Festivités du nouvel an chinois

A l’occasion de la fête du nouvel an chinois, les élèves sinisants de 5e, 4e et 3e en LV2 chinois célèbrent cette fête importante de l’année. Chaque élève a peint un lampion sur lequel ils ont écrit des souhaits, des vœux de bonheur en caractère avec des dessins dessus. Tous ces lampions ont été accrochés dans le hall et le réfectoire pour décorer le collège. Les élèves ont préparé également chacun une affiche illustrée accompagnée un texte explicatif avec des thèmes autour de cette fête pour une exposition.

Une chorale a été organisée sous la responsabilité du professeur de chinois, madame Huang Duveau. Les élèves sinisants ont présenté deux chants chinois (新年好Bonne année, 恭喜恭喜 Les meilleurs vœux) dans la cour le mardi matin 31 janvier pour célébrer cette fête. Les élèves étaient ravis de montrer leur compétence et partage ce moment festif avec le collège entier.

L’Équipe de cuisine a préparé un délicieux repas chinois pour fêter l'entrée de cette année.


Pourquoi apprendre le chinois

une option sur l’avenir

Apprendre le chinois…

Première langue parlée dans le monde et deuxième langue sur l’internet, le chinois est parlé par plus d’1,4 milliard de personnes, et s’étend hors de Chine, avec une diaspora nombreuse et jeune dont les ressources, le dynamisme et les capacités d’innovation et de travail ne cessent de s’affirmer, en Asie du Sud Est et dans le monde entier.
La rapidité du développement et l’intégration économique des pays du monde chinois seront l’un des faits majeurs du XXIe siècle. Avec un taux de croissance les plus élevés au monde, la Chine se place comme le pays phare du continent asiatique et est appelée à devenir la première puissance économique mondiale, au sein d’un environnement international où la mobilité des personnes est une donnée majeure.

Depuis une trentaine d’années, son marché s’est ouvert aux investisseurs étrangers, et nombreuses sont les entreprises étrangères qui l’ont déjà compris.

L’étude de la langue chinoise - vecteur commun des cultures de l’Extrême Orient - offre donc de nombreux intérêts.

une option sur l’avenir

  • Le chinois, atout professionnel

L’acquisition des bases du chinois est devenue un atout majeur sur le marché de l’emploi tant français qu’européen pour ceux qui devront demain donner une dimension internationale à leur vie professionnelle.
Elle valorise une formation technique, scientifique, commerciale, juridique ou administrative.
De plus en plus nombreux sont (et seront) les Français dont l’activité sera orientée vers l’Asie en général et le monde chinois en particulier, une zone où la France ambitionne de tripler ses parts de marché dans les dix ans à venir. L’une des clés de la réussite dans ce domaine reste une connaissance de la langue et de la civilisation chinoises.

Savoir parler chinois, afin de mieux connaître son partenaire et son approche des choses est déterminant dans une négociation ou un partenariat. Demain, le chinois sera la première langue sur Internet.

Langue bien vivante, le chinois met en valeur un cursus, et contribue à la réussite future des élèves.

  •  

    Le chinois, langue de culture est la voie d’accès privilégiée à la prestigieuse culture et au riche patrimoine d’un pays, à la compréhension de la mentalité d’un peuple, et à l’empreinte qu’elle a laissée dans toute l’Asie. C’est aussi un contact avec une forme de pensée et d’expression radicalement différente, un enrichissement considérable, procurant souplesse et ouverture d’esprit. Outil de communication, l’écriture chinoise possède une dimension esthétique, celle de la calligraphie.

     

Une langue différente - Pas une langue difficile

L’étude du chinois ne suppose aucune disposition intellectuelle particulière.

Exigeant soin et régularité dans le travail, elle permet de développer trois formes de mémoire : visuelle, auditive et gestuelle.

Pour apprendre, on a recours à des moyens mnémotechniques simples.
Les caractères chinois peuvent être des pictogrammes, sortes de “logos” provenant d’images…

 

L’enseignement du chinois en France

L’enseignement du chinois se développe partout en France, à tous les niveaux et dans tous les types de formation.

Dans le secondaire, le chinois est désormais la 5e langue la plus enseignée dans le secondaire en France.

Ce développement spectaculaire est accompagné et soutenu par le ministère de l’Éducation Nationale : nomination des premiers Inspecteur Général et Inspecteur Pédagogique Régional, forte augmentation du nombre de postes offerts aux concours de professeurs et du nombre d’assistants, ouverture de Sections Internationales de chinois dans 8 académies à la rentrée 2008.

Le chinois peut être choisi au baccalauréat comme langue vivante 1, 2 ou 3, ou en option facultative. Nombre de lycées entretiennent désormais des relations privilégiées avec un établissement chinois, et les séjours linguistiques en Chine se multiplient.

Dans le Supérieur le chinois est désormais présent en tant que spécialité (une vingtaine de départements universitaires), mais aussi en tant que langue de complément dans de nombreuses Grandes Écoles et au sein de cursus de commerce, de droit, de gestion, etc. Une enquête de l’AFPC a répertorié près de 20 000 étudiants, dont 75% ont le choisi le chinois comme atout complémentaire valorisant une spécialité.

Aujourd’hui, le HSK, certification linguistique internationale conçue sur le modèle du TOEFL anglais et réalisé sous l’autorité du ministère de l’Éducation de Chine, a une valeur solidement établie dans le monde.