Portraits du XVIIIe

Grimou

35765-17

Jeune Pélerine

Alexis Grimou, entre 1700 et 1733

Huile sur toile, H : 75 x 60 cm

 

Alexis Grimou a peint de nombreux portraits dont on retrouve les traits caractéristiques dans celui-ci : cadrage à mi-corps, personnage disposé de trois-quarts, fond neutre. Il tire sa typologie de Rembrandt, dont il a retenu les jeux de lumière et les regards dirigés vers le spectateur.Très friande de portraits travestis, la clientèle du début du XVIIIe siècle affectionnait particulièrement les représentations en pèlerin et pèlerine. Grimou en a fourni plusieurs exemples. La jeune femme est ici portraiturée en pèlerine d’amour, en route pour Cythère. Le type de costume qu’elle porte, sur lequel figurent des coquilles Saint-Jacques, provenait des opéras comiques.Posséder deux portraits travestis en pendant était chose courante, ce qui a parfois amené à suggérer que le « Pèlerin » de la collection Lévy pourrait être le pendant de cette "Jeune Pèlerine".

 

Ce tableau correspond peut-être à l’un des « Deux portraits, l’un d’homme, l’autre de femme, chacun en habit de Pèlerin », figurant à la vente De Pille des 2 et 3 mai 1785, peint su toile et mesurant 30 pouces sur 24 (soit 76 x 61 cm)Le tableau appartenait à A. L. Nicholson, qui le vendit 10 800frs au marchand Charles Brunner, le 11 février 1926. Charles-Vincent Ocampo obtint cette Jeune Pèlerine auprès de Brunner, la lui échangeant contre un tableau de l’école Allemande, d’une valeur de 11 650frs.En 1931, C.-V. Ocampo fit don dudit tableau, sous réserve d’usufruit, à la Ville de Paris. Il leva l’usufruit en 1942.

Source : Fiche oeuvre http://parismuseescollections.paris.fr/fr/petit-palais/oeuvres/jeune-pelerine#infos-secondaires-detail

Belle

24104-19

Gentilhomme prisant du tabac

Alexis Simon Belle, entre 1694 et 1734

Huile sur toile, H : 105.5 x 80.5 cm

 

L'homme non identifié est représenté, légèrement de trois quarts, le coude gauche posé sur une table. Son visage légèrement incliné sur sa gauche, il fixe le spectateur devant lui. Il porte une longue perruque brune bouclée. Sa veste de velours rouge, ornée de coutures et de boutons dorés, est ouverte sur une chemise blanche à laquelle est attachée une cravate noire dénouée. Le gentilhomme tient dans sa main gauche une tabatière ronde ouverte, qu'il s'apprête à utiliser pour priser son tabac. Posée sur un tissu qui entoure son autre bras, sa main droite est orientée vers le spectateur, le pouce et l'index sont tendus. Son geste peut aussi être interprété comme une invitation au visiteur à priser le tabac contenu dans la boîte qu'il lui tend. Le fond est décoré à gauche d'un effet de draperie.

Source : Fiche oeuvre http://parismuseescollections.paris.fr/fr/petit-palais/oeuvres/gentilhomme-prisant-du-tabac#infos-secondaires-detail

Jouvenet

lpdp 26432-1

Thomas Corneille

Jean-Baptiste Jouvenet, 4e quart du XVIIe siècle

Huile sur toile, H : 85 x 67 cm

 

'écrivain de théâtre Thomas Corneille (1625-1709) est représenté à mi-corps, le buste de trois quarts et la tête tournée vers le spectateur. Le vieil homme est vêtu d'un manteau de brocart, sur lequel tombent ses longs cheveux blancs. Un jabot blanc est noué autour de son cou.

Comme son frère aîné Pierre Corneille (1606-1684), Thomas écrivit pour le théâtre. Totalement oubliées aujourd'hui, certaines de ses tragédies connurent un certain succès à leur création.

Source : Fiche oeuvre http://parismuseescollections.paris.fr/fr/petit-palais/oeuvres/thomas-corneille#infos-secondaires-detail

 

Vouet

Voet jeune femme

Portrai de jeune femme

Jacob Ferdinand Voet, vers 1672-1673

Huile sur toile

 

Cette femme a parfois été identifiée, à tort, avec Marie Mancini, nièce du cardinal Mazarin et premier amour de Louis XIV. Peintre portraitiste d’origine flamande, Voet a réalisé plusieurs portraits d’elle et de ses sœurs. Cette toile est dans l’esprit des galeries de beautés célèbres, réalisées par l’artiste  en Italie.

Mise en scène

Portrait CP

Portrait à la mode du XVIIIe siècle - élève de CP de l'école Amiral Roussin