L'E.P.S. pour les Filières PRO. également...
Résumé

L'EPS et les filières PRO.

Chapeau
Contenu

Le projet d’EPS / BAC PROFESSIONNEL

 

I / Fonctions d’un projet

A quoi sert le projet pédagogique d’EPS ?

• Il présente aux jeunes élèves apprentis, à leurs parents ainsi qu’aux personnels de l’établissement ce qui se fait en EPS ; 
• Il identifie les ressources et les contraintes en présence (enseignants, élèves apprentis, locaux, horaires…) ; 
• Il établit des liens concrets entre une demande institutionnelle, le projet d’établissement et l’EPS dans l’établissement (adaptation locale de directives nationales) ; 
• Il fixe des orientations adaptées aux élèves apprentis en fonction de leur formation professionnelle ;
• Il apporte une cohérence d’enseignement pour l’ensemble des sections proposées dans le centre de formation ; 
• Il définit ce qu’il y a à apprendre en EPS pour ces apprentis, dans l'établissement précis en termes de compétences et de connaissances ; 
• Il détermine une programmation d’activités sur l’année et le cycle de formation (répartition des heures d’enseignement) ; 
• Il précise les modalités d’évaluation ;
• Il établit une base de données claire et lisible pour tous les enseignants arrivant dans l’établissement ;
• Il exprime une stratégie éducative du centre de formation, qui s’inscrit dans la durée (cycles, cursus).

II / Les enjeux spécifiques de l’EPS

Les enjeux, bien que spécifiques à l’alternance, s’inscrivent dans le cadre 
réglementaire défini par les textes :

 

  • Arrêtés du 20.07.01, BO HS n° 5 du 30.08.2001 et du 01.07.02 BO n° 6 du 29.08.2002 pour les orientations générales ;
  • Arrêté du 25.09.2002 BO n°39 du 24.10. 2002 pour les programmes des CAP, BEP et baccalauréats professionnels ;
  • Arrêté du 11.07.2005, BO n°42 du 17 novembre pour les examens de la voie professionnelle.

 

Ils définissent : 
• Une finalité 
"Former par la pratique des activités physiques un citoyen cultivé, lucide et autonome."

• Quatre objectifs 

  • "Accéder au patrimoine culturel" constitué par les activités physiques sportives et artistiques ;
  • "Rechercher l’efficacité" de l’action individuelle et collective durant les apprentissages ;
  • "Entretenir et développer la santé" physique et morale (bien-être, forme physique, estime de soi …) ;
  • "Se spécialiser" dans le domaine des activités physiques. Cet objectif ne semble pas concerner prioritairement les apprentis des CFA. 


• Cinq types de compétences relatifs à la culture :
"Compétences culturelles" à viser en s’appuyant sur la nature différente des activités physiques et sportives et artistiques :

  • CC1 : "Réaliser une performance mesurée à une échéance donnée" ;
  • CC2 : "Adapter ses déplacements à des environnements multiples, variés, nouveaux" ;
  • CC3 : "Réaliser des actions à visée artistique ou esthétique" ;
  • CC4 : "Conduire et maîtriser un affrontement individuel et ou collectif" ; 
  • CC5 : "Orienter et développer les effets de l’activité physique en vue de l’entretien de soi".

• Quatre types de compétences relatifs aux méthodes :
"compétences méthodologiques" à acquérir dans chaque activité (avec des 
choix éventuels de dominantes) :

  • CM1 : "S’engager avec lucidité" ;
  • CM2 : "Concevoir des projets d’acquisition ou d’entraînement" ;
  • CM3 : "Apprécier les effets de l’activité physique" ;
  • CM4 : "Se confronter aux règles de vie collectives". 

En s’inscrivant dans ces orientations générales, quatre priorités éducatives semblent se dégager pour les apprentis, jeunes adultes en formation :

• ENTRETENIR SA SANTE 
Comprendre les bénéfices d’une activité physique régulière tout au long de la vie. Les apprentis pris dans le rythme professionnel, ont souvent perdu l’habitude d’une pratique physique régulière. En outre, ces jeunes adultes en formation sont, plus que les élèves scolarisés, exposés aux risques liés au tabagisme, à l’alcool, à la toxicomanie. 

• VIVRE ENSEMBLE
Apprendre la vie en groupe dans le respect des règles communes. Leur vie professionnelle les confronte à l’obligation de travailler en équipe, d’avoir des contacts avec une clientèle, de dialoguer avec d’autres professionnels. L’enseignement de l’EPS leur offre un cadre unique de vie collective réglementée.

• SE FORMER 
Perception d’une motricité utilitaire, transversale, pour une plus grande efficacité professionnelle. Beaucoup d’activités physiques sportives et artistiques (APSA) trouvent un lien direct avec l’activité motrice professionnelle. 
L’acquisition de compétences liées à la pratique des APSA, augmente alors l’efficacité du geste professionnel quotidien (exemple de l’escalade pour des couvreurs, du renforcement musculaire pour des maçons…). Par ailleurs, certaines activités, de par leur nature, offrent à ses jeunes professionnels une source d’équilibre personnel. Par exemple, les activités de relaxation ou d’entretien favoriseront la récupération physique après l’effort professionnel (danse, aérobic, step, pour les jeunes filles dont on sait que la pratique sportive sera rarement poursuivie après leur scolarité) ; les activités de pleine nature offriront un cadre de pratique différent de leur lieu de travail parfois confiné. 

• S’AFFIRMER 
Favoriser la réussite immédiate, le plaisir de l’effort, les progrès, la connaissance de soi, l’estime de soi. Nombreux sont les apprentis qui sortent du système scolaire obligatoire avec un sentiment d’échec. Parfois perçue comme une "voie de garage", leur formation initiale est souvent subie plus qu’elle n’est réellement vécue. L’activité physique, de par le plaisir qu’elle peut procurer et la réussite immédiate qu’elle peut susciter, engage l’apprenti vers une prise de confiance et une image de soi positive.

 

III/ Etapes et contenus d’un projet, aide à la formalisation

Quatre étapes dans la construction du projet. Ce schéma montre une conception dynamique de la notion de projet:

1) Constat, état des lieux, diagnostic

Avant d’établir les orientations du projet, il est nécessaire d’identifier puis d’interpréter les ressources et les contraintes de l’établissement. Des données sur les items suivants permettent de mieux cerner les besoins et les orientations possibles, le choix des activités physiques et les contenus qui s’y rapportent.

L’établissement :

 

  • L’organigramme ;
  • L’environnement social et culturel de l’établissement (rural, urbain...);
  • Les formations proposées dans l’établissement ;
  • La répartition des élèves (apprentis) par formation ; 
  • Le type d’évaluation envisagé (CCF ou ponctuel) ;
  • Les installations sportives (quantité, qualité) ;
  • La « politique » de l’établissement (axes du projet d’établissement) ; 
  • La place réservée à l’enseignement de l’EPS (dans le projet d’établissement, dans la distribution horaire globale, les crédits d’enseignement, dans l’organisation des emplois du temps…).

 

Les élèves apprentis

Caractéristiques générales

 

  • Répartition des âges ;
  • Répartition des sexes ;
  • Origines sociales et culturelles ;
  • Corps de métier concerné.

 

 

 

Caractéristiques en EPS 

 

  • Motivations, attentes, représentations ;
  • Caractéristiques motrices (capacités physiques, qualités physiques) ;
  • Caractéristiques affectives face à l’activité physique (appréhensions, niveau d’engagement, confiance en soi …) ;
  • Caractéristiques sociales et relationnelles ; 
  • Caractéristiques cognitives (niveau de compréhension, de conceptualisation, d’expression …)

 

Les enseignants

→ Nombre ;
→ Niveau de formation, diplômes, parcours professionnel ;
→ Formation continue effectuée ;
→ Disponibilité, emploi du temps.

2) Orientations en EPS, objectifs, axes de travail

A partir des constats établis et des données institutionnelles (impératives et non négociables) rappelées précédemment, l’équipe des enseignants ou l'enseignement formateur se réunit pour définir des axes de formation cohérents avec le « public » concerné et les diverses contraintes. 

Ainsi, pour définir les axes prioritaires de l’établissement, l’équipe pédagogique : 
Repère les caractéristiques spécifiques ou problématiques de l’établissement ;
Enonce les transformations générales visées pour ces caractéristiques ;
Formule, par exemple, sous la forme de verbes d’action les quelques axes prioritaires retenus (les ambitions doivent être réalistes, ciblées et contextualisées; les axes ne sont pas un rappel « plaqué » et artificiel des objectifs de la discipline cités dans les programmes).

Le projet prend alors corps et sens, dans la rencontre entre des orientations nationales et une réalité locale. « Le projet est un système de régulations locales complémentaires des dispositifs nationaux » (A.Prost) 

3) Les moyens : programmes et programmation

Les orientations sont concrètement poursuivies par la mise en oeuvre d’un programme et d’une programmation d’activités physiques sportives et artistiques. 

• Les programmes (arrêtés du 20.07.01, du 01.07.02 et du 25.09.02) Ils définissent ce qui est attendu pour chaque niveau en termes de 

«compétences attendues ». L’hétérogénéité des formations dans l’enseignement professionnel engage à définir trois niveaux de compétences (deux seulement en lycée général et technologique). Le référentiel permet de programmer les acquisitions en fonction des diplômes préparés. 

La préparation au CAP : 
→ Enseignement des niveaux 1 et 2 ;
→ Niveau 1 exigible lors de la certification. 

La préparation au BEP : 
→ Enseignement des niveaux 1 et 2 ;
→ Niveau 1 exigible lors de la certification.

La préparation au Bac professionnel : 
→ Enseignement des niveaux 2 et 3 ;
→ Niveau 2 exigible lors de la certification. (Ce niveau 2 correspond au niveau 1 
des compétences de lycées généraux et technologiques).

Si ces compétences sont clairement définies par les programmes, les connaissances proposées aux élèves pour les atteindre, sont à définir par les formateurs. 

Elles sont au nombre de quatre :

  • Connaissances informations ;
  • Connaissances techniques et tactiques ; 
  • Connaissances de soi ;
  • Savoir-faire sociaux.

Les programmes de lycées généraux et technologiques proposent une illustration de ces connaissances pour chaque APSA de la liste nationale (B.O. n°5 du 30/08/01).


• La programmation des APSA : 

Elle indique quelles sont les activités physiques sportives et artistiques retenues, les volumes horaires d’enseignement qui leurs sont consacrés et leur répartition dans le temps. 
Rappelons que conformément aux termes de la circulaire n° 73-175 du 27.03.1973 : 
→ L'éducation physique et sportive est assurée pendant un horaire égal, au minimum, au 10e de l’horaire annuel global. 
→ La répartition des heures réservées à l'éducation physique et sportive s'effectue dans les conditions suivantes : 
       - La moitié du temps prévu, est imputée sur l'horaire de l'enseignement théorique. 
       - Le reste de l'horaire d'éducation physique et sportive est imputé sur l'horaire d'enseignement pratique. 

RAPPEL (arrêté du 11/07/2005) : Au baccalauréat professionnel les exigences correspondent à ce qu’il est possible d’attendre à l’issue d’un enseignement d’au moins trente heures pour la partie concernée du programme durant la scolarité lycéenne. Au CAP et au BEP, elles 
correspondent à ce qu’il est possible d’attendre à l’issue d’un enseignement d’au moins vingt heures pour la partie concernée du programme durant la scolarité lycéenne. 

Elle est à concevoir par l’équipe des formateurs qui tiendra compte : 
→ Des programmes de la discipline : volume horaire d’enseignement suffisamment long pour permettre de réels apprentissages, pratique obligatoire d’une APSA collective, construction par le jeune de compétences relevant des neuf types déjà présentés ;
→ des exigences institutionnelles de l’évaluation : présence de deux APSA minimum (3 en terminale baccalauréat professionnel) visant au moins deux compétences culturelles différentes ;
→ Des orientations choisies. La programmation est pilotée par les intentions éducatives et par les programmes et non par la certification ou les installations. 
→ De la nature des APSA en relation avec l’activité professionnelle des élèves apprentis.

Percevoir l’enseignement de l’APSA comme une aide à la pratique professionnelle qui donne du sens aux apprentissages (la musculation peut être porteuse de sens pour des futurs maçons, l'escalade pour les couvreurs). 
→ D’un équilibre nécessaire des compétences culturelles en vue d’une formation 
équilibrée. 
→ Dès que possible l’équipe pédagogique proposera des APSA d’entretien de soi (garçons et filles) et de pleine nature (cf. Textes officiels). 

• Les évaluations certificatives : 
→ l’évaluation à l’examen ponctuel terminal (Contrôle Ponctuel Terminal) 
Pour les formations qui ne sont pas habilitées à évaluer en contrôle en cours de formation, les apprentis sont évalués sous la forme d’un contrôle ponctuel terminal. Celui-ci est constitué d’un couple indissociable d’épreuves que le candidat choisit lors de son inscription à l’examen parmi une liste nationale unique. Sa note sur 20 résulte de la moyenne des notes obtenues dans les deux épreuves. La liste nationale des couples d’épreuves est identique pour les examens de la voie professionnelle et pour le baccalauréat général et 
technologique. Elle figure en annexe 1 bis de la note de service n° 2004-123 du 15 juillet 2004, BO n° 31 du 2 septembre 2004. 

→ l’évaluation en contrôle en cours de formation (C.C.F.) 
Le projet peut rappeler les modalités prévues dans l’arrêté et la note de service parus dans le bulletin officiel n°42 du 17 novembre 2005. 
Il présente en outre les tableaux synthétisant les éléments à évaluer et la répartition des points (60% de la note sont consacrés à la performance). Il précise l’organisation des évaluations (nombre d’évaluateurs, dates d’examen et de rattrapage, contrôle adapté..) ainsi que les épreuves retenues.

4) Bilan, analyse, « feed back »

Les objectifs et les contenus seront rediscutés et réévalués pour procéder à des 
réorientations éventuelles faisant ainsi du projet un outil fonctionnel, évolutif et 
actualisé de l’enseignement à partir : 
• Des bilans des résultats aux évaluations de fin de cycle, 
• Des rencontres entre les formateurs de la discipline (réunions pédagogiques), 
• Des conseils de classe, 
• Des résultats des évaluations certificatives.

5) Les annexes au projet

Le projet pédagogique pourra être complété de points complémentaires tels que : 
• Actions péri-éducatives (tournois, journées sportives, stages de pleine nature, ateliers d’animation, sorties scolaires…) 
• Formation continue des enseignants envisagée pendant l’année ;
• Interdisciplinarité (visite en entreprise par les enseignants d’EPS, PAE, PPCP…) 
• Règlement intérieur spécifique à l’EPS (tenue, hygiène, déplacements autonomes des élèves sur les installations extérieures…) 

IV / CONCLUSION

Au regard des caractéristiques spécifiques des apprentis en alternance, il convient de privilégier :

• Des objectifs et une programmation axés sur : 
→ la pratique d’activités préparatoires à leur profession, la recherche du plaisir immédiat, l’estime de soi ; 
→ la pratique d’activités compensatoires à leur profession en vue d’une éducation complète, la gestion de la santé pour maintenant et plus tard, la connaissance de pratiques visant l’équilibre personnel, les valeurs liées à la citoyenneté ;

• Une programmation adaptée au profil des apprentis, tenant compte des besoins (leur formation professionnelle déjà engagée) et des envies (leur motivation pour les activités de loisir) ;

• Un choix limité d’APSA pour engager les élèves apprentis vers des transformations réelles ;

• Un temps de pratique optimisé : limiter les temps de déplacement, d’installation de matériel etc.

• Des connaissances clairement identifiées par les enseignants et les élèves apprentis et fortement orientées vers la pratique ;

• Des situations d’apprentissage simples, ludiques, proches de la logique de l’activité, plaçant rapidement l’élève en réussite.

Modalités du contrôle en cours de formation

 

1) Textes de référence

Les modalités d’organisation du contrôle en cours de formation pour l’EPS aux examens du baccalauréat professionnel, du brevet des métiers d’art, du CAP du BEP sont régies par:

• L’arrêté du 11 juillet 2005 ;

• La note de service n° 2005-179 du 4 novembre 2005 ;

Tous deux parus au BO n° 42 du 1 novembre 2005.

2) Epreuves


A compter de la session 2006 : 
• Les candidats au baccalauréat professionnel sont évalués sur trois épreuves de nature différente notées sur 20 ; la note finale est obtenue par la moyenne de ces trois notes. Deux des épreuves au moins sont choisies sur une liste nationale. La troisième peut être issue d’une liste académique lorsqu’elle existe. 
• Pour les candidats au CAP et au BEP, la note finale résulte de la moyenne de deux épreuves de nature différente enseignées en terminale dont l’une, au maximum, peut être issue de la liste académique. Un protocole d’évaluation précisant les ensembles d’épreuves proposés aux élèves et le calendrier des contrôles est adressé à la commission académique d’harmonisation et adressé pour information au conseil d’administration. Il est porté à la connaissance des apprentis. Sur la base des propositions de notes de chaque établissement, la commission académique assure une régulation entre les établissements : elle vérifie les conditions dans lesquelles s’est déroulé le contrôle en cours de formation, harmonise les notes et les propose au jury de l’examen.

Mise en garde : la communication de la proposition de note certificative auprès des apprentis avant validation de la commission doit faire l’objet de précautions. Elle n’a pas valeur de note d’examen et est susceptible de modifications, notamment au niveau de la commission académique.

3) Elaboration de la note


Les textes officiels fournissent pour chaque activité, un cadre d’évaluation en identifiant les éléments à évaluer et leur valeur. L’ensemble de ces documents est disponible et téléchargeable sur le site de l’Académie de Paris : 
https://piacontrib.ac-paris.fr/portail/jcms/d_9761/disciplines-eps-portail 

Les formateurs s’appuient sur ces données pour construire leur fiche d’évaluation et proposer une note. 
Une fiche nominative récapitulative pour chaque candidat est envoyée en fin d’année à la commission académique d’harmonisation des notes d’examen qui étudie chaque dossier d’établissement et propose la note au jury de l’examen.

4) Modalités d’organisation au sein de l’établissement


Les dates des épreuves sont déterminées en début d’année et communiquées à l’administration du centre de formation, aux apprentis et aux familles. Les critères d’évaluation sont précisés aux candidats en début de cycle. 
Ces informations sont précisées dans le protocole d’évaluation adressé en début d’année par l’établissement à l’inspection pédagogique régionale EPSNET. 
L’évaluation en cours de formation se réalise à la fin de chaque cycle d’activité et ne doit pas mobiliser plus de deux heures, aux cours desquelles connaissances et compétences sont évaluées.

Coordonnées X  
  • Ens. général et technologique

    63, rue des Martyrs - 75009 Paris

    contact-telephone-picto01 48 78 55 17
    logo-fax 01 48 78 74 96

    ce.0750671x@ac-paris.fr


    Enseignement professionnel
    X  

     24, rue Duperré - 75009 Paris

    contact-telephone-picto01 48 74 61 43
    logo-fax 01 48 74 54 11

    ce.0750671x@ac-paris.fr

Liens utiles X