mars 18
20
21:51

Le vendredi 16 février était le 100ème jour d’école.

Pour fêter ce jour important pour les CP, tous les élèves de l’école ont eu le droit de se déguiser.

Mais cent, qu’est-ce que cela représente exactement ? Les élèves de CP ont fait une collection de cent gommettes. Ce travail a été long, minutieux et l’occasion de faire preuve de stratégie.

 Les élèves étaient fiers, les maîtresses épuisées… compter 27 fois 100, cela a fait combien de gommettes à compter pour chaque professeur ?

Ceci est un problème que les CP envoient aux élèves de CE1 ;o)

Cet effort n’a pas été vain : les élèves ont gagné le droit de coller à leur guise les gommettes ! Certains ont décoré des couronnes du centième jour avec, d’autres ont réalisé une œuvre libre…

Mais ce n’est pas tout : certains élèves de CP ont écrit 100 mots sous la dictée, d’autres ont résolu (par groupes) 100 problèmes...

Les maîtresses de CP.

2

1

3

mars 18
19
21:48

Le vendredi 16 février était le 100ème jour d’école.

Pour fêter ce jour important pour les CP, tous les élèves de l’école ont eu le droit de se déguiser.

Mais cent, qu’est-ce que cela représente exactement ? Les élèves de CP ont fait une collection de cent gommettes. Ce travail a été long, minutieux et l’occasion de faire preuve de stratégie.

Lire la suite ...

2

 

janv. 18
21
15:05
Catégories: Les CP , Arts visuels , Divers

A l'occasion de leur projet eTwinning "Konnichiwa", les CPD ont commencé à se plonger dans les arts et la culture japonais.

Avec leur professeur d'arts plastiques, Monsieur Meunier, mais aussi avec une danseuse, professeur au conservatoire du 14ème ils créent en s'inspirant du Japon.

Ils ont observé des photographies de lanternes et temples, de jardins chinois, ils se sont entraînés à reproduire des kanjis (idéogrammes japonais), puis ils sont partis pour un atelier "terre", où ils ont pu modeler leurs propres lanternes et leur kanjis.

Entraînement école 1entraînement école 3entraînement école 2

Atelier terre zéro

lanterne 1lanterne montage2lanternes séchage

modèles kanji

kanji plaque2kanji début 2kanji 2kanji finitions 2séchage kanji

En danse, à l'école pour la première séance, puis au conservatoire, ils ont imaginé être une feuille d'origami qui se plie et se déplie sur un air joué à la flûte japonaise, le shakuhachi, puis ils ont cherché à suivre le rythme, en dansant en lignes, sur des tambours japonais.

feuille qui commence à se plierpliésOrigami au sol

janv. 18
21
15:03

A l'occasion de leur projet eTwinning "Konnichiwa", les CPD ont commencé à se plonger dans les arts et la culture japonais.

Avec leur professeur d'arts plastiques, Monsieur Meunier, mais aussi avec une danseuse, professeur au conservatoire du 14ème ils créent en s'inspirant du Japon.

kanji plaque2kanji début 2kanji 2kanji finitions 2séchage kanji

Lire la suite ...

déc. 17
20
20:11

Le jeudi 23 novembre, les Cm1b sont allés à une exposition proposée par le Maif Social Club appelée « Agoramania » : cette exposition d’artistes contemporains a pour but de faire réfléchir sur la ville de demain. Voici quelques articles des élèves en attendant la suite des textes...

 

Jeudi 23 novembre, nous sommes allés à l’exposition Agora Mania. Nous avons vu 3 œuvres. 

La première œuvre[1] est réalisée avec une plante aquatique nommée « azolla ».

Cette œuvre représente ce qu’on mangera dans le futur. Eric Sjödin  (celui qui a utilisé la plante) a inventé plusieurs plats : de la soupe, des boulettes, des pancakes et des galettes

.IMG 20171123 095715

 La deuxième œuvre[2] est une voiture en polystyrène  accrochée au mur. Cette œuvre est la maquette d’une voiture qui oblige à parler aux gens et à leur demander des services car cette voiture n’a pas de moteur mais il y a un câble de 50 mètres et des ventouses pour s’accrocher aux vraies voitures.

IMG 20171123 100245

La troisième œuvre[3] est constituée d’ustensiles de cuisine suspendus à des fils. Quand on tape dessus cela fait beaucoup de bruit. Il y  a toutes sortes de matériaux. Cette œuvre s’appelle  « le concert de casseroles ».

 

Après cette visite, la guide nous a laissé un peu de temps libre.

Puis, nous sommes repartis. Cette visite était très bien

Luiza

 

Nous sommes allés à AGORA MANIA, exposition qui parlait de la ville collaborative. Nous avons vu plusieurs œuvres parlant de la ville.

L’azolla : sur une table, l’artiste a disposé des ingrédients (farine, azolla, bols, cuillères…) pour faire des plats à base d’azolla  (pain, soupe).

IMG 20171123 094928

« Para site » :

  • voiture électrique avec un câble de 50 mètres à brancher (dans des restaurants, des bars).
  • 2ème utilisation : l’artiste demande la permission aux conducteurs, et à l’aide de 4 ventouses la voiture s’accroche au véhicule.

But du conducteur de la voiture : se faire des relations.

Les casseroles : servent à nous faire entendre les bruits du quotidien et à faire du bruit pour quelques manifestations.

Puis nous avons fait des jeux dans un livret de jeux.

Malik, Théodore, Juliette, Karel

 

« L'Azolla »

    L'azolla est une plante aquatique qui vient d'Asie et d'Amérique du sud. On  peut en  faire : des boulettes, de la  soupe, des pancakes et du pain. Nous pouvons retrouver cet aliment dans notre  assiette. Quand la plante est séchée, elle aide le riz à pousser. Dans environ 30 ans, cet  aliment sera peut-être un aliment de tous les jours, du petit déjeuner jusqu'au dîner.

« Les casseroles »

        Nous sommes passés dans un couloir de casseroles ça faisait beaucoup de bruit c'était rigolo.

« Para sites »

IMG 20171123 100531

        Le «  para site » est un moyen de faire des rencontres ou de communiquer avec des gens, parce qu'on  peut brancher  le parasite dans des maisons, dans des bars... Nous pouvons aussi nous accrocher à une voiture avec quatre aimants (des ventouses). Ce n'est  pas réel.                                                                                                                                                                Louis  D, Louis LT et Maxim.

 

 

Le 23 novembre, ma classe et moi-même sommes allés à Agora Magnia. Nous avons vu 3 œuvres différentes : une voiture, deux rangées de casseroles et plein de bouts de bois assemblés[4] d’une telle façon qu’ils restent verticaux.

IMG 20171123 105416

Nous sommes rentrés entre ces deux rangées de casseroles, ça les a fait tintinnabuler. Quel BOUCAN !!! Même la Maîtresse est passée dedans.

Nous avons pu toucher à la 2e œuvre d’art.

Nous avons fait un livret de jeux divers et variés. Nous avons regardé une œuvre qui présentait une expérience à partir d’une plante nommée « L’azolla ». Des scientifiques font des tests pour voir si on peut la manger.

Raphaël

 

 

Ma classe et moi, nous sommes allés à l’exposition « Agora Mania », nous avons vu 3 œuvres : la première était réalisée avec une plante aquatique qui vient des pays chauds et qui se nomme l’azolla ; on la cuisine pour faire : du pain, des biscuits  etc… 

La deuxième œuvre est une voiture très spéciale qui sert à faire des rencontres : la voiture a deux modes de déplacement ; le premier mode  consiste à se brancher avec un câble de 50 mètres dans un bar, un restaurant etc… le deuxième mode consiste à s’accrocher à une voiture avec quatre gros aimants. 

La troisième œuvre est un tunnel avec des casseroles pendues en deux lignes : toute  la classe y est passée et a secoué les casseroles !

                                                             Fadi et Noam

 

Nous sommes allées au Maif social club voir une exposition sur la ville. Une conférencière nommée Matilde nous a accueillis.

La visite s'est déroulée en deux temps : au début, nous  avons découvert 3 œuvres d'art. La première parlait de l'Azolla, une plante aquatique qui pousse dans les pays chauds, l'artiste Erik Sjödin a inventé des recettes avec cette plante. La deuxième œuvre était une voiture appelée « Para Site » de Julien Bertier qui sert à faire des rencontres car elle n'est pas  autonome et elle a besoin d'une prise d'électricité pour avancer. Elle est en polystyrène. La troisième œuvre est appelée “concert de casseroles” de Lucy et Jorda Orta. Cette œuvre est composée de deux barres d'où  pendent des casseroles de différents types et de différentes matières. Nous sommes passés dedans et quel vacarme avons-nous fait !

Ensuite, on nous a distribué un livret de jeux sur l'exposition. Nous les avons complétés. Nous nous sommes beaucoup amusées!                                                                                   Emma, Mara, Maria-Giulia              

 

Nous sommes allés à l’exposition Agora Mania. La dame qui nous a reçus s’appelait Mathilde. 

Elle nous a montré en 1er  l’azolla  une plante aquatique. L’azolla est une plante aquatique qui pousse en Asie et quand elle est séchée elle fait mieux pousser le riz. Erik Sjödin a réussi à faire des recettes avec l’azolla et peut être que, dans dix ou quinze ans, nous aurons ça à manger mais pour l’instant c’est en train d’être testé avec des animaux. 

Mathilde nous a montré en 2ème une voiture que Julien Berthier a créée. 

Elle marche de deux façons différentes : dans la 1ère on branche un fil à une prise électrique et les câbles se déroulent sur cinquante mètres. Dans la 2ème méthode la voiture s’accroche à l’aide de ventouses à une voiture, cela entraîne de l’amitié. Car pour accrocher les ventouses à la voiture, on doit d’abord demander au conducteur et donc cela entraîne la conversation.  

La 3ème œuvre d’art qu’elle nous a montrée était des casseroles dont le bruit représente le bruit de la ville et aussi le bruit d’une manifestation. 

Timothée et Titouan

 

Les bruits des casseroles représentent le bruit de la vie de tous les jours. Nous les avons écoutés à l'exposition MAIF Social Club. L'azolla est une plante comestible qui va peut-être se retrouver dans notre assiette. On a aussi vu une voiture en polystyrène. Mais le problème avec la voiture c'est qu'elle ne peut faire que 50 m. Alors on doit la brancher ou la coller avec de gros aimants sur une voiture. Ce qui permet de faire des rencontres.  

A la fin on a fait un livret de jeux. 

                                 Lola, Diana, Romy

 

Nous sommes allés à l'exposition Agora Mania. Mathilde (celle qui nous présentait l'exposition), nous a d'abord  présenté des plantes aquatiques. Ces plantes s’appellent : l’Azolla. Ce sont des plantes qui (peut-être) seront mangées. Elles poussent sur l'eau. C'est Erik Sjödin qui a découvert l'azolla. Elle pousse en Asie et en Amérique du sud. Il faut que l'eau soit chaude pour que cette plante puisse pousser. On peut (peut-être) la préparer en : soupe, boulettes, pancakes, galette et pain. Après, nous avons vu une voiture qui peut marcher de deux façons : avec un câble de 50m (à brancher chez les commerçants, les voisins, etc...) ou  avec trois ventouses (à accrocher à une voiture qui roule vers la destination où celui ou celle qui est dans la voiture veut aller). Cette voiture s’appelle: « le Para Site ». Cette voiture est faite pour communiquer et pour se faire des amis. C’est Julien Berthier qui a fabriqué cette « Para Site » (nom de la voiture). Ensuite, Mathilde nous a présenté plein de casseroles accrochées les unes aux autres. C’est une installation de Lucy et  Jorge Orta et ça s'appelle « un concert de casseroles ».

Marie

 

A Agoramania, nous avons vu plusieurs œuvres. 

Une plante nommée Azolla : elle pousse dans l’eau, elle a besoin de lumière et de chaleur car elle pousse en Amérique du Sud. Les scientifiques essaient de l’intégrer dans notre nourriture. C’est l’artiste Erik Sjödin qui la présente dans son œuvre. 

Ensuite, nous avons vu une voiture avec un long câble de 50 mètres et des ventouses qui servent à s’accrocher à une autre voiture. 

Nous sommes aussi passés à travers un chemin de casseroles pendues à des fils ! 

Eya, Lise et Inès

 

                                                                                                                                          

Enseignante Madame Blaye

 

 

 

                                                                                                                                                                            

 

 

 



[1]  Erik Sjödin The Azolla cook and cultivation project 2010-2017

 

[2] Julien Berthier Para Site 2004-2017

[3] Lucy et Jorge Orta Conciertos de cacerolas 2001-2014

[4] Tadashi Kawamata Collective Folie La Villette 2014

déc. 17
20
18:53

Les élèves ont gravé une gomme sur 4 de ses faces puis se sont servis de ces tampons pour « dessiner » un motif simple sur de très grandes feuilles qu’ils n’utilisent d’habitude jamais, car en demi-classe, ils disposaient de la place de deux élèves.

Gare aux mains pleines d’encre...

Professeur d'arts plastiques : M. Meunier

DSCN2066

DSCN2065

DSCN2064

 

 

 

 

déc. 17
20
18:52

DSCN2066Les élèves ont gravé une gomme sur 4 de ses faces puis se sont servis de ces tampons pour « dessiner » un motif simple sur de très grandes feuilles qu’ils n’utilisent d’habitude jamais, car en demi-classe, ils disposaient de la place de deux élèves.

Gare aux mains pleines d’encre...

Professeur d'arts plastiques : M. Meunier

 

Voir d'autres productions ...

déc. 17
20
18:40

 

 

Les CPc travaillent sur le Japon... et la vague japonaise à la précision et au rythme redoutables, mais ils en raffolent et déploient des talents de patience.

Professeur d'arts plastiques : M. Meunier

DSCN2067b

DSCN2068

DSCN2069

DSCN2070

DSCN2072

DSCN2073

DSCN2074b

 

déc. 17
20
18:20

Les CM2c ont étudié la mythologie en classe et y ont découvert différents monstres. Nous avons décidé d'en créer de nouveaux avec des tampons fabriqués par leur soin.

Les élèves ont commencé par fabriquer avec du carton le support de leur tampon (la poignée).

La partie « tampon » étant réalisée en mousse, sur laquelle les élèves ont dessiné.

Ils ont ensuite découpé leur « motif » dans la mousse et confectionné 3 tampons : un œil, une bouche, une partie libre du visage-corne, cheveu etc.

Sans autre outil, ils ont eu pour tâche de composer dans de très grandes feuilles un portrait de monstre identifiable (pas toujours évident) par simple répétition/alternance (noir-gris) de leurs trois tampons. Certains, à partir du moment où il fut possible d ‘échanger ses tampons avec ceux du voisin, ont réalisé l’infini des possibilités graphiques.

Ils ont également appris à « colorier » avec cet outil. Tout ce qui a été de l’ordre de la traînée, de la balafre, du glissé n’a pas été retenu.

Prochaine étape : la couleur...

Voici des productions :

DSCN2045

DSCN2047

DSCN2048

DSCN2049

DSCN2050

DSCN2051

DSCN2052

DSCN2053

DSCN2054

DSCN2055

DSCN2056

DSCN2057

DSCN2057

DSCN2058

DSCN2059

DSCN2060

DSCN2061

DSCN2062

Professeur d'arts plastiques : M. Meunier

 

déc. 17
20
18:20

Les CM2c ont étudié la mythologie en classe et y ont découvert différents monstres. Nous avons décidé d'en créer de nouveaux avec des tampons fabriqués par leur soin.

[...] Sans autre outil, ils ont eu pour tâche de composer dans de très grandes feuilles un portrait de monstre identifiable (pas toujours évident) par simple répétition/alternance (noir-gris) de leurs trois tampons. Certains, à partir du moment où il fut possible d ‘échanger ses tampons avec ceux du voisin, ont réalisé l’infini des possibilités graphiques.

Professeur d'arts plastiques : M. Meunier

Voir la suite...

DSCN2055  DSCN2062