Ateliers de théâtre et de danse

Présentation des ateliers

Atelier de danse  animé par le danseur Vincent Delétang (12/11/15)

Hotte 1



Ce matin, nous avons eu un cours de danse : la séance était plutôt facile, et le but du cours était de nous rendre plus attentifs les uns aux autres, tout en apprenant à coordonner nos mouvements. Avec notre professeur, Vincent Delétang, pour la première fois, nous avons fait des exercices d’échauffement dans le but d’étirer notre corps et reconnaître le tempo de la musique : nous étions tous en cercle, debout. Puis, nous avons formé plusieurs groupes qui changeaient constamment. Le professeur délimitait une zone dans laquelle nous devions nous déplacer au même rythme. Puis, nous avons dû trouver des mouvements du quotidien, comme bâiller, regarder sa montre, se recoiffer ; nous avons aussi formé deux groupes, un de six et un de sept, afin de créer un enchaînement. Il nous a fallu encore inventer trois mouvements du quotidien, différents pour chacun, et enchaîner ensuite avec deux mouvements imposés par le professeur : nous devions tous être synchronisés. Nous avons encore effectué quatre pas, sauté ensuite vers la droite et tenir une barre de métro imaginaire. Puis, d’un coup, notre regard était dirigé vers un endroit, et nous devions être comme subjugués par ce que nous voyions. D’un coup encore, il a fallu nous baisser pour refaire nos lacets. Notre groupe a accompli cette chorégraphie d’abord, selon une vitesse normale, puis selon un rythme beaucoup plus rapide, comme si nous étions pressés. L’autre groupe l’a réalisé au ralenti, comme s’ils étaient exténués. Nous devions nous regarder et faire part de nos observations à la fin.

Cléa Vincent Bernat  (3e4)



Atelier de théâtre animé par le comédien Léo Reynaud (13/11/15)

Hotte 2

 

Ce matin, nous avons participé à un atelier de théâtre avec Léo Reynaud.

Au début, nous avons commencé à jouer à « Pan ! » : on se met en cercle, puis on se tire dessus, à chaque nom désigné, à la façon d’un cow-boy. Ce jeu aide à être ensemble, et à le rester ; un jeu de réflexion aussi, mais assez difficile à 8h20, une heure un peu trop matinale pour nous. Ensuite, nous avons dû raconter une histoire véritable et une autre mensongère : les autres devaient distinguer la vraie de la fausse. L’histoire vraie recèle au moins quelques détail précis tandis que le mensonge n’en contient pas. Pour cet exercice, il fallait avoir l’esprit critique. Plus tard, on a choisi chacun un texte en binôme à partir d’Exercices de style de Raymond Queneau. Je dois travailler Surprises à la page 13 de ce roman. On devait également le raconter, mais surtout l’interpréter car cette tâche met le texte en valeur et rend cette scène plus vivante que sa simple lecture. Voilà, c’est tout ce qu’on a fait ce matin, en bref, mais je n’ai pas mis tous les détails, sinon ce serait trop long.

Philippe Nguyen (3e 4)

 

Atelier du 19/ 11/15 animé par Léo Reynaud (comédien) et Vincent Delétang (danseur)

 

Hotte 3

 

 

 

Ce matin, nous sommes arrivés en cours de sport : Vincent nous a demandé d’enlever nos chaussures. Quand tout le monde est arrivé, on a commencé par s’échauffer, en balançant son poids dans les jambes, de l’avant vers l’arrière, puis de gauche à droite, alternativement et successivement.

Ensuite, le groupe A nous a montré sa mise en scène du texte de Queneau ; puis un par un, nous devions trouver une posture adéquate. La première, fondée sur le mot « église », a fait en sorte que je croise mes mains tout en regardant le sol. La seconde position avait trait au mot « poubelle » ; à l’écoute de ce mot, je me suis penché largement en arrière pour signifier que l’odeur était insupportable. Pour la troisième position concernant le mot « bus », je faisais semblant de tenir une barre à l’horizontale – je mimais cette posture caractéristique : nous montrions ainsi que nous étions passagers dans un bus, tenus tous en ligne.

Adam Cuvier (3e 4)

 

Hotte 4

 

À ma grande surprise, nos deux groupes se sont réunis. J’étais ravie, et nous avons entamé un travail de concentration. Le premier exercice consistait à fermer les yeux et à faire bouger ses articulations. Assez concentrés, nous avons débuté le second exercice : on devait marcher sur une zone limitée, ce qui aidait à améliorer notre concentration afin d’être attentifs aux autres, « ouvrir notre regard », comme dit Vincent. J’appartiens au groupe B : nous avons travaillé à une mise en scène la semaine dernière, à partir des Exercices de style de Raymond Queneau. Nous avons présenté notre scène au groupe A, et au fur et à mesure, les élèves de ce groupe nous ont rejoints. Il nous fallait illustrer les mots suivants : « église », « poubelle », « charnier », « autobus ». J’ai beaucoup aimé cette séance car Vincent et Léo nous ont donné beaucoup de conseils pour pouvoir nous améliorer. Nous avons terminé le cours par un jeu, « hip, hep, hop ! » Nous n’avons malheureusement pas pu le terminer car l’heure de la fin sonnait.

Marylin Tran (3e 4)

 

Actualité de décembre

Compte-rendu de l’atelier du 17 décembre –

La classe de 3.4 avec le comédien Léo Reynaud et le danseur Vincent Delétang

 

Anya Meziani en propose un compte-rendu :

Aujourd’hui, nous étions tous réunis, les groupes A et B pour le théâtre et la danse.

Nous avons commencé par nous échauffer pour que l’on soit bien réveillé. Puis, nous avons rejoué les scènes de l’église, du charnier, de la poubelle et du bus. Pour chacune de ces situations, nous avons créé un contexte. Ensuite, nous avons enchaîné sur la scène de l’affrontement avec notre binôme ; nous occupions tous une partie du gymnase et nous suivions un ordre de « commencement ». Nous attendions que ceux qui étaient avant nous, terminent leur prestation pour que nous entamions la nôtre. Nous avons composé nos « phrases » du quotidien : cinq pas en avant, un saut à droite, et nous avons noué nos lacets, par exemple. Nous avons ensuite répété plusieurs fois l’ensemble. Un moment passionnant pour tous.

 

Assaf Hiba propose aussi son compte-rendu :

Ce matin, nous nous sommes rejoints au gymnase, les groupe A et B ; on a fait quelques petits exercices avant de commencer à nous mettre en scène, en utilisant le texte et la danse. Nous nous sommes penchés particulièrement sur le texte que Myriam, Nolan et JI-Hoon interprètent. Quand les élèves prononçaient les mots suivants : église, charnier, poubelle, mégalomane, mélancolique et bagarre, nous devions tous nous mettre en scène  faire comme un décor de ces mots.

Nous nous mettions en place par exemple, pour « accomplir » notre bagarre à deux et simuler un vrai combat. Puis, le groupe A est allé sur scène et a mis en place son texte tandis que le groupe B s’est entraîné à réaliser ses pas de danse sur le côté.

Nous avons montré notre travail à Madame Jolivard et à Erell Mathieu du Théâtre de la Cité Internationale : elles étaient enchantées de notre sérieux et de notre travail.

 

 

Compte–rendu par Eléa Dangeron de la sortie au Théâtre de la Cité Internationale dans le XIV è arrondissement, le mardi 15 décembre :

 « La Petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon, une lecture spectacle mise en scène et interprétée par l’auteure du roman.

Accompagnateurs : Madame Hotte et Madame Jolivard.

 lola lafon hd03lynn sk

Lola Lafon

Nous sommes tous sortis au Théâtre de la Cité Internationale en tram pour aller voir « La petite Communiste qui ne souriait jamais ». Nous sommes arrivés au Théâtre vers 19h30 environ, et nous avons patienté une heure avant que la représentation ne commence ; nous avons admiré les lieux mêmes de ce théâtre singulier. Et nous avons discuté entre nous dans le hall en attendant, ce qui n’était guère désagréable. Nous avons pris place dans la salle, après avoir monté de nombreux escaliers. Nous avons écouté et vu Lola Lafon elle-même, lire et interpréter son propre texte, accompagnée de deux musiciens ; la comédienne chantait parfois.

Ces instants de musiques et de chansons étaient particulièrement vivants, même si les événements racontés sur la jeune femme étaient plutôt tristes et mélancoliques.

 

2 ème sortie au théâtre de la classe de 3 .4. Représentation du jeudi 21 janvier 2016 au Théâtre de la Cité Internationale, boulevard Jourdan 75014 Paris.

Marylin Tran – élève de 3.4 - propose un compte-rendu de la mise en scène de Candide, si c’est ça le meilleur des mondes…d’après Voltaire, mise en scène de Maëlle Poésy.

 

hd02 candidevincent arbelet

 

Crédit Photo : Vincent Arbelet

 

Dix-huit heures sonnent, heure du rendez-vous pour tous les élèves. J’arrive la première, puis quelques-uns de mes camarades surgissent de tous côtés. Ensuite, j’aperçois notre professeur de sports et notre professeur de français qui arrivent aussi sur les lieux du rassemblement, comptant et recomptant les élèves présents. Une fois arrivés à la Cité Internationale, nous avons pris nos places et nous nous sommes rendus dans la salle de théâtre du sous-sol. Une salle vaste et spacieuse, modulable et illuminée, au début. Puis, le noir se fit, les lumières disparurent, et les comédiens firent leur entrée, à jardin, par une petite porte cachée : ils présentèrent les personnages et leurs rôles propres – passant d’un déguisement à l’autre. Nous pûmes ainsi reconnaître Pangloss le philosophe, Candide le personnage principal, Cunégonde sa bien-aimée et le Baron, le père de Cunégonde et le petit Baron le frère de Cunégonde,et de multiples autres personnages – Maitre Jacques, Martin, Cacambo…- firent aussi leur apparition au cours du récit, d’un pays à l’autre, d’une catastrophe à l’autre. Un grand panneau de drap disparut, sorte de rideau ou de paravent qui séparait, au début, les personnages en présentation de l’action scénique à suivre. J’ai beaucoup aimé le jeu des lumières, l’ombre et l’éblouissement, le passage mouvementé et lourd de perturbations, rude et bruyant relatant la violence de la guerre ; les mouvements de groupe également, les scènes individuelles et le carnage qui met à mort tous les hommes, détruisant tout.

La scénographie m’a paru somptueuse, à travers sa façon unique, et originale de reproduire la neige, la pluie, le sable, les coupons d’or de l’Eldorado.

J’ai beaucoup aimé cette mise en scène, vivante, pleine de vie et d’énergie.

 

Marylin Tran

 

 

 

 

Restitution : 12/02/2016

1) Restitution de la piéce Exercices de style de Raymond Queneau par la classe de 3..4 dans le cadre de "L'Art pour grandir" et en collaboration avec le théâtre de la Cité Internationale, le 12 février 2016 au CDI.

(Vidéo prochainement mise en ligne)

Un extrait de la répétition générale avant la représentation même est ici donné, sous le regard de Vincent Reynaud et Léo Delétang; les intervenants comédien et danseur.

2) Un extrait des réactions du public est aussi proposé.

La représentation a eu lieu, avec la présence de Madame Bidar, Principale du Collège Gustave Flaubert, Madame Hotte, professeure de français des 3.4, Madame Jolivard, professeure d'EPS des 3.4, Madame Dedieu, professeure principale des 3.4, Madame Azan professeure de SVT et en charge d'un groupe de DSA. Etait présente également Madame Halet, professeure de français.

Le public était constitué de deux classes de 6 èmes, la 6.1 et la 6.3.

Ont été ainsi filmées les réactions du public : les jeunes élèves ont posé leurs questions auxquelles les interprètes élèves de la 3.4 ont répondu. L'échange a été fructueux.

(Vidéo prochainement mise en ligne)