Assister à nos conférences

08 janv. 18
2014 11 25conf2

Notre établissement organise des conférences à destination de tous les élèves de CPGE souhaitant y assister.

Pour voir les vidéos des anciennes conférences, rendez-vous sur esidoc dans la rubrique "conférence".


Planning des conférences

05 déc. 17

Kant : Devoir et liberté (partie 2)

Le 30/01/2018, au Grand Salon du lycée Jean Zay

Par Jean-Michel Muglioni, ancien professeur de première supérieure au Lycée Louis-le-Grand,  Docteur en philosophie.

 

Kant : Devoir et liberté (partie 1)

Le 23/01/2018, au Grand Salon du lycée Jean Zay

Par Jean-Michel Muglioni, ancien professeur de première supérieure au Lycée Louis-le-Grand,  Docteur en philosophie.

 

Les usages du corps dans l’œuvre de Michel Foucault

Le 16/01/2018, au Grand Salon du lycée Jean Zay

Par Frédéric Gros, professeur de pensée politique à l'IEP de Paris.

 

Âme et corps dans la philosophie classique

Le 09/01/2018, au Grand Salon du lycée Jean Zay

Par Pierre Guenancia
 
La conception cartésienne du corps vivant rompt nettement  avec la conception scolastique héritée d’Aristote du corps animé. Le corps s’explique pour Descartes  de façon purement mécanique, comme une machine automate (une horloge). La vie (et la mort) dépend seulement de l’assemblage d’organes telle qu’on peut le décrire grâce à l’anatomie. Mais le corps d’un homme, son corps, est un corps uni intimement à son âme (ou son esprit). Ce n’est plus un assemblage mais un tout, l’homme. Les philosophes post cartésiens (notamment Spinoza et Leibniz) ont rejeté ce dualisme âme/corps ainsi que l’union substantielle de l’âme et du corps. Ces deux notions expriment une seule et même réalité vue de deux façons différentes. Il ne faut alors pas chercher une union entre ces deux substances puisqu’elles sont en un sens identiques. Mais qu’en est-il alors du corps propre, celui que Descartes appelle « mon corps » ?  le corps humain a-t-il alors une spécificité, que l’on nommera plus tard « corps propre » ?

 

L’Aventure dans l’Odyssée d’Homère

Le 05/12/2017

Par François Dingremont : Docteur en art et littérature, enseignant-chercheur à l'EHESS

Pour comprendre de qui, voire de quoi, l'Odyssée est l'aventure, je proposerai d'éclairer les bornes narratives des pérégrinations d'Ulysse: Lieu et situation de départ; point extrême du parcours; dynamique, raison et étapes du retour. Cet éclairage nous permettra de questionner le mythe d'Ulysse le voyageur.

 

Lire Zaïre de Voltaire

Le 04/12/2017

Par Jean Goldzink : Agrégé de l'Université, ancien maître de conférences en littérature française à l'ENS de Saint Cloud/Fontenay puis de Lyon.

 

Brésil, une géographie

Le 28/11/2017

Martine Droulers, géographe, chercheuse émérite au CNRS.

 

Le romantisme (partie 2)

Le 14/11/2017

Gérard Gengembre, professeur de littérature à la New York University de Paris, professeur émérite à l’Université de Caen.

 

Le romantisme (partie 1)

Le 07/11/2017

Gérard Gengembre, professeur de littérature à la New York University de Paris, professeur émérite à l’Université de Caen.

 

Le jugement moral dans L’Éthique à Nicomaque d’Aristote

Le 10/10/2017

Par Antoine Léandri, ancien professeur de khâgne et ancien inspecteur d’Académie.

L’intelligence, aux yeux d’Aristote, est essentielle à la vertu morale, condition d’une vie heureuse. Cette intelligence propre à l’action se fonde davantage sur l’exercice du jugement que sur des connaissances générales. Cette importance accordée par Aristote au jugement et à l’intelligence des situations singulières dans la vie morale est l’une des raisons qui font l’actualité de son éthique. L’examen du sens et de la portée ce « jugement moral » permettra d’autre part de montrer le lien indissociable qui unit désir et intelligence dans l’éthique aristotélicienne. On s’appuiera principalement sur les Livres I, II, III (1 à 7), VI de l’Éthique à Nicomaque.