Circonscription 18B - Goutte d'Or (archives)

Circonscription École Classe Académie Ministère
Téléchargements
Magali Venot mis à jour le 01/09/17
L’étude de la DEPP   18/03/14
Laurence Cyrulik mis à jour le 18/03/14

Apprentissage de la lecture et logiciels (juillet 2009)

Didacticiels et apprentissage de la lecture

Bruno Germain, chargé de mission à l’ONL (Observatoire national de la lecture), montre que les didacticiels représentent un potentiel dont on n’a pas encore suffisamment exploré les qualités, notamment pour l’accompagnement de l’apprentissage de la lecture.

Outre une analyse des logiciels, il propose des recommandations pour leur usage en classe :

  • Mettre les élèves dans une situation d’installation physique satisfaisante et sereine (cela concerne tout autant la posture physique que la qualité de l’environnement, le calme, le nombre d’élèves par poste, etc.).
  • L’utilisation de l’outil informatique pour accompagner l’apprentissage de la lecture nécessite un premier apprentissage de l’outil informatique lui-même. Il s’agit d’éviter que la tâche d’apprentissage de lecture soit interrompue ou compromise par une impossibilité d’exploitation de l’outil. L’enseignant doit lui-même connaître parfaitement le logiciel qu’il propose aux élèves.
  • Les logiciels d’entraînement disponibles ne concernent qu’une partie des processus mis en jeu dans la lecture. Aucun logiciel n’a, actuellement, fait la preuve de son efficacité pour l’apprentissage ou le perfectionnement de la lecture. Néanmoins, rien ne prouve non plus qu’ils ne soient pas utiles.

C’est aux enseignants de juger de la pertinence de l’exploitation de ces outils, comme il en va des manuels papier.

Choix du logiciel par l'enseignant

Devant l’abondance de l’offre en logiciels exploitant ou développant la langue, il est souhaitable que les enseignants adoptent une attitude positive mais critique et raisonnée de ces outils.

Les didacticiels doivent être exploités en appui des apprentissages. Ils ne peuvent pas se substituer à d’autres formes pédagogiques qui font toute la richesse de l’échange maître élève en cours de leçon.

  • Ils ne doivent pas venir en surcharge des autres formes d’enseignement. Ils peuvent s’inscrire dans le cours de l’apprentissage, en fonction des besoins des élèves.
  • Il est important que les enseignants aient clairement perçu les soubassements théoriques développés par le logiciel de lecture, qu’ils en comprennent le modèle théorique et les compétences développées, afin de les intégrer naturellement dans leur action pédagogique.
  • Comme pour tout document, le professeur pourra choisir d’exploiter tel ou tel exercice, telle activité, dans telle ou telle circonstance d’accompagnement de l’apprentissage.

 Utiliser l'informatique comme aide et non comme outil de remédiation.

Si l’usage de l’informatique pour apprendre bénéficie d’un a priori positif de la part des élèves, certaines études montrent que ce sont les meilleurs élèves qui tirent le meilleur parti des activités numériques. Il faut donc accompagner avec plus de vigilance les élèves présentant le plus de difficultés.

L’informatique continue d’évoluer rapidement, il serait bon que les enseignants soient tenus informés des évolutions des techniques et des logiciels disponibles.

Les logiciels de lecture hésitent entre aide à l’apprentissage et accompagnement de la remédiation. Néanmoins, la plupart sont très difficiles à exploiter de manière autonome et efficace par des enfants jeunes. Il est donc souhaitable que les logiciels soient utilisés en séquence pédagogique, avec un encadrement personnalisé de l’enseignant. Pour l’usage en classe, à l’école, le logiciel participe à l’apprentissage, avec des objectifs précis, des programmations et des progressions, et des évaluations des résultats.

Extrait des Dossiers de l’ingénierie éducative, décembre 2008