japon à Paris), la coopérative du collège et les parents.

L’équipe éducative et de direction vous souhaite à tous une bonne année scolaire 2018-2019.