Les représentations de la grande difficulté scolaire par les enseignants du premier et du second degré
Résumé

Une étude de la DEP réalisée en 2007

Chapeau

Une étude de la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance), publiée en 2007.

Contenu

 

Les enseignants du premier et du second degré ont des représentations semblables de la grande difficulté scolaire dont ils attribuent principalement l'origine à l'environnement de l'élève.
Ils la distinguent par sa durée et s'accordent sur la précocité de son risque.
C’est donc par :
  • le retard accumulé 
  • le manque de bases solides
  •  mais aussi par les difficultés de compréhension qu’ils repèrent le plus souvent les élèves en détresse, à propos desquels ils pensent qu’en dehors d’une prise en charge scolaire, le plus grand besoin est de retrouver l’estime de soi.
Pour les faire progresser, ils pensent qu’il est prioritaire de leur faire acquérir des méthodes de travail.
Leurs avis se rejoignent sur la nécessité d’un traitement avant même l’entrée au collège et, notamment, à l’étape de la grande section de maternelle.
S’ils jugent le redoublement inefficace, ils plébiscitent le soutien individualisé et l’aide au travail personnel.
Ils sont demandeurs d’outils, d’aides et de formations concrètes pour être en mesure d’élaborer eux-mêmes des réponses adaptées à des besoins perçus comme multiples et qui peuvent les amener à modifier, au quotidien, leurs pratiques ainsi que leur relation à l’élève.