Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Navigation X  
Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements  
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14
Réponse du ministre le 26 novembre 2008 à une question d'un député
Résumé

RASED : Réponse du ministre le 26 novembre 2008 Question au ministre du député Didier Quentin

Chapeau

Sur les élèves et les RASED

Contenu

Question au ministre du député Didier Quentin

Monsieur le Ministre,

Permettez-moi d’appeler votre attention sur la réforme du « Réseau d’aides aux enfants en difficulté » (RASED) qui suscite certaines interrogations et même inquiétudes, avec la mise en place de deux heures de soutien hebdomadaire et la sédentarisation de 3000 enseignants.

Tout d’abord, les enseignants de ce réseau estiment que le soutien scolaire hebdomadaire de deux heures vient en complément du travail de différenciation pédagogique, mis en place par l’enseignant ou l’équipe pédagogique au sein de l’école. Ce soutien permet de prendre en charge des élèves présentant des difficultés passagères ou légères.

Ils considèrent que ce soutien ne peut être confondu avec une aide spécifique apportée à des enfants en grande difficulté, car il s’agit bien souvent d’élèves en rupture d’apprentissage nécessitant une prise en charge individuelle.

Dans cet esprit, ils souhaitent que les réseaux d’aide aient la possibilité de travailler dans les conditions fixées par les textes de 1990 qui prévoient un Rased complet pour un secteur de 800 élèves.

Ils demandent également que leur activité fasse l’objet d’une réelle évaluation nationale, par le biais des inspecteurs de l’Education Nationale qui, selon eux, sont les plus à même de percevoir les réalités de terrain.

Enfin, ils espèrent que la formation continue sera soutenue, afin de maintenir le dynamisme opérationnel des ces enseignants.

C’est pourquoi je vous serais très reconnaissant de faire procéder à un examen bienveillant et diligent de ces propositions et de me faire savoir la suite que vous entendez leur réserver.

En vous remerciant par avance et restant à la disposition de votre Cabinet pour d’éventuels compléments d’information, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de ma considération distinguée.

Réponse du 26 novembre 2008 du ministre

Monsieur le Député,

Vous m’avez fait part de vos interrogations sur la situation des maîtres spécialisés des réseaux d’aide et de soutien aux élèves en difficulté (RASED). C’est pourquoi il m’a semblé utile de vous apporter des éléments suivants.

Les maîtres des classes sont les premiers à faire face, dans la classe et dans l’école, aux difficultés scolaires de leurs élèves. S’ils ne peuvent être laissés seuls pour lutter contre toutes les formes de difficulté qui peuvent relever d’origines diverses, le recours aux RASED montre pourtant aujourd’hui ses limites. La fréquence des prises en charge par les maîtres spécialisés est trop ponctuelle, les réseaux sont éloignés des projets d’enseignement des classes et des écoles. Dans la plupart des cas, les élèves concernés quittent la classe la durée de la prise en charge et donc n’assistent pas à certains enseignements fondamentaux. En outre, l’augmentation continue des emplois de maîtres spécialisés dans le premier degré, dans leur fonctionnement actuel, n’a pas réduit l’échec scolaire. Aujourd’hui encore, environ 15% des élèves quittent l’école primaire en connaissant de graves lacunes dans les domaines de la lecture, de l’écriture et des mathématiques.

Le projet de loi de finances pour 2009 prévoit qu’à la rentrée 2009, 3000 et 11000 emplois d’instituteurs et professeurs des écoles spécialisés (option E et G), issus des RASED seront implantés dans les écoles, afin d’y exercer des fonctions de maîtres titulaires d’une classe.

Grâce à la réforme du primaire qui vient d’être mise en œuvre, chaque élève en difficulté reçoit désormais une réponse adaptée à sa situation :

  • Les deux heures libérées du samedi matin sont investies au profit des élèves en difficulté sous forme d’une aide personnalisée, notamment de remédiation et de remise à niveau dans les enseignements fondamentaux, dispensée par les maîtres de leur école. Cette aide peut se faire de manière ponctuelle ou s’inscrire dans la durée. Désormais, dans toutes les écoles, et plus seulement dans certaines d’entre elles comme c’était le cas auparavant, les élèves rencontrant des difficultés reçoivent l’aide nécessaire pour les surmonter.
  • Des stages de remise à niveau en français et mathématiques sont également proposés aux CM1 et CM2, pendant les vacances scolaires par petits groupes, à raison de trois heures par jour pendant une semaine. Lors de la première session pendant les vacances de Pâques, 83000 élèves ont participé à ces stages. Début juillet, ce sont 50000 élèves qui s’étaient inscrits ; et fin août 65000 élèves ont pu se remettre à niveau pendant la rentrée scolaire.
  • L’action des 8000 maîtres spécialisés structurés en RASED va être réinvestie spécifiquement pour intervenir sur les difficultés comportementales et psychologiques des élèves, répondant ainsi aux situations que les professeurs des écoles ne pourraient pas gérer dans le cadre des dispositifs ci-dessus.
  • Un plan national de formation des enseignants au traitement de la difficultés scolaire est prévu pour les professeurs des écoles qui éprouveraient une difficultés ou un besoin à s’occuper de cette difficulté. 40000 enseignants seront concernés sur 5 ans par ce plan de formation. Cette qualification supplémentaire sera reconnue financièrement et en termes de carrière. Cet effort considérable vise à doter chaque école ou groupe d’écoles d’un maître-ressource dans ce domaine.

La sédentarisation de 3000 maîtres spécialisés des réseaux d’aide et de soutien des élèves en difficulté (RASED), la mise en place du dispositif d’aide personnalisée, tout comme le meilleur emploi des maîtres spécialisés travaillant en réseau et la formation, constituent désormais l’ensemble des réponses au traitement de la difficulté scolaire dans toutes les classes.

A la rentrée 2009, un ou plusieurs maîtres spécialisés itinérants seront affectés par l’inspecteur d’académie pour exercer à temps plein dans une école en tant que titulaires d’une classe. Cette nouvelle implantation se fera, dans toute la mesure du possible, au sein de l’aire géographique d’intervention du RASED.

Les RASED des zones rurales éloignées, compte tenu de leur spécificité, ne seront qu’exceptionnellement concernés par cette mesure. En effet, des modalités d’intervention itinérantes peuvent se justifier sur des territoires dotés de petites structures scolaires disséminées.

Ainsi, les enseignants concernés par cette mesure pourront exercer, s’ils le souhaitent, dans une école du secteur qu’ils connaissent déjà. Sinon, ils pourront participer au mouvement départemental des professeurs des écoles. Dans ce nouveau cadre, la qualification du maître spécialisé, nommé sur un poste de ce type dans une école, continue à être reconnue, notamment à travers son régime indemnitaire propre.

Les postes particuliers d’exercice des maîtres E ou G (CMPP, maîtres-référents ASH, projets départementaux) ne sont pas concernés par la réimplantation. En outre, le rôle et les fonctions des 3700 psychologues scolaires restent inchangés.

Enfin, j’ai demandé à votre inspecteur d’académie de vous présenter, au plus tard à la fin du mois de janvier, le schéma de réimplantation des maîtres spécialisés de votre département.

Réponse du ministre, Xavier Darcos, au député Didier Quentin logo "ouvrir dans 1 nouvelle fenêtre"