Ida Grinspan

640 ida2 
 

Ida Fensterzab est née à Paris, le 19 novembre 1929. Ses parents, juifs polonais, ont immigré en France après un passage par Berlin, au début des années 1920, à cause de l’antisémitisme et des difficultés économiques. Son père est artisan tailleur, aidé par sa femme. Ida et son frère aîné, né aussi en France, deviennent français par le choix de leurs parents. A partir de 1935, la famille s’installe rue Clavel et Ida sera scolarisée dans l’école de filles qui occupait alors les locaux de ce qui deviendra notre collège.

Au printemps 1940, pour la protéger des bombardements, sa famille l’envoie dans une famille d’agriculteurs, Paul et Alice Marché, dans le Poitou.

Sa mère est arrêtée et déportée lors de la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942. Son père sera déporté le 31 juillet 1944. Tous deux seront assassinés à Auschwitz. Son frère restera caché.

Ida est arrêtée par les gendarmes français dans la nuit du 31 janvier 1944, transférée au camp de Drancy où elle séjourne jusqu’au 10 février 1944. A cette date, elle est livrée aux SS et intègre le convoi n°68 à destination d’Auschwitz (15 000 déportés juifs issus de plusieurs rafles).

Elle arrive à Auschwitz, en Pologne, le 13 février 1944 où elle est sélectionnée pour le travail car sa coiffure la fait paraître plus âgée qu’elle ne l’est (elle a 14 ans 1/2). Elle est alors tatouée d’un numéro de prisonnière (le 75360) qui sera sa seule identité pour les SS durant toute sa détention. Dans le camp, elle intègre plusieurs commandos de travail (tri des pommes de terre, construction de la nouvelle rampe d’accès, usine de munitions).

Face à l’avancée de l’Armée rouge, le camp est évacué en janvier 1945. Ida participe aux Marches de la mort (les gardes SS forcent les prisonniers à marcher dans la neige, presque sans nourriture, jusqu’à l’épuisement pour fuir l’avancée des Soviétiques) et gagne les camps de concentration de Ravensbrück puis de Neustadt, en Allemagne. Atteinte de gelures profondes aux pieds puis du typhus, elle est soignée et sauvée par Wanda, une infirmière polonaise. Le 3 mai 1945, Neustadt est libéré par les soldats soviétiques. Ida est soignée par les services de santé soviétiques avant d’être évacuée vers la zone d’occupation française et rapatriée en France par avion. A son arrivée, elle reçoit de nouveaux soins à l’Hôpital Broussais, puis en Suisse jusqu’en septembre 1946.

Après la guerre, elle exerce le métier de couturière. Elle se marie en 1953 avec Charles Grinspan et aura une fille. Depuis une vingtaine d’années, elle témoigne dans les établissements scolaires. Ida Grinspan a raconté sa déportation dans un livre coécrit en 2002 avec Bertrand Poirot-Delpech, J’ai pas pleuré

P18263621D3536912G