Alma de poetas

jamais deux sans trois