La forêt, un sujet brûlant

Du cœur de l'arbre à la pierre-monde. Ou comment devenir le monde.

 

Les 6è4, les 5è4 et moi-même leur professeure de français, avons, au fur et à mesure de notre envie de créer, élaboré ensemble non pas un projet, lequel supposerait un objet déjà envisagé et clos, mais un désir ouvert de défendre la forêt et tout le vivant qu'elle concentre.

 

Cette aventure devait faire l'objet d'une exposition de textes et de dessins individuels et collectifs, présentée aux autres classes du collège par des élèves ayant appris le rôle de commissaires d'exposition; était prévue alors une immersion dans des enregistrements de la forêt amazonienne et des bruits en direct de forêt exécutés par les élèves eux-mêmes;

 

Une cinquantaine d'aphorismes philosophiques et poétiques ont été offerts à la lecture sur les vitres du collège - hélas, ôtés deux mois et demi plus tard sans que nul fût prévenu.

Nous étions prêts mais les mesures de restriction sanitaire ont empêché, hélas, que cette vie voie le jour.

 

 Il reste une exposition de tous les dessins au CDI, ceux des 5è4 figurant la "pierre-monde", comme conscience de la disparition du vivant et ceux des 5è4 figurant l'arbre de vie exultant de toutes les énergies vitales.

 

Les textes sont issus de questionnements philosophiques et les dessins le résultat d'une initiation à la minutie du dessin automatique improvisé, tout cela en français.

 

Les deux grands dessins au format 50 x 65 cm ont été réalisés en classe à vingt-quatre plumes par groupe de huit élèves.

 

J'envisage de faire publier par l'un de mes éditeurs un recueil de ces textes et dessins, parmi d'autres créations d'élèves, si une subvention de l'ordre de 1000 euros maximum peut être accordée. Ce recueil ferait écho à un premier recueil, Pensée en herbe du XXIè siècle, publié en 2016 chez Corps Puce, grâce à un soutien financier via le collège.

Cette aventure poétique, artistique et philosophique a permis de souder les groupes dans une prise de conscience personnelle et inventive.

 

Les photographies et les vidéos jointes montrent les élèves de 5è4 et de 6è4 œuvrant à leur dessin collectif. Chaque dessinateur se retrouve comme la branche d'un même arbre collectif ou le grain minéral d'une même pierre, belle leçon d'échanges vitaux.

Mme Martin. Professeur de Lettres