Projet établissement Lycée

« LAVOISIER » 

Collège & Lycée

Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles

 

index

 

Projet d’Etablissement

- 2009 -

« On ne peut perfectionner le langage sans perfectionner la science, ni la science sans le langage ; et quelques certains que fussent les faits, quelques justes que fussent les idées qu’ils auraient fait naître, ils ne transmettraient que des imperfections si nous n’avions pas des expressions exactes pour les rendre.»

LAVOISIER

Sommaire

  1. - I - Lavoisier en quelques mots…
  2. - II - Projet d’établissement du Lycée :
  1. Maintenir l’excellente qualité des résultats
  2. Entretenir l’equilibre en les « sciences » et les « humanités » et revaloriser la filiere littéraire
  3. Favoriser le rayonnement linguistique et culturel
  4. Améliorer la commùnication en interne et en externe

 

 

Lavoisier en quelques mots…

  • La cité scolaire LAVOISIER est établie sur l’emplacement du Carmel de l’Incarnation, fondé en 1604 par la duchesse de Longueville ; Madame De La Vallière s’y retira en 1675 après sa rupture avec Louis XIV. Un hôtel particulier, correspondant au numéro 19 de l’actuelle rue Henri Barbusse, bâti ensuite sur le lotissement de ce terrain fut donné à bail par les carmélites au duc De Chaulnes en 1754. Passionné de Physique et de Chimie, il y installa un laboratoire où il fit des recherches sur « les propriétés de l’alcali volatil » … Son fils, Marie-Joseph d’Albert d’Ailly y poursuivit son œuvre scientifique et  y travailla souvent avec son ami Antoine Laurent LAVOISIER.

  • Sous la Révolution, les carmélites sont dispersées et les bâtiments sont en grande partie démolis. Le percement des rues du Val de Grâce en 1797 et Pierre Nicole en 1864 modifie la physionomie du quartier.

  • En 1871, la Ville de Paris décide la création de « l’Ecole Primaire Supérieure Lavoisier », dédiée au recrutement des Ecoles Normales d’Instituteurs ; de 1880 à 1900, la Ville acquiert les terrains voisins et fait construire les bâtiments actuels (côté rue Pierre Nicole). Le 26 janvier 1907, René Viviani, député du 5ème arrondissement et futur ministre de l’Instruction Publique, inaugure la nouvelle « Ecole Municipale Lavoisier ».

  • Suite à la loi de décentralisation de 1985, le lycée Lavoisier, comme beaucoup d’établissements parisiens prestigieux, est partitionné entre collège et lycée pour la gestion administrative des structures pédagogiques, mais demeure en pratique une cité scolaire accueillant dans des locaux communs (rénovés et agrandis) des élèves allant de la sixième aux classes préparatoires aux grandes écoles.

  • Au cœur du Quartier Latin, sur la fameuse « Montagne Sainte-Geneviève » et à proximité du Val de Grâce, du Jardin du Luxembourg et du Sénat, du Théâtre de l’Europe (Odéon), de la Sorbonne et du Collège de France, LAVOISIER bénéficie d’un environnement historique et culturel de tout premier choix, propice à des études de qualité où chacune et chacun peut cheminer à la mesure ses talents singuliers, vers l’excellence, selon un principe fondateur : le mérite !

Le « projet d’établissement » qui vous est présenté a été validé lors du Conseil d’Administration du 3 mars 2009.

Il est délibérément synthétique. Et en « annexes » figurent des informations plus générales qui permettent d’appréhender le collège et le lycée dans leur globalité : structures, typologie des élèves, résultats aux examens, taux de redoublement, suivi de cohortes, orientation etc.

1 : Maintenir l’excellente qualité des résultats

 Le lycée Lavoisier se distingue par d’excellents résultats au baccalauréat (entre 95% et 100% de réussite) depuis de très nombreuses années ; il convient de préserver cet acquis et de veiller à la qualité de l’orientation post-baccalauréat.

 ¨      Une nouveauté : jusqu’à présent le recrutement en seconde s’opérait selon deux critères conjoints qui caractérisaient singulièrement notre établissement :

-          la « méritocratie », en fonction des résultats (complets et pondérés, chiffrés et commentés littéralement) obtenus au collège ;

-          un effort de mixité sociale : le chef d’établissement, sous l’autorité de l’Inspecteur d’Académie, recrutait par volontarisme aussi des élèves hors district, en particulier dans les établissements défavorisés de la capitale, leur offrant ainsi une chance de saisir le fameux « ascenseur social »…

            Le logiciel « Affelnet » a dépossédé le Proviseur de cette part d’autonomie et les

premières études font constater un net repli des recrutements sur notre seul bassin

(réduisant sensiblement la mixité sociale), ainsi qu’une évolution vers des comporte-

ments scolaires plus atypiques, parfois critiques. N’ayant plus la possibilité d’inter-

venir sur la qualité du recrutement des élèves de seconde, nous devrons néanmoins

tenter de maintenir l’excellence de nos résultats en fin de cycle et l’attractivité de

notre établissement.

   Actions engagées.

 ¨      Offre de formation et d’orientation : il est nécessaire de préserver la diversité des parcours offerts à Lavoisier : « S », « L », « ES ».

¨      Harmonisation de nos pratiques :

-          « examens blancs »,

-          réunions de coordination, conseils d’enseignement etc.

-          réunions d’information à l’attention des familles.

¨      Qualité de l’orientation, en collaboration avec les professeurs principaux :

-          à l’issue de la seconde,

-          à l’issue de la terminale.

¨      Suivi particulier des élèves redoublants par les professeurs principaux, le chef d’établissement et son adjoint(e)

¨      Disponibilité des professeurs (dont les professeurs principaux) pour répondre aux attentes des élèves et de familles : diagnostic, conseil etc.

   Actions en projet.

 ¨      Lutter plus efficacement contre l’absentéisme (et les retards).

Cette action se décline en décisions structurelles, organisationnelles et en pratiques professionnelles collégiales, impliquant tous les acteurs de l’établissement.

  • Modifications de l’organisation :

-          restructurer l’accueil à la loge, avec notamment l’installation d’un sas, afin de mieux contrôler les entrées-sorties ;

-          adopter de nouveaux horaires de sonneries (« battement » de 5 minutes entre la fin d’un cours et le début du suivant) ;

-          reconsidérer les modalités « d’appel » en classe : réflexion sur le meilleur système, le plus fiable et le plus économe en temps.

  • Perfectionnement de nos pratiques :

-          de la part des adultes, prendre les élèves en charge à l’heure ;

-          procéder à des appels systématiques et rigoureux ;

-          vérifier qu’un élève, absent au(x) cours précédent(s), s’est fait excuser auprès des services de la Vie scolaire ;

-          nous accorder sur des critères communs et s’y tenir collégialement sans déroger (par exemple : à partir de combien de minutes de retard refuse-t-on un élève en classe ?) ;

-          assurer un suivi régulier des absentéistes de la part du Conseiller Principal d’Education, rendez-vous avec les familles etc. ;

-          mettre en place un protocole systématisant l’information aux familles, la gradation des sanctions (cf. règlement intérieur) et les signalements au Rectorat ;

-          au besoin, lorsque les absences semblent fondées sur de véritables raisons médicales ou psycho-sociologiques, recourir à des entretiens individuels (Conseiller Principal d’Education et/ou Personnel de Direction) ainsi qu’aux services du Médecin scolaire et de l’Assistante sociale.

2 : Entretenir l’equilibre en les « sciences » et les « humanités »

 et revaloriser la filiere littéraire

Notre établissement à une forte identité scientifique par le nombre des sections « S » qu’il accueille ; néanmoins, par tradition et par conviction, les « humanités » doivent y tenir une place d’importance.

  Actions engagées.

¨      Maintien d’une offre diversifiée et accessible au plus grand nombre :

-          dans les options proposées, y compris « Arts plastiques » ;

-          dans les langues anciennes (latin et grec en alignements) ;

-          dans les langues vivantes, LV1-LV2 (Anglais, Espagnol ; sauvegarde de l’Allemand ; ouverture éventuelle d’une « LV3 pour débutants » en seconde).

¨      Orientation positive et non par défaut en « L » et « ES ».

¨      Développer l’attractivité de nos Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles :

-          en améliorant nos résultats aux concours ;

-          en préservant la qualité de l’encadrement pédagogique ;

-          en assurant une meilleure communication externe.

 

  Actions en projet.

¨      Promouvoir et développer la filière littéraire :

-          Renforcer l’attractivité de cette filière en offrant la LV3 grands débutants « Chinois » (besoins complémentaires / DHG : 3 h).

-          Avec l’accord acquis de l’Inspection Générale de Philosophie, création d’un module en première « d’initiation à la Philosophie », prioritairement (mais non exclusivement) réservé aux élèves de « L » (besoins complémentaires / DHG : 2 h).

-          Parfaire les procédures d’information : réunions de « promotion » à l’intention de tous les élèves de seconde et des parents avec l’intervention d’anciens élèves de « L » qui ont réussi leur cursus post-bac.

-          Mettre l’accent lors du forum des métiers (Parents d’Elèves) sur les débouchés à l’issue d’un cursus littéraire.

-          Mieux valoriser la communication interne/externe sur les réussites de cette filière : exposition des échanges linguistiques, Internet, portes ouvertes…

-          Création d’un « livre des métiers » valorisant la filière « L », notamment en travaillant en publipostage et enquête auprès des 1000 familles du collège-lycée : ce document pourrait donner lieu à une édition nationale (SCEREN).

-          Préparer l’orientation possible en « L » dès la 3ème , dans le cadre de la liaison « collège/lycée ».

3 : Favoriser le rayonnement linguistique et culturel

C’est l’une des dominantes de notre établissement, ancrée dans son histoire ; un rayonnement et une ouverture culturelle à entretenir…

  Actions engagées.

¨      Maintien de notre politique de voyages et d’échanges culturels et linguistiques :

-          appariement avec l’Inde ;

-          jumelage avec les USA ;

-          relance des échanges avec l’Allemagne ;

-          voyages linguistiques en Espagne, Italie, Grèce etc.

¨      L’ancien « atelier d’Arts plastiques » est désormais transformée en une « option légère » réglementaire : à maintenir ;

¨      Ciné-club et club lecture ; participation au « Goncourt des lycéens » ?

¨      Nombreuses sorties pédagogiques, tous domaines (spectacles, expositions etc.).

  Actions en projet.

¨      Demande d’ouverture d’une LV3 « grands débutants » en Chinois (Mandarin) ; ceci correspond à une forte demande et pourrait avoir un intéressant prolongement pour les « prépas ».

Redynamisation du FSE (foyer socio-éducatif) : concerts, exposition etc.

4 : Améliorer la communication en interne et en externe

Notre établissement offre une convivialité certaine : celle-ci peut néanmoins être relayée (au quotidien ou occasionnellement) par quelques améliorations matérielles…

  Actions en projet.

¨      Communication interne :

-          rationaliser l’affichage tant à destination des personnels (informations professionnelles, culturelles) qu’à l’attention des élèves (manifestations culturelles, salons, orientation, portes ouvertes etc.);

-          information vidéo en salle des professeurs ;

-          amélioration de la collecte des informations concernant les professeurs absents et leur remplacement ;

-          fléchage des lieux plus explicite…

¨      Communication externe :

-          site Internet avec page d’actualité ;

-          opération « portes ouvertes ».