Liaison cycles 1 - 2 - 3 : le même album, utilisé de la maternelle au lycée...

Cette expérience originale - un album lu par des élèves de la maternelle au lycée - a reposé sur l’album L’Agneau qui ne voulait pas être un mouton, de Didier Jean et Zad, paru en 2004 chez Syros Jeunesse en collaboration avec Amnesty international.

Voici un exemple de pratique pédagogique permettant de mettre en place une liaison entre les  cycles 1 - 2 - 3 (cycle 3 incluant CM2 - sixième)

Extraits du document joint en annexe :

« Cet album, dans lequel un troupeau de moutons décimé par un loup s’organise pour se débarrasser de l’agresseur, est d’abord très riche sur les plans de l’image, du texte et de leurs relations. Ces qualités littéraires et artistiques, compte tenu des particularités des premiers moutons dévorés et de la présence de la citation finale d’un texte célèbre souvent attribué au pasteur Niemöller : "Quand ils sont venus chercher les juifs je n’ai rien dit… ", ouvrent par ailleurs sur une grande diversité d’interprétations, et l’album peut être lu comme un plaidoyer pour l’action collective ou être compris comme la métaphore de la résistance au nazisme, voire comme une figuration de la tragédie ou de la dualité humaine. »

Les différents niveaux s'organisent ainsi : 

  •  en maternelle et au CP : l’image, source de la construction du sens
  • au CP et au CE : de la lecture partagée à la lecture guidée
  • en CM et en 6e : l’album comme dispositif, la lecture interactive
  • en 5e : vers une culture linguistique, littéraire… générale
  • une mise en réseau en 3e
  • en 3e et en seconde : de l’histoire à l’Histoire

« Avec ce choix d’un album "fil rouge" de la maternelle au lycée, nous prenons donc le pari que la lecture littéraire à l’école n’est pas d’abord une question d’outils : ils sont nécessaires, comme l’est le travail sur la langue. 

Mais ne nous trompons pas d’enjeu : ce qui est primordial, c’est le développement des compétences interprétatives de chacun, indissociables du plaisir de lire. Pour cela, il faut que le matériau soit résistant, qu’il offre des possibles d’interprétations. À cette condition, les petits mais aussi les grands, maitres spécialisés ou non, partageront plus de savoirs, plus de culture. Gageons que chacun y gagnera un "supplément d’âme" ». 

 

Fichier-pdfLire un même album de la maternelle à la seconde, de Jean-Pierre DROUAR, ESPE des Pays de la Loire, Blandine FRÉMONDIÈRE, collège Clément Janequin à Avrillé et Chantal RIOU, lycée Du Bellay à Angers, Le Français aujourd’hui, n° 149, 2005 (8 p.)