Gestion du confinement: CONSEIL DE PEDOPSYCHIATRES

pédopsychiatre

Dans cet article, vous trouverez des conseils pratiques rédigés par  les pédopsychiatres  de R. Debré (L'hôpital universitaire Robert-Debré est un hôpital pédiatrique, dont la vocation est la prise en charge des enfants, des adolescents et des futures mères: http://robertdebre.aphp.fr/)

Il y a 2 chapitres :

  • GÉRER L’ANXIÉTÉ DE SON ENFANT À LA MAISON OU COMMENT AIDER VOTRE
    ENFANT ANXIEUX FACE AU CORONAVIRUS
  • CONSEILS AUX PARENTS D'ADO

 

Vous trouverez aussi dans les 3 pièces attachées des conseils :

  • pour prendre soin de votre famille pendant les épidémies de coronavirus et autres maladies infectieuses émergentes
  • pour les parents ayant des enfants ayant des troubles du spectre autistique
  • pour les familles TDAH (trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité)

N'hésitez pas à lire les autres articles du collège qui peuvent vous aider durant le confinement. Il y a des liens dans cet article sur lesquels il suffit de cliquer.

Mme Le Gall, infirmière du CLG Pilatre de Rozier et M. Lamarque, professeur d'EPS

anxieux 

GÉRER L’ANXIÉTÉ DE SON ENFANT À LA MAISON OU COMMENT AIDER VOTRE
ENFANT ANXIEUX FACE AU CORONAVIRUS

Dr Coline Stordeur, Dr Alexandre Hubert, Pr Richard Delorme (pédopsychiatres)
et Marina Dumas, PhD (psychologue).

Le caractère inédit de la pandémie provoquée par le Coronavirus CoVID 19, a eu notamment pour conséquence le confinement de la population. Cela peut entrainer ou augmenter des symptômes de stress ou d'anxiété chez votre enfant. Voici quelques conseils afin de les limiter.

Comment le stress peut se manifester

Comment le stress peut se manifester 

Comment prévenir l’anxiété chez votre enfant

Cela n’est pas une fatalité, vous pouvez aider votre enfant !

Assurer une communication :

  • Laissez votre enfant parler et répondez à ses questions. Ne forcez pas la discussion s’il ne souhaite pas aborder le sujet pour le moment.
  • Renseignez-vous auprès des sources fiables (cf. une liste ci-dessous) plutôt que dans les médias sociaux pour pouvoir répondre honnêtement aux questions des enfants. Avant de leur répondre, demandez-leur ce qu'ils savent déjà sur le sujet en question et reformulez ou complétez l’information. Veillez à ce que vos réponses soient simples.
  • Corrigez les idées fausses et luttez contre la stigmatisation (par exemple, évitez les termes tels que "virus chinois" pour évoquer le coronavirus CoVID-19). Il est important que l’information soit claire pour vous afin de lutter contre la désinformation.
  • N’exposez pas trop votre enfant aux médias et jamais sans un adulte à ses côtés pour l’aider à décrypter ce qu’il voit ou entend.
  • Ne vous interdisez pas d’exprimer vos ressentis également, mais évitez le débordement émotionnel. En effet, il est tout à fait normal d'être stressé dans une situation aussi inédite, même pour les adultes. Les enfants ressentent le stress des parents et sont souvent plus inquiets de la détresse de leurs parents que de la situation elle-même.
  • Rassurez votre enfant sur sa propre sécurité : il recevra des soins appropriés s'il tombe malade. Les enfants sont très rarement atteints sévèrement par CoVID-19.
  • Si votre enfant est stressé ou a peur, vous pouvez aussi parler avec lui de ses émotions. Rassurez-le sur le fait que la peur est une émotion normale et naturelle. Ensuite discutez avec lui : quand sa peur se manifeste-t-elle ? de quelle manière (des pensées, des images, des sensations dans son corps) ? qu’est-ce qui la diminue ?
  • Pensez à féliciter votre enfant lorsque vous êtes très satisfait de son comportement (par exemple : C'est très gentil d'avoir inclus ta petite soeur dans ton jeu).

humour communiquer

Assurer une routine :

  • Planifiez des activités physiques qui peuvent être faites à la maison (Avez-vous déjà essayé le yoga ?). Vous pouvez aussi regarder l'article : Se maintenir en bonne santé pendant le confinement
  • Maintenez un rythme régulier au niveau de l'heure du coucher, des repas et de l'exercice physique. 
  • Encouragez la participation des enfants aux tâches ménagères pour leur donner le sentiment d'avoir accompli une action positive.
  • Prévoyez des activités familiales agréables telles que des jeux (Il est temps de déballer ce drôle de quiz offert pour Noël !), des films et de l'exercice physique. Permettez-vous de rire et de passer un bon moment ensemble !
  • Faites preuve de patience et de tolérance, ce qui peut être difficile pendant cette période.
  • Maintenez une alimentation saine et une bonne hygiène de vie. Vous pouvez aussi regarder l'article : LA NUTRITION EN 7 LECONS 
  • Apprenez aux enfants les gestes barrières (se laver régulièrement les mains, tousser dans son coude, éviter le contact avec le visage). Ne le culpabilisez pas s’il se trompe ! C’est normal lorsqu’on apprend. N'oubliez pas les gestes de protection: Accueil  !
  • Prenez soin de vous en tant que parents : respectez vos besoins de sommeil, évitez de consommer de l'alcool ou du tabac pour réduire le stress, demandez du soutien auprès de votre entourage si vous en avez besoin.
  • Adoptez des techniques de relaxation pour réduire le stress : Soufflez profondément par la bouche avec une main sur le ventre et invitez votre enfant à faire de même, les deux pieds légèrement écartés bien plantés dans le sol. Dans votre tête comptez jusqu’à 3 lentement puis laissez l’air rentrer naturellement sur le chiffre 4. Puis respirez normalement environ 30 secondes. Répétez cette séquence 3 fois, puis respirez normalement. Vous pouvez aussi regarder l'article  COMMENT GERER SON STRESS

routine humour 

Maintenir un lien :

  • Utilisez téléphone et/ou Internet pour que vos enfants puissent contacter régulièrement leurs amis et les membres de la famille.
  • Utilisez les possibilités d'enseignement à domicile ou à distance.
  • Contactez un professionnel de la santé mentale si vous remarquez des signes d'anxiété et de dépression chez votre enfant qui persistent, y compris des changements de l'appétit, des troubles du sommeil, de l'agressivité, de l'irritabilité, et la peur d'être seul ou retiré de sa famille.

S’il est possible pour vous en tant que parents d’agir de manière préventive avant l’apparition des symptômes ou leur majoration, vous pouvez également aider votre enfant lorsque l’angoisse est là.

Ne niez pas l’anxiété de votre enfant, ne la balayez pas d’un revers de la main. Elle est bien réelle. Mais ne tombez pas dans l’excès inverse ! Ne centrez pas toute la vie de la famille autour de ces peurs excessives. Continuez à vivre en réinventant une routine rassurante avec quelques surprises agréables et des moments de convivialité.

En résumé, prenez soin de vous et de votre famille!

Sources fiables :

Page officielle du gouvernement sur le coronavirus :

https://www.gouvernement.fr/infocoronavirus

Site de l’Organisation Mondiale de Santé :

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Site de l’Institut Pasteur :

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fichesmaladies/coronavirus-wuhan

Recensement des cas en France (région par région) :

https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/5e09dff7cb434fb194e22261689e2887

 

 

CONSEILS AUX PARENTS D'ADO (Dr S. BAHADORI)

171207-021200-soirees-entre-parents-d-adolescents  

Chers parents,

Vous voilà donc être confinés avec votre ou vos adolescents à la maison et vous vous dites que cette situation va devenir difficile.

Comment gérer dans un espace clos un adolescent qui a ses propres centres d’intérêt et son besoin d’autonomie ?

Voici donc quelques conseils et recommandations qui peuvent être utiles en attendant la levée du confinement.

  • Tout d’abord, si votre enfant a un traitement médicamenteux, il doit être poursuivi.
  • Les ordonnances périmées pourront être utilisées en pharmacie pour la délivrance du traitement.
  • Le médecin de votre enfant pourra aussi effectuer une téléconsultation si besoin et vous envoyer une nouvelle ordonnance par email.
  • S’il bénéficie de séances avec un psychologue prenez contact avec ce dernier pour savoir si votre enfant peut avoir ses séances en téléconsultation.

 

Dans un contexte de confinement strict il faut viser trois objectifs:

  • Se protéger de l’anxiété
  • Garder un rythme de vie stable, s’occuper et faire de l’exercice
  • Eviter les complications relationnelles du huis clos

 

Voici 5 axes pour vous aider:

1- Se prémunir du stress inutile généré par la télé

  • Evitez de laisser les chaines d’information tourner en boucle ; vous n’y apprendrez rien de plus.
  • En revanche cela rend vulnérable au stress et risque de générer une anxiété inutile.
  • Préférez des sites officiels d’information en ligne (AFP, sites gouvernementaux) que vous ne consulterez qu’une à deux fois par jour (il faut aussi ménager votre anxiété).
  • Pour la télévision il est mieux de privilégier des contenus plus récréatifs et légers (séries, films etc.).

TV 

2- Organiser le quotidien

Faire des emplois du temps.

  • Pour la maison affichez les horaires de la famille : horaires de lever, de coucher, de repas etc. et les temps de sortie (courses, promenades du chien, etc.).
  • Attention, il s’agit de garder un rythme raisonnable, pas de faire un conditionnement militaire! Soyez souple.
  • Pour chaque enfant faites un emploi du temps de la semaine, le plus « visuel » possible. L’information visuelle est plus efficace et facile à suivre.
  • Notez y du temps d’école, de sport ou activité physique, de sortie lorsque cela est possible, en veillant à respecter les règles de distanciation et de confinement.
  • Organisez quelque chose d’aéré.

Eviter le sentiment d’injustice : Exemple de la lutte pour la télécommande.

  • D’habitude, entre le travail et l’école, les écrans collectifs (télé, ordinateur du salon) sont un enjeu minime. Un équilibre précaire s’installe plus ou moins tout seul.
  • En cas de confinement ces objets deviennent une « ressource », et donc potentiellement un enjeu de « lutte de pouvoir ».
  • Il est donc important d’instaurer des règles dès le début : qui est prioritaire et à quel moment ? Quels sont les horaires de chacun avec des règles de priorité et des temps impartis pour chacun afin d’éviter les vécus d’injustice.
  • Ces règles doivent être clairement affichées pour éviter les litiges. Et pourquoi pas un emploi du temps d’occupation de chaque appareil ?
  • Enfin, présentez à tous ce nouveau fonctionnement lors d’un temps collectif agréable (dessert en famille etc.)

 

devoirs à la maison

L’école à la maison.

  • Il est recommandé pour votre ado de continuer à avoir une activité scolaire quotidienne. Or s’il est important d’être assez strict sur les horaires, vous pouvez vous montrer plus souple dans les modalités. Pas besoin de reproduire une salle de classe et de rester assis 4h sur une chaise.
  • Il peut apprendre en regardant des cours en ligne, des émissions scientifiques ou de culture générale, il peut écouter des audio-livre, il peut travailler debout en écrivant sur un tableau véléda, faire des activités avec vous comme adapter une recette de cuisine ou monter un circuit électrique avec des piles (vous trouverez plein de tutos sur internet).
  • Vous pouvez lui faire apprendre les leçons à l’oral. Vous pouvez transformer la leçon de philo en discussion autour d’un thème.
  • Mais attention, ne soyez pas sur son dos ; ne cherchez pas à lui faire rattraper son retard en Espagnol ou en Mathématique.
  • L’important c’est qu’il garde un rythme et apprenne dans le plaisir.
  • Optimiser le temps. Puisque vous êtes coincés chez vous, autant faire tout ce que vous n’avez pas le temps de faire tout au long de l’année : faire du vide dressing, trier la boite à pharmacie, jeter les magazines qui ne servent à rien, faire un nettoyage de printemps, vous mettre à l’aquarelle pourquoi pas !
  • Si vous avez la chance d’avoir un petit extérieur, vous pouvez faire un peu de jardinage. Ces activités peuvent être partagées avec les adolescents, qui peuvent avoir l’occasion de montrer leur force physique ou leur capacité à prendre des initiatives utiles.
  • Quand il y a des fratries cela peut s’avérer intéressant de leur donner de petites responsabilités. Vous pourrez ensuite le féliciter de s’être montré digne de confiance.

Le sommeil (Vous pouvez aussi regarder l'article:  Quelques conseils sommeil et petit déjeuner )

  • Les adolescents ont un décalage de phase physiologique; ils sont naturellement couche tôt lève tard. Avec le confinement et la perte des routines cela va s’accentuer.
  • Si vous ne voulez pas que votre ado se transforme en oiseau de nuit évitez la surconsommation de tablette et de téléphone le soir, et instaurez un couvre-feu de connexion. MAIS, étant donné les besoins spécifiques de cette période un peu étrange le couvre-feu peut être plus tard, vers 21h/22h, pour qu’il puisse se détendre être avec ses copains ou tout seul.
  • Il pourra aussi se réveiller plus tard le matin. Donc pas de cours de math ou de tonte de gazon à 8h du matin ! Il a besoin de dormir le matin pour être moins impulsif, plus serein et plus organisé.
  • Il faut trouver un compromis entre son rythme physiologique, et le fonctionnement de la maison.

ado sommeil 

3- Un temps pour chaque chose et un temps pour soi

  • Créer du temps collectif agréable. Inventez-vous l’équivalent des soirées de colo : soirées home cinéma, soirée karaoké, soirée jeu de cartes etc. plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours.
  • Respecter le temps de solitude de chacun. Tout comme vous, votre adolescent a besoin de temps de solitude où il n’est pas sollicité et où il peut se détendre à sa guise ou contacter ses copains. Si vous ne voulez pas que ces temps débordent il faut les formaliser avec lui : tous les jours de telle heure à telle heure par exemple.
  • Mais une fois formalisé il est impératif de respecter son temps de solitude. C'est-à-dire ne pas entrer dans sa chambre, ne pas le solliciter, ne pas « en profiter pour... ». Ce temps lui est indispensable pour s’apaiser. Il faut lui laisser deux bonnes heures de temps pour lui par jour minimum.
  • Ne cherchez pas à être tout le temps être ensemble. Autorisez lui une à deux soirées par semaines où il ne dine pas avec vous et reste dans sa chambre, pour être tranquille ou en sortie virtuelle avec ses amis.

 

4- De la discipline mais tout en douceur

Les adolescents ont, un fonctionnement particulier qui s’accentue en période de stress. Pour les gérer, surtout dans un contexte inédit, il faut comprendre leur fonctionnement.

  • Les adolescents, énormément ont besoin de socialiser avec leurs Pairs, ont tendance à «marquer leur territoire » vis-à-vis des autres membres de la fratrie et en contexte de crise, vont défier l’autorité. De plus ils ont un mal fou à contrôler leur impulsivité, et vont avoir du mal à se désengager d’un conflit. Au pire ils vont aller vers l’escalade.
  • En revanche ils restent sensibles aux marques d’affection et ont besoin de valorisation positive.

cerveau ado 

Voici donc quelques conseils qui tiennent compte de ces éléments:

  • Ne pas chercher à ce qu’il soient irréprochables. Un huis clos est une cocotte-minute. Si la vapeur ne sort pas par le sifflet, la cocotte explose. Si votre ado marmonne dans sa barbe, ou boude dans son coin, octroyez-lui ce droit. Tant qu’il ne vous affronte pas ouvertement ce n’est pas grave.
  • Soyez intransigeant pour les choses qui en valent vraiment la peine et qui auront des conséquences négatives tout de suite.
  • Le Féliciter et le Valoriser. Il est primordial de souligner les efforts que fait votre ado même si cela vous apparait « naturel », car rien n’est naturel quand on est confiné.
  • Du temps pour socialiser. Votre adolescent va devoir renoncer à sa vie sociale, et cela va être très dur pour lui et générer une grande tension. Autorisez des temps où il peut être avec ses copains via les réseaux sociaux, en visio ou au téléphone.
  • Intéressez-vous à lui, mais n’attendez pas qu’il vous accueille à bras ouverts !
  • Le cerveau d‘adolescent est partagé entre le besoin d’être maitre de son propre destin et l’envie d’être encore l’enfant chéri de ses parents. En offrant de partager ses activités, vous lui donnez le signal que vous avez encore de la tendresse pour lui. Il en prend note et ça lui fait plaisir. En vous disant non, il se prouve à lui-même son autonomie. Ne soyez pas vexé, au contraire réjouissez-vous, car vous avez atteint votre but qui est de lui faire du bien.
  • En cas de crise explosive à la maison : votre meilleure stratégie c’est la désescalade. A l’apogée d’une dispute les ados ont souvent cette phrase exaspérante : « c’est bon ». Ce à quoi on répond invariablement « non ce n’est pas bon » et on continue le sermon! Or cette phrase est un appel à l’aide pour dire : « je peux encore accepter la désescalade, envoie moi dans ma chambre ». C’est une offre de trêve, prenez là ! Que chacun s’isole et on rediscutera de tout cela quand les esprits seront refroidis. Cette mise à distance est également bonne pour vous. Occupez-vous à autre chose, promener le chien, prenez une douche.
  • Quand tout le monde est calme proposez la réconciliation. Ce n’est pas un signe de faiblesse, c’est un signe de maitrise mature du conflit.

 

5- Enfin, Ménagez-vous !

  • Prenez du temps pour vous, méditez ou faites de la cohérence cardiaque deux fois 5 minutes par jour. Vous trouverez sur internet un outil qui vous convient. Vous pouvez aussi regarder l'article   COMMENT GERER SON STRESS
  • Faites un peu d’exercice tous les jours. Il existe sur internet des programmes rapides journaliers. Vous pouvez aussi regarder l'article : Se maintenir en bonne santé pendant le confinement
  • Commencez quelque chose de nouveau, Quelque chose dont vous avez envie depuis longtemps. Quand on travaille on se plaint toujours de ne jamais avoir le temps pour rien. En confinement ce temps c’est un luxe offert !

méditer humours