2ag2 - Projet Traviata : À la découverte de l’univers de Violetta au MAD

planche tendance

Le 16 avril 2019, les élèves de 2ag2 se sont rendus au Musée des Arts Décoratifs pour terminer le travail sur La Traviata.

               Avec notre classe de 2ag2, nous avons visité le Musée des Arts Décoratifs, mardi 16 avril 2019. Michelle nous a guidés tout au long de cette visite.

                Nous avons commencé la visite par un salon dont la décoration datait du siècle des Lumières. Il y avait un grand lustre avec de fausses bougies, des chaises, une petite table, deux harpes et surtout des miroirs pour jouer avec le reflet de la lumière. Michelle nous a appris qu’à cette époque les personnes aimaient bien se poser dans un petit salon pour partager leur savoir.

                Ensuite, nous avons été impressionnés par le berceau d’apparat du duc de Bordeaux, orné de fleurs de lys mais aussi de fleurs et de fruits recouverts de feuilles d’or sortant d’une corne d’abondance. Tout autour étaient disposés des bibelots, des services à thé de grande valeur. Michelle nous a expliqué que l’apparence comptait énormément à cette époque.

                Puis, Michelle nous a emmenés dans une pièce du XIXe siècle qui nous a fait penser au décor de La Dame aux camélias. Notre guide a attiré notre attention sur le fauteuil «l’indiscret » que nous avions pu voir dans la Traviata.

mceclip0 - 2019-05-25 09h39m47s mceclip1 - 2019-05-25 09h40m00s

                Enfin, nous avons terminé la visite par la chambre de Valtesse de la Bigne, courtisane et demi-mondaine, extrêmement riche, connue pour avoir été la maîtresse d’Offenbach et pour avoir inspiré le personnage de Nana à Émile Zola. Le lit était orné d’une sorte de rideau comme pour un théâtre. À l’origine, il était bleu, comme les yeux de Valtesse. Il ressemblait à celui qui avait été choisi dans la mise en scène de la Traviata à l’Opéra Bastille.

                Après la visite, nous nous sommes allés à l’atelier où nous devions nous servir de notre créativité pour réaliser une planche-tendance ; La planche-tendance est un support cartonné et pliable utilisé par les stylistes.

                Michelle nous a distribué plusieurs photocopies d’objets du XIXe siècle vus pendant la visite : des vases, des tableaux, des chaises, des fauteuils, des accessoires de mode, mais aussi des robes, des jardins, l’Opéra Garnier.

                Nous devions découper les images qui nous intéressaient pour les coller sur la planche tendance afin de reconstituer l’univers de La Dame aux camélias. Le montage  était complété avec une gamme de couleurs.

mceclip2 - 2019-05-25 09h40m33s mceclip3 - 2019-05-25 09h40m48s

Caricia, Soussaba, Cyelia, Guimba, Aya, Mariana, Tiffenn, Joao

 

 « J’ai beaucoup aimé cette visite mais je l’ai trouvée assez longue. J’ai beaucoup aimé l’activité autour des images et objets du XIXe siècle. » Soussaba.

« Ce que j’ai aimé lors de la visite, c’est quand nous avons fait les ateliers car à ce moment j’ai pu partager quelques photos avec mes amis et échanger avec eux. » Mamoudou.

« J’ai trouvé cette visite intéressante, ça m’a fait penser à la pièce de théâtre La Dame aux camélias. » Mariana, Mariam

« J’ai bien aimé cette sortie car j’ai beaucoup appris sur les décorations du XIXe siècle ; dans la vie de tous les jours, on n’a pas l’habitude de voir par exemple des sièges capitonnés. » Guimba, Adam, Djeneba


Une sortie de terminale sur le thème de l'Europe.

Scene Europe

La classe de terminale AG 2 a participé au salon du livre pour y découvrir le thème de cette année qui est l'Europe. Tout s'est déroulé le lundi 18 mars 2019 au parc des expositions à porte de Versailles.


 

Nous avions pour consigne de faire le tour du salon et de rechercher les réponses aux questions qui avaient été distribuées à l'arrivée au parc des expositions par nos professeurs, et nous devions ensuite rejoindre nos professeurs au stand de l'Europe pour écouter Magdalena Parys qui est une écrivaine polonaise et Elitza Gueorguieva  qui est une écrivaine Bulgare. Les deux écrivaines nous ont parlé de leurs vies, de leurs livres et de leurs futurs livres.

 

Nous avons eu la possibilité d'acheter un ou plusieurs livres grâce au chèque-livre offert par la région. Nous avons découvert des stands qui représentaient  des pays, des stands de jeunesse, des stands avec des animations et le stand du ministère mis en avant cette année qui est le ministère des armées.

 

En conclusion j'ai bien aimé découvrir des stands, interagir avec des auteurs et acheter des nouveaux livres.

 

SALLEM RAYAN TAG2.

 

 

 

 

 livre salon du livre

 

 

 

 

 

 

 


Sortie au Monfort : une découverte

20181106 143016

Les terminales Ag2 du lycée ont eu la chance d’aller en janvier 2019 au théâtre Monfort qui se situe dans le 15eme arrondissement de Paris pour voir une pièce de théâtre : L'idéal club.

La pièce était complètement différente de ce que l’on peut voir d’habitude : elle était moderne et faisait énormément rire.

C’était l’histoire d’une troupe de comédiens en train de préparer une pièce. Chaque personnage cherchait des idées pour faire un spectacle. Le langage était donc courant voire familier. Mais les acteurs utilisaient  aussi  le langage du corps pour s’exprimer.

 

La première scène a commencé dans le public : deux femmes étaient fières de voir leur fils jouer et voulaient  absolument le voir.  Personne  ne comprenait que la pièce venait de commencer.  C'est quand on a vu les deux actrices venir sur scène que nous avons compris.

Durant tout le spectacle,  les acteurs défilaient  et présentaient une idée pour un spectacle.  Il y a eu des marionnettes, puis une idée de mimes;  il y a aussi eu des chants, de la danse, mais tout ça en rigolant.

Il n'y avait pas vraiment de décor sur scène, juste des costumes.

Après chaque séquence, il y avait de la musique : l'orchestre, présent sur scène était composé des acteurs  de la pièce qui  jouaient dans quelques scènes et chantaient dans d'autres.

 

J'ai énormément aimé cette sortie, le lieu était atypique : nous avons vu cette pièce dans un chapiteau énorme comme un chapiteau de cirque.  La pièce était très drôle. Nous avons découvert une nouvelle façon de voir le théâtre.

 

Morgane GRARD


Intervention Steven Taylor 1

2ag2 - Projet Opéra : Stephen Taylor à Érik Satie

Grâce à l’association C’Possible, Stephen Taylor est venu au lycée Érik Satie, le 13 novembre 2018, à la rencontre de la classe de 2ag2, dans le cadre de leur projet Opéra autour de La Traviata. Stephen Taylor est l’assistant du metteur en scène de l’opéra Bastille et travaille sur la mise en scène de La Traviata.

L’opéra : un art né en Italie

                Monsieur Taylor nous a expliqué que l’opéra remontait au début du XVIe et XVIIe siècle. C’est un art d’origine italienne. C’est la raison pour laquelle l’opéra est chanté en italien.

                Les chanteurs d’opéra doivent avoir une voix qu’ils maîtrisent complètement, une voix qui porte car il n’y pas de micro. Le fait de chanter en acoustique crée un contact quasi-sensuel avec le son.

                Mais certaines fois, on peut utiliser le micro pour l’orchestre afin qu’en coulisses les chanteurs puissent l’entendre.

 

La Traviata : une des œuvres les plus populaires de Verdi

                Au cours d’un voyage à Paris, Verdi voit le succès de la pièce de théâtre d’Alexandre Dumas fils : La Dame aux camélias. De retour en Italie, il décide d’en faire un opéra : il écrit La Traviata en 1853.

                Verdi a dû réduire la pièce de théâtre à l’essentiel et au plus poignant. La Traviata  raconte l’histoire d’amour d’Alfredo et Violetta. La Traviata parle de la courtisane dans le contexte de la société des spectateurs. Verdi traite le roman en évoquant les problèmes d'argent et fait passer Violetta pour une femme courageuse, amoureuse, malheureuse et qui se sacrifie.  Dans l'opéra, Violetta essaie de finir son parcours vital avec celui qu'elle aime, ce que l'on ne voit pas dans le roman. Violetta était malade et elle est morte de la tuberculose.

                Cette œuvre n'a pas connu un succès à sa sortie car Alfredo et Violetta vivaient ensemble sans être mariés, or, les amusements en dehors du mariage étaient mal vus. De plus, Verdi a accusé le metteur en scène et le directeur d’avoir gâché le spectacle avec leurs costumes du XVIIe siècle.

               

Costumes historiques ?

                Il faut savoir, en effet, qu’à la première de l’opéra en 1853, les acteurs étaient habillés dans le style de l’époque de D’Artagnan. Or, à cause de ces modifications, le spectateur ne comprenait pas le sens de l’histoire. Suite à cet échec, Verdi a imposé des costumes « actuels » -c’est-à-dire du XIXe siècle, et là, le spectateur a vu une histoire d’amour impossible dans laquelle on montrait pour la première fois une courtisane à l’opéra.

                Dans la mise en scène de Bastille, seules Violetta et son amie Flora sont habillées en femme : tout le chœur est habillé en homme et en noir. Ainsi, il n’y a pas d’ambiguïté : les hommes en redingote viennent voir les courtisanes.

Le rôle du metteur en scène

                Stephen Taylor nous a aussi parlé de son métier. Il est l’assistant du metteur en scène de l’Opéra  Bastille. Dans le milieu il y a beaucoup de compétition. Il travaille actuellement avec Benoît Jacquot sur La Traviata.

                La Traviata signifie « est sortie du chemin » ou « dévoyée ». Aussi, l’opéra commence dans une ambiance de fête dans les soirées parisiennes.

                Le metteur en scène est chargé de la conception : comment présenter la scène, gérer les changements de décor. Benoît Jacquot voulait pour le décor avoir un contraste entre la décadence de la ville et l’amour pur à la campagne.

                Le metteur en scène doit également assurer la direction de l’orchestre et des chanteurs-acteurs. Il doit guider les acteurs dans les placements, les conseiller sur le langage scénique. La Traviata à Bastille comporte en tout 70 choristes, 18 danseurs et une dizaine de solistes internationaux.

                Il faut savoir qu’un metteur en scène ne choisit en aucun cas la chanteuse qui joue la courtisane pour sa beauté mais pour son talent, sa voix et parce qu’elle a les moyens de faire le rôle.

                Nous sommes tous à présent impatients d’aller voir La Traviata.

Guimba, Adam, Killian, Mariana, Djeneba, Joao