Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14

Peut-on encore enseigner la morale en France ? (2009)

Une contribution de Caroline Pino-Richard : lors de la 8e Biennale de l’Education et de la Formation en avril 2006, à Lyon, sur le thème Expérience(s), savoir(s), sujet(s).

Peut-on encore enseigner la morale en France ?

Réflexions à partir de l’exemple de de la Belgique

Résumé par l’auteur

La montée de la violence, la multiplication des actes xénophobes, le racisme, les incivilités courantes, sont autant d’évènements qui font penser à certains que les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus de valeurs et de principes communs et que cela est sans doute dû à un manque dans le système d’enseignement.

La question restante étant d’identifier ce manque

Là où certains l’attribuent à un décrochage des jeunes devant une école qui ne leur correspond plus, d’autres mettent en avant un oubli de la citoyenneté par l’institution scolaire, et prônent dans ce sens un retour dans les classes de l’instruction civique et de la morale.

Parler aujourd’hui d’enseignement de la morale à l’école en France relève du défi tant cet enseignement est bordé d’idées préconçues et de préjugés négatifs

Son retour en classe signifierait pour beaucoup un retour en arrière inconcevable, une « rétrogradation » irrationnelle qui condamnerait à la fois les enfants et le système dans son ensemble. Non, un retour aux leçons de morale n’est pas concevable. Pourtant, tous s’accordent sur la nécessité de mettre en place un enseignement, une activité, qui redonnerait aux jeunes les notions de respect mutuel et de citoyenneté qu’ils semblent avoir perdues. Un exemple parmi nos collègues européens pourrait être une solution : la Belgique a su instaurer un enseignement de la morale depuis les plus petites classes jusqu’au baccalauréat.

Mais il ne s’agit pas de morale telle que nous la concevions chez nous. Il s’agit davantage de réflexions sur la vie citoyenne et la vie en général.

Nous nous proposons d’étudier ce qui différencie l’enseignement de la morale de nos deux pays et de voir si, en suivant l’exemple belge, nous ne pouvons pas trouver une solution à nos problèmes.

Ce travail se situant essentiellement en histoire des idées pédagogiques, nous avons travaillé et travaillons encore sur l’analyse de documents d’archive, sur des histoires de vie, ainsi que sur la documentation que le Ministère de Morale belge a eu la gentillesse de nous faire parvenir.

Le but de notre recherche étant de voir si devant toutes les incivilités et les maux sociaux dont sont accusés les jeunes français à l’heure actuelle, il serait possible d’inscrire, dans l’enseignement, une nouvelle forme d’apprentissage de la citoyenneté.