avr. 17
27
16:56

Les Cm1b ont écouté la symphonie numéro 41 de Mozart, dite Jupiter, interprétée par l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Scott Yoo.

Ce concert a été enregistré et filmé pour France Télévisions et sera diffusé ultérieurement sur France 5, puis France 2 et sur la RTBF en Belgique dans le cadre de l’émission « Les clés de l’orchestre » de Jean-François Zygel.

Les avis des élèves ont été très divers : certains ont aimé la musique et les explications, d’autres ont trouvé cela difficile et trop long. Voici quelques avis :

« Je n’ai pas beaucoup aimé le présentateur Jean-François Zygel mais j’ai aimé les musiciens, surtout le chef d’orchestre qui courait pour jouer du violon [à la demande de J.F. Zygel, pour expliquer des thèmes en l’accompagnant au piano] … » Letizia

« …On a mieux compris ce que chaque instrument joue car Monsieur Zygel faisait jouer des passages aux instruments séparément… » Angèle

« Moi, j’ai bien aimé car la musique changeait tout le temps, comme un être humain quand il grandit, change d’émotion etc… D’habitude, je n’aime pas trop la musique classique mais là ça m’a plu, peut-être grâce à J.F. Zygel et à sa façon d’expliquer la musique ! » Abigaël

« J’ai bien aimé la musique de Mozart et quand Jean-François Zygel utilisait des mots comme Alléluia pour expliquer la musique ou quand il disait que les instruments riaient ! … » Stella

« Je trouve que Jean-François Zygel explique très bien en donnant des noms à chaque thème selon les rythmes… » Sacha

« …Je me suis un peu perdu dans tout ce que disait Jean-François Zygel, je n’ai pas vraiment aimé » Andreas

Enseignante Madame Blaye

avr. 17
27
16:55

Les Cm1b ont écouté la symphonie numéro 41 de Mozart, dite Jupiter, interprétée par l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Scott Yoo.

Ce concert a été enregistré et filmé pour France Télévisions et sera diffusé ultérieurement sur France 5, puis France 2 et sur la RTBF en Belgique dans le cadre de l’émission « Les clés de l’orchestre » de Jean-François Zygel.

Les avis des élèves ont été très divers : certains ont aimé la musique et les explications, d’autres ont trouvé cela difficile et trop long. Lire la suite ....

Enseignante Madame Blaye

mars 17
25
16:02

De leur séjour dans les Pyrénées, les CM2A ont ramené dans leurs bagages une bien belle chanson "le refuge" qu'ils ont interprétée avec M. Bernard en cours de musique :

mars 17
24
06:49

Depuis lundi, les Cm1 A se sont installés (temporairement) à Rennes-le-Château.

Après une séance d'escalade sur un rocher (à l'extérieur) mardi, les élèves ont marché jusqu'au château de Montségur (à 1207 mètres d'altitude) mercredi.

Ils ont pu aussi découvrir la faune et la flore du lieu. Et ne vont pas tarder à découvrir la belle cité de Carcassonne...

site ecole

janv. 17
18
15:53

Panorama J9

Le ski

Jour 3 (23)

 

Jour 3 (21)

Jour 3 (22)

 

 

Chaque fois, après le déjeuner, on doit se préparer pour le ski. Le tout premier jour où l'on a skié, on a créé les groupes en fonction du niveau de chaque élève. Il y a quatre groupes : les débutants, les intermédiaires, les confirmés et les experts. Pour ceux qui n'étaient jamais aller skier c'était un vrai spectacle : ils découvraient la neige.

Pour louer le matériel, on s'est rendu chez le loueur, il a fallu prendre la pointure du pied des élèves. Au début, c'était un peu compliqué pour ceux qui n'avaient jamais skié et pour ceux qui n'avaient pas skié depuis longtemps, mais au final tout le monde a eu son matériel.

Autrefois, la station de ski s'appelait les Agudes et il y avait une autre partie s'appelant Peyresourde. Puis, elles se sont réunies et ont donné le nom de «Peyragudes».

Tous les enfants dans les groupes, sauf le groupe des débutants, ont eu des bâtons. On est tous équipés d'un masque et d'un casque.

C'est Génial !!!!

Mandela

 

Les groupes :

Au ski, tout le monde n’est pas forcément au même niveau. Alors, on a créé des groupes .

La pratique du ski :

La météo :

Sur les pistes, il ne faut pas qu’il y ait du brouillard, sinon, on ne peut pas bien voir les bords de la pistes, alors, il faut bien se concentrer.

Les pistes :

Pour différents niveaux, il y a différentes pistes : piste verte, bleue, rouge, noire et même des hors pistes pour les plus confirmés.

La technique :

Quand on est débutant, on commence à faire le chasse neige (skis serrés à l'avant et écartés à l'arrière) puis quand on est à l’aise, on commence à faire des dérapages, et on ne fait plus le chasse-neige puisque on fait du ski parallèle.

Le matériel :

Pour certains ça peut toujours être stressant de s’équiper : combinaison, chaussures, casque, masque, bâtons pour certains et, les skis.

Le lieu : on skie dans une station qui s’appelle Peyragudes. Là-bas, il y a des pistes, des téléskis (le fameux tire-fesses) et des télésièges.

Ninon S.

 

Le matériel de ski

 

Quand on veut faire du ski, il faut être équipé de matériel.

Matériel : des chaussures de ski

des skis,

des bâtons,

un casque

un masque de ski ou des lunettes de soleil.

Par contre, les bâtons sont autorisés à partir de la première étoile.

 

Comment mettre ses skis ?

D’abord, on doit mettre ses chaussures et bien les serrer. Après, on prend ses skis et il faut mettre la pointe de la chaussure dans la fixation avant du ski puis, on appuie son talon sur la fixation arrière, on entend « Clac » et c'est bon. Quant on porte ses skis, il faut toujours mettre le côté arrondi vers l'avant.

Salma B-H.

 

 

 

La visite du village de Gouaux de Larboust

Gouaux (1)

 

En patois Pyrénéen, le nom du village signifie : L'eau qui coule entre les arbustes. Il y a 47 habitants à Gouaux de Larboust, mais une vingtaine seulement y vit toute l'année.

La particularité des anciennes maisons pyrénéennes réside tout d'abord dans les matériaux utilisés pour leur construction. Comme il n'y avait pas encore de voiture, ils ne pouvaient pas aller loin pour chercher de quoi les construire donc ils devaient ramasser des pierres dans la forêt. Elles avaient également des petites fenêtres comme il n'y avait pas de chauffage et grâce à ça, le froid ne rentrait pas. Il y avait des escaliers très larges pour laisser passer tout le troupeau de bêtes.

Nous avons visité l'église de Gouaux de Larboust, elle est de style Roman, avec des fenêtres arrondies à leur sommet. Elle fut détruite par une avalanche, la nuit du 22 décembre 1960 et heureusement ne fit aucun blessé, car tout le monde dormait chez lui. Elle fut reconstruite quelques temps après, en 1962.

Gouaux

On utilisait une pompe à bras pour éteindre les incendies. Maintenant, une caserne est située dans un village entre Gouaux de Larboust et Bagnères-de-Luchon.

Aujourd'hui, on trouve essentiellement des métiers du tourisme.

A Gouaux de Larboust, l'école a fermé à cause du manque d'enfant. Pour aller à l'école, ils doivent aller à Casaux de Larboust.

Noémie

 

 

 

La centrale EDF

 

La centrale EDF de Luchon sert à alimenter la ville de Luchon et d'autre villes, en électricité.

L'électricité d'EDF ( Electricité De France ) est fabriquée à partir de l'eau qui coule dans des tuyaux. Ces derniers emmènent l'eau du lac d'Ôo jusqu'à la centrale de Luchon. Puis, à la centrale, l'eau passe dans turbine en forme d'hélice qui tourne très rapidement. La turbine entraîne un alternateur, qui produit de l'électricité. Quand l'alternateur tourne, l'électricité est emmenée jusqu'au transformateur, qui, d'où son nom, transforme l'électricité en courant pour la conduire jusqu'aux maisons.

Jour 5 (12)

Malheureusement, la production par les centrales hydro-électriques ne représente que 8% de la production électrique française, la plupart étant produite par des centrales nucléaires.

Asphodèle

 

 

Le centre

 

 

 

Le centre est bien composé, de très nombreuses salles servent pendant le séjour (chambres, restaurant, salle de jeux, salle de fête, salle de classe, salle pour se chausser et se déchausser ).

 

Dans le centre, il y a un restaurant où l'on mange des légumes, des fruits, de la viande, du fromage et des desserts variés, le personnel nous sert à table. Quant au petit-déjeuner, il se déroule en self, où l'on peut manger des céréales, du thé, du chocolat chaud, du pain, des biscottes et du jus d'orange ou de l'eau.

 

La salle de jeux est aussi la salle où l'on fait les veillées, est une salle où il y a une table de ping-pong, un baby-foot et plein d'autres jeux.

 

Les chambres sont composées de 4 à 7 lits, pour 3, 4, 5, 6 ou 7 personnes, avec deux tables de nuit, un bureau (sauf dans la chambre de 7 lits) ainsi qu'une salle de bain où il y a une douche, des toilettes et un lavabo.

 

Dans la salle pour se chausser et se déchausser, c'est simple : tu as tes chaussons aux pieds, tu prends tes chaussures de ski ou tes après-ski, tu enlèves des chaussons, tu mets les chaussures dont tu as besoin puis tu poses tes chaussons.

 

Mais, il y a eu une boum !

 

Pour la Boom, on a deux choix : soit tu danses en pyjama, soit tu danses bien habillé. Ensuite, on met de la musique choisie par les élèves et tout le monde s'amuse !!!

 

Marin

 

 

 

Le centre est agréable et très grand. On peut s'y perdre. Il y a plein de pièces. Le réveil est à huit heures sauf le dimanche où l'on peut dormir jusqu'à neuf heures et demie. Le petit-déjeuner est un self. Les chambres ont de quatre à sept lits.

 

Arthur

 

 

 

Le personnel

 

 

 

Comme personnes qui s'occupent de nous la journée, il y a : Fabien, Isabelle, Nassim, Marco, Antoine, Sandra, Marion, la maîtresse de l'autre classe Madame Gruwé et M. Noury.

 

Comme animateur nature, il y a : Marco et Antoine.

 

MAIS ATTENTION !

 

A la cantine, les cuisiniers sont des personnes handicapées.

 

Moussa

 

 

 

 

 

janv. 17
18
15:52

Panorama J9

 

Chaque fois, après le déjeuner, on doit se préparer pour le ski. Le tout premier jour où l'on a skié, on a créé les groupes en fonction du niveau de chaque élève. Il y a quatre groupes : les débutants, les intermédiaires, les confirmés et les experts. Pour ceux qui n'étaient jamais aller skier c'était un vrai spectacle : ils découvraient la neige.

Pour louer le matériel, on s'est rendu chez le loueur, il a fallu prendre la pointure du pied des élèves. Au début, c'était un peu compliqué pour ceux qui n'avaient jamais skié et pour ceux qui n'avaient pas skié depuis longtemps, mais au final tout le monde a eu son matériel.

Autrefois, la station de ski s'appelait les Agudes et il y avait une autre partie s'appelant Peyresourde. Puis, elles se sont réunies et ont donné le nom de «Peyragudes».

Tous les enfants dans les groupes, sauf le groupe des débutants, ont eu des bâtons. On est tous équipés d'un masque et d'un casque.

C'est Génial !!!!

Mandela

Lire la suite des reportages : ski,  le matériel de ski, la visite du village de Gouaux et Larboust, la centrale EDF, le centre, le personnel

janv. 17
16
19:35

Jour 2 (19)

 Le personnel du centre

Au chalet les Mélèzes, le personnel est le plus souvent des handicapés. On trouve un peu de tout : des sourds, des malvoyants, des muets et quelques amputés de membres en cuisine. Je pense que c’est intéressant de voir que même si on peut avoir des problèmes au corps, on peut quand même se débrouiller et être adroit et habile et pouvoir faire la cuisine, se faire serveur et essayer de se faire comprendre malgré les difficultés de prononciations. Ça m’a fait bizarre quand je les ai vus faire la cuisine comme une personne sans handicap. Avant, je ne savais pas que les handicapés étaient capables de faire ça, je trouve aussi que c’est gentil de la part de la directrice de les accueillir alors que les autres restaurants prennent rarement des handicapés pour du travail manuel. Surtout qu’à la montagne, c'est encore plus difficile pour eux parce-qu’il y moins de travail donc, c’est beaucoup plus dur de gagner de l’argent.

Madelon D.

 

Les veillées

 

La veillée est un moment agréable, qui détend où l’on se retrouve tous ensemble pour s'amuser. Il y a des veillées mieux que d’autres, mais on ne s’ennuie jamais. Certaines veillées sont spéciales, comme la veillée de l’ours qui consiste à faire un débat sur la réintroduction des ours. La boum a été un des moment les plus joyeux. Les deux classes ont dansé et se sont amusées. Elles ont partagé ce moment avec beaucoup d’amitié.

 Camille D-B.

  Jour 4

 

Les veillées se déroulent dans la salle de jeux, une grande salle au troisième et dernier étage, ou bien dans les chambres.

La première veillée était un twister géant.

 Le jeu était simple : il y a deux groupes. Dans chaque groupe, il y a un ou deux chefs de groupe. Ces derniers prennent des étiquettes des membres du corps comme coude, genou, tête, dos, hanche, main, doigts … etc... Alors, ils courent vers les personnes de leur équipe et mettent l'étiquette, par exemple coude, entre deux coudes. Le but du jeu est de ne pas faire tomber d'étiquettes.

 La 2ème veillée s'appelait le dé magique : un animateur donne un nombre entre 1 et 6. Une corbeille avec un dé passe entre les enfants. Chacun le lance et s'il fait le nombre magique (celui annoncé par l'animateur), il va au centre de la ronde, se déguise et essaie de manger un maximum de bonbons sans mettre la cuillère dans la bouche.

 La troisième veillée s'est déroulée en demi-groupe : l'un fait un débat sur la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, l'autre fait une bataille navale humaine.

 La quatrième veillée est une initiation à la danse.

 Et... la cinquième... Une... BOOM !!!!!!!

  Emilie A.

 

Lecture d'un paysage

Pour la lecture de paysage, la classe de M. Noury est montée tout en haut d’une montagne. Elle est passée par le chemin des biquettes. Elle a vu des traces de renard, et a appris que pour différencier une patte de renard d'une patte de chien, il faut faire une croix entre les coussinets. Si en faisant la croix, les coussinets ne sont pas touchés c’est une patte de renard. Arrivés en haut, la classe a observé le paysage, dessiné ce qu’elle a vu.

Elle a appris qu’il vaut mieux dessiner les traits importants plutôt que les détails. Il faut faire un dessin global et en même temps schématique.

Lecture de paysage (1)

Lecture de paysage (2)

 

 

 

janv. 17
16
19:32

Lecture d'un paysage

Pour la lecture de paysage, la classe de M. Noury est montée tout en haut d’une montagne. Elle est passée par le chemin des biquettes. Elle a vu des traces de renard, et a appris que pour différencier une patte de renard d'une patte de chien, il faut faire une croix entre les coussinets. Si en faisant la croix, les coussinets ne sont pas touchés c’est une patte de renard. Arrivés en haut, la classe a observé le paysage, dessiné ce qu’elle a vu.

Elle a appris qu’il vaut mieux dessiner les traits importants plutôt que les détails. Il faut faire un dessin global et en même temps schématique.

Lecture de paysage (1)  Lecture de paysage (2)

Découvrir d'autres reportages : le personnel du centre, les veillées

janv. 17
12
20:17

Les élèves de CE1 A et B ont découvert l'opéra le vendredi 6 janvier grâce au spectacle "Kamchatka", présenté au théâtre Dunois.

IMG 4634

 

Musique : Daniel D'Adamo,
Livret
 :
Marcelo Figueras,

Ensemble : ALMAVIVA

Direction musicale : Ezequiel Spucches,

Mise en scène : Marc Baylet-Delperier.

 

Lire la suite ...

déc. 16
18
12:27

Concert à la Maison de la Radio

20161125 100251

 

Nous sommes allés voir les spectacles Pierre et le loup de Sergueï Prokofiev et Le retour du loup d'Alexandros Markéas joués par l'Orchestre National de France à la Maison de la radio.

Les personnages principaux sont : Pierre, un petit garçon qui vit avec son grand père et un loup qui veut manger tout le monde.

L'histoire commence par la rencontre de Pierre avec un canard et un oiseau, tout près de la forêt, à côté d'une mare.

C'est une histoire passionnante qui raconte que le loup peut devenir gentil.

J'aime beaucoup la musique du spectacle et j'ai passé une très bonne matinée à Radio France. J'aimerais y retourner.

Lucy (CM1b)