Histoire du Lycée

locaux et équipements

locaux, équipements

Brassai-2

Le lycée Brassaï dispose de locaux et d’équipements qui ont été renovés en 2014 ; en particulier d’un parc informatique orienté vers la formation professionnelle. D'un centre d’information et de documentation, proposant des livres et une grande sélection de sites internet spécialisés en photographie et audio-visuel, ouvert à tous les élèves de l’établissement. D'une salle d'étude qui sert aussi de salle d'exposition.

Brassai-1

La vie pédagogique, d'hier

Histoire les années 1867-1977, la photographie dès 1920

1930- retouche-photo2

Les lieux
Les terrains alentour de la rue Quinault appartenaient jadis à l'Église Luthérienne qui les céda à la Ville de Paris.
Sur ces terrains furent édifiés vers 1867, en bordure de la rue Quinault, aux numéros 10, 8 et 4, des bâtiments à usage scolaire, aux numéros 6 et 4, le temple luthérien et ses annexes. Bâtiments entourés de cours plantées de platanes.
Diverses écoles privées ou publiques occupèrent les bâtiments à usage scolaire jusqu'en 1925

Au n° 8, une école maternelle, au n° 10, une école  primaire de filles de la Ville de Paris.

À dater du 1er décembre 1925, la Ville concéda ces locaux à la Fondation Rosenthal qui y installa, le 1er juillet 1926, l'École Technique Privée pour femmes et jeunes filles, dite "ÉCOLE RACHEL". On ignore tout de celle des écoles maternelle et primaire jusqu'en 1926

La vie pédagogique

Cette histoire commence avec l'Ecole Rachel "oeuvre d'apprentissage gratuit pour femmes" fondée en 1916 par Monsieur Léonard Rosenthal qui fait partie de la fondation qui assurait également la formation masculine.
Les prospectus d'époque nous renseignent avec précision sur les spécialités enseignées, tant intellectuelles que manuelles, les conditions d'admission, les bourses et allocations, le règlement intérieur, les horaires, le placement, les soins médicaux.

Des photographies nous font revivre cette époque (voir Album). La maison ne changea guère d'aspect, ni d'habitudes durant une quarantaine d'années, cependant, les effectifs et les sections varièrent, les unes essaimant, d'autres dépérissant ou disparaissant, En août 1926, l'école comptait environ 200 élèves apprenant

- Des métiers n’exigeant ni aptitudes spéciales, ni études préalables : bobinage électrique, polissage de bijouterie, giletières, culottières, montage de parapluies et ombrelles ; ces trois dernières ouvertes le 1er octobre 1926.

- Des professions nécessitant des aptitudes et des connaissances : travaux de pose et de laboratoire, retouche photographique,  retouche d'agrandissements, retouche de clichés, retouche industrielle, chimie industrielle formation des aides pour laboratoires industriels ou pharmaceutiques. L'enseignement ménager était dispensé à toutes les élèves.

L'autorisation de délivrer un diplôme de fin d'études a été reconnue par l'État depuis le 17 Mars 1927

 Dès le mois de Décembre 1926, une nouvelle section était ouverte, d'Art appliqué, qui comprenait peinture sur étoffe - Batik, peinture sur verre - Décoration céramique, modelage du cuir et de l'étain, travail du bois - pyrogravure, laques, tarso.

L'école Rachel se retrouva donc seule dans les locaux durant l'année scolaire 1942-1943. La double occupation fut rétablie à partir du 1er Octobre 1943 - École Rachel et Centre de formation professionnelle se partageant les n° 8 et 10 jusqu'au 30 août 1946.

Au mois de Janvier 1945, lors de la disparition de l'école Rachel et de l'installation définitive du Centre d'Apprentissage d'État, on comptait environ 250 élèves un enseignement était désormais réservé aux jeunes filles.

La fusion de ces deux écoles privée et publique intervint, avec effet rétroactif du 1er Janvier 1946. L'établissement prit alors le nom de Centre d'Apprentissage, ensuite celui de Collège d'Enseignement Technique en 1955, enfin celui de Lycée d'Enseignement Professionnel en Septembre 1977.
L'entretien des bâtiments et leur adaptation successive aux enseignements techniques dispensés causa toujours beaucoup de soucis aux responsables. On trouve le reflet de ces préoccupations dans les procès-verbaux des conseils d'administration.
Bien entendu, lors de la transformation en Centre d'Apprentissage, puis Collège d'Enseignement Technique, puis Lycée d'Enseignement Professionnel, l'établissement d'état ne fonctionna que par subvention (les gros travaux étant financés 60 % par l'État, 40% par la Ville de Paris).

1930-retouche-photo

La rénovation

Histoire du Lycée Quinault au Lycée Brassaï 1979-2016

Lycee-brassai

Depuis 2008, le Lycée s'appelle Brassaï, Lycée des métiers de la photographie et de l'image.

Les vieilles maisons nécessitent toujours d'importants travaux d'entretien des planchers à changer, des installations à améliorer en raison de la sécurité, ou des économies d'énergie…
En 1979 ce sont des aménagements importants à caractère pédagogique qui vont être réalisés ; il s'agit de créer 3 laboratoires de  chimie de part et d'autre de l’infirmerie (les installations vétustes ne comprenaient qu'un seul vaste local coupé en deux par un paravent).
En 1980 le Lycée est entièrement repeint, la retouche photographique occupe le 1er étage, au second étage se situent les sections Employé technique de laboratoire : 3 laboratoires de Chimie - 1 laboratoire de biologie - 1 laboratoire de physique plus les services médico-sociaux.La façade sur rue a été restaurée ainsi que sur cour (côté salle 5, les peintures extérieures vert sombre donnent la touche finale)

1979-80, deux innovations pédagogiques importantes  :

  1. la première concernant la formation initiale C.A.P en 2 ans Employé Technique de Laboratoire
  2. la seconde innovation concerne la formation continue. Certes le Lycée d'Enseignement Professionnel faisait partie du G.R.E.T.A sud-ouest depuis plusieurs années, mais ce n'est qu'en 1979 qu'une première convention de formation des adultes fut conclue avec le Centre National de Transfusion Sanguine : 15 stagiaires reçurent 200 heures d'enseignement en Français, Mathématiques, Chimie, et Biologie, études sanctionnées par 6 unités de valeur.

1991 : création d’une section de 12 élèves en Bac Professionnel Artisanat et Métiers d’Art option Photographie.  Cette section complète le cursus en photo qui comprend deux années de 24 élèves en CAP retouche + deux années de 12 élèves en CAP photo. CAP Aide de Laboratoire Chimie-Biologie : deux sections de 1è année et 2 sections de 2è année à 24.

1994 : suite à l’évolution de la retouche photo vers le numérique et son passage de 3 années à 2 années d’étude la section de Formation Complémentaire à l’Image Numérique et à la Couleur est créée permettant à 12 élèves titulaires d’un CAP retouche photo de se perfectionner en couleur et s’initier au numérique.

1997 : création d’un CAP en un an pour 12 élèves titulaires d’un CAP, d’un BEP ou d’un bac général. En parallèle, plus de recrutement sur une des deux années de CAP Aide de Laboratoire Chimie-Biologie.

2000 : disparition du CAP retouche et doublement des effectifs du CAP Photo en deux ans et en un an.

2002 : création d’une section de 12 élèves de Bac Pro en un an pour des titulaires d’un Bac général Littéraire option Arts Plastiques ou autre Bac général + formation artistique annexe

2003 : passage de la section à 24 élèves, puis, en juin de la même année, transfert de la section et des professeurs de CAP ETL au lycée Nicolas Louis Vauquelin, Lycée de la chimie, rue Boutroux.

2008 Le Lycée s'appellera Brassaï, Lycée des métiers de la photographie et de l'image.

Le lycée Brassaï constitue avec le lycée technologique d'arts appliqués Auguste Renoir (Paris 18ème) un réseau des métiers de la photographie et de l’image.
Le label, obtenu pour 5 ans, certifie que nos établissements ont satisfait aux exigences d’un cahier des charges précis, et qu’ils se sont résolument engagés dans une démarche qualité. Le label certifie également qu’ils offrent une structure organisée autour d’une filière professionnelle ou d’un ensemble cohérent de métiers complémentaires.

2009 : mise en place du Bac Professionnel Photographie en 3ans (seconde, première, terminale).

2012 : disparition du CAP Photographie, en 2 ans et en 1 an.

2013 : disparition de la section Bac Pro Photographie en un an.

2016 : Le lycée Brassaï accueille 160 élèves. C’est le seul établissement public professionnel spécialisé dans la photographie à Paris.  Grâce à l’engagement de ses équipes, et aux relations de confiance nouées avec les photographes et les entreprises, les élèves peuvent s’insérer dans le monde très concurrentiel de la photographie ou poursuivre leurs études en FCIL, en BTS, ou en université.

 

 

 

Aujourd'hui

Le Lycée Brassaï accueille 130 élèves. C’est le seul établissement public professionnel spécialisé dans la photographie à Paris.  

Grâce à l’engagement de ses équipes, et aux relations de confiance nouées avec les photographes et les entreprises,

les élèves peuvent s’insérer dans le monde très concurrentiel de la photographie ou poursuivre leurs études en FCIL, en BTS, ou en université.

 Nos objectifs sont :

  • Favoriser la réussite et le bien-être des élèves ;
  • Développer le sens des responsabilités, l’implication et l’autonomie des élèves.
  • Développer l’interactivité avec le monde professionnel, dans le cadre national et dans le cadre européen ;
  • Réfléchir à une certification qualité (« développement durable », projets « santé et citoyenneté ») ;
  • Former les élèves à une culture de l'information.

BI Brassai2