THEATRE: présentation du cycle terminal (option facultative toutes séries et enseignement de spécialité

IMG 1569

 I- Option facultative 1ère/terminale, toutes séries

« La mise en œuvre de l’enseignement du théâtre est assurée par une équipe partenariale composée d’un enseignant aux compétences reconnues en théâtre et d’un artiste professionnel engagé dans un travail de création et soucieux de la transmission de son art. » (Instructions officielles).

 La pratique

De trois heures hebdomadaires, le mercredi après-midi, l’enseignement facultatif se caractérise par une pédagogie à dominante pratique et collective.

La créativité de l’élève est favorisée. Une œuvre est abordée durant l’année, dont on montrera extraits ou totalité en fin d’année, devant un public choisi.

L’école du spectateur

10 spectacles environ seront vus par les élèves de l’option, en soirée, qui donneront lieu à des travaux divers, écrits ou oraux, afin de leur permettre de découvrir différentes écritures dramatiques, différents dispositifs, différentes esthétiques. Ces écrits auront pour but de construire un avis argumenté, mais viseront aussi à développer imagination et sensibilité.

Cette école du spectateur demande une participation financière des familles (les places de théâtre réservées aux scolaires coûtent entre 8 et 12 euros, soit une dépense prévisible d’environ cent euros en début d’année, soutenue sur dossier par le fonds social lycéen).

Attention : les lycéens se rendent et repartent du théâtre par leurs propres moyens, le trajet leur étant bien sûr indiqué. Lorsque les théâtres se situent en banlieue, des navettes raccompagnent le plus souvent les spectateurs jusqu’aux transports en commun.

La composante culturelle

La fréquentation des spectacles, et la constitution d’un dossier de cinq à quinze pages en terminale, en lien avec le travail fait, les points théoriques abordés par le biais de la pratique, ou par les spectacles vus.

2.3. Les épreuves du baccalauréat

Il s’agit d’une épreuve orale de 30 minutes d’interrogation et de 30 minutes de préparation à coefficient 2 :

- Travail théâtral de plateau.

- Entretien qui prend appui sur le dossier de l’élève ainsi que sur une fiche pédagogique rédigée par le professeur.

Les élèves peuvent s’inscrire en même temps à l’enseignement de spécialité L et à l’option facultative.

 

 

II- Enseignement de spécialité en L

 

 A raison de 5 heures de théâtre hebdomadaires, l’enseignement de cette option se compose de 3 heures de pratique, 2 heures de théorie, et prépare à deux épreuves au baccalauréat : écrite (coef. 3) et pratique (coef. 3).

 

« Il associe trois composantes essentielles : la pratique théâtrale, l’école du spectateur et l’approche culturelle. »

 

 La pratique théâtrale

 

« La mise en œuvre de l’enseignement du théâtre est assurée par une équipe partenariale composée d’un enseignant aux compétences reconnues en théâtre et d’un artiste professionnel engagé dans un travail de création et soucieux de la transmission de son art. » (Instructions officielles).

 

En première, deux à trois chantiers, sur des textes de référence ou sur une création, sont mis en œuvre.

 

En terminale, il existe un programme limitatif de trois œuvres, revues régulièrement, sur lesquelles se basent la pratique artistique et la théorie.

 

L’école du spectateur

 

Les élèves de l’option verront d’une dizaine à une vingtaine de spectacles - en soirée - qui donneront lieu à divers travaux, écrits ou oraux, permettant de découvrir différentes écritures dramatiques, différents dispositifs, différentes esthétiques. Ces écrits auront pour but de construire un avis argumenté, mais viseront aussi à développer imagination et sensibilité.

 

Cette école du spectateur demande une participation financière des familles (les places de théâtre réservées aux scolaires coûtent entre 8 et 12 euros, soit une dépense prévisible d’environ cent euros en début d’année, soutenue sur dossier par le fonds social lycéen).

 

Attention : les lycéens se rendent et repartent du théâtre par leurs propres moyens, le trajet leur étant bien sûr indiqué. Lorsque les théâtres se situent en banlieue, des navettes raccompagnent le plus souvent les spectateurs jusqu’aux transports en commun.

 

L’approche culturelle (esthétique, historique et critique)

 

Cette approche se fait en lien avec les textes abordés en pratique et les spectacles vus. Elle vise a donné des repères solides, à ouvrir sur une réflexion théorique et imaginative, ainsi qu’à préparer les épreuves du baccalauréat.

 

Les épreuves du baccalauréat

 

Une épreuve orale, à coefficient 3, reposant sur la pratique artistique et le journal de bord élaboré tout au long de l’année par chaque élève.

 

Une épreuve écrite de 3h30, à coefficient 3, proposant deux types de sujets :

 

- la réflexion dramaturgique à partir de documents (iconographiques ou autres), sur une partie d’une œuvre au programme (scénographie, rapport entre deux personnages, représentation d’un acte ou d’un personnage, etc.).

 

- ou bien la comparaison argumentée de photos de mises en scène différentes d’un moment d’une œuvre du programme limitatif, et le développement du parti-pris éclairé et personnel en faveur d’une des mises en scène.

 

Après le Bac, un parcours d’excellence en hypokhâgne au lycée Victor Hugo, avec option théâtre.

 

Le recrutement se fait sur dossier.

 

Mais ce parcours est aussi un plus pour les élèves se destinant à des métiers où la prise de parole est importante, la culture générale un gage d’ouverture.