Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Navigation X  
Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements  
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14
Cour d'école : jeux dangereux
Résumé

Présentation, description, notes et circulaires

Chapeau
Contenu

Des « jeux » dangereux peuvent aboutir à des atteintes graves à la santé, voire à des décès.
Ces « jeux », baptisés de divers noms, présentent les caractéristiques suivantes.

Les jeux par asphyxie

Jeux dangereux, signalés depuis plusieurs années, ils consistent à freiner l’irrigation sanguine du cerveau, s’initient généralement en groupe et se pratiquent parfois seul ce qui peut conduire malheureusement, dans ce cas, à l’asphyxie. Ces jeux - le plus connu étant le « jeu du foulard » - existent sous d’autres appellations telles que : le rêve bleu, le rêve indien, jeu du cosmos, jeu de la tomate, jeu de la grenouille…

Les jeux violents

On distingue les jeux contraints des jeux intentionnels.

  • Les jeux contraints  : l’enfant victime ne participe pas de son plein gré à ce jeu, il est le bouc émissaire. On retrouve une victime et un agresseur. Les noms connus sont les suivants : jeu des cartons rouges, de la ronde, de la mort subite, de la machine à laver, happy Slapping…
  • Les jeux intentionnels : dans ce cas, tous les participants sont a priori d’accord pour y participer. Les rôles peuvent alors s’inverser : les agresseurs devenir victimes et vice et versa. Les noms les plus connus sont : jeu du cercle infernal, jeu de la cannette, petit pont massacreur...

Il existe d’autres « jeux dangereux » sans violence physique : jeu de l’aérosol, des solvants, de l’insomnie, de l’autoroute…

Le site de l’association SOS Benjamin est entièrement consacré à ces jeux dangereux (encore d’autres noms : jeu du taureau, jeu de la pièce, jeu de Beyrouth...) qui se sont multipliés dans les cours de récréation et ont déjà fait plusieurs morts. L’association SOS Benjamin Ouvre vers une nouvelle fenêtre, du nom d’une petite victime, a ouvert un Observatoire national d’étude des comportements à risques (ONECR) et un centre de prévention. Elle ambitionne de former et d’aider les enseignants, particulièrement à l’école primaire, à déceler et prévenir ces nouveaux dangers.