Le tango reprend pour une classe de 5ème

Pour la troisième année, les élèves de Besson, les 5ème1, qui bénéficient d’une initiation précoce à l’espagnol, vont également  pratiquer le TANGO avec leur enseignante de langue et surtout avec l’association TangoCité représentée par Francine LOISEAU, Rémi ESTERLE danseur, artiste, champion de France de Tango 2014 et excellent pédagogue, Mourad Hakmi ethnologue et spécialiste de la culture Tango pour EthnoART… Un encadrement de qualité pour de futurs tangueros.

Nous pousserons les tables et empilerons les chaises tous les mardis pour créer l’espace d’un bal où six couples apprendront à marcher ensemble jusqu’en juin 2015.

 Réflexions, pratique, ethnologie … Le Tango, un support artistique pour réfléchir sur sa relation à l’autre avec des enseignements émaillés de mots espagnols… El abrazo … La milonga… El gancho… El adorno… Et surtout un voyage dans le temps et l’espace pour revenir ici et maintenant.

 



Première séance d’ethnologie avec Mourad Hakmi d’EthnoArt.

Mardi 23 septembre 2014

 Mourad fait connaissance avec les 5ème1.  Mourad sait guider les élèves et improviser des échanges qui enrichissent la réflexion du groupe. Très vite après les premières présentations, les remarques et questions fusent, les élèves ont été sommés de prendre leur cahier d’espagnol pour prendre des notes.

 - Je ne sais pas danser !

 Mourad : ça s’apprend, l’idée c’est que vous donnerez des informations sur vos impressions et je vous donnerai des informations sur l’histoire du Tango. C’est une danse qui permet d’exprimer des émotions et qui se danse à deux. On parle parfois de danse de « couples » mais avec des guillemets. Faut-il être amoureux pour danser à deux ?  

-       Non ! le Tango c’est pas comme la valse, la valse c’est pour les amoureux.

-       Le Tango, c’est une danse pour la fête !

-       Elle est traditionnelle, rythmée !

Mourad : Je vais vous parler des origines du Tango. Cette danse est née en Argentine et en Uruguay, à Buenos Aires et à Montevideo. Ces deux villes sont séparées par un fleuve. Le Tango s’est développé de part et d’autre du fleuve.

 - A la Villette, tous les soirs, il y a du Tango. Vous savez danser Monsieur ?

 Mourad : Non, mais j’apprécie cette danse, elle m’intéresse, pour moi c’est un sujet d’études.

-       Monsieur, moi j’ai peur de danser.

-       Le Tango, c’est trop collé

Francine Loiseau : vous apprendrez de façon progressive, en position ouverte, en respectant une distance entre vous, en commençant par « el abrazo simétrico ». Comme ça, vous ne vous marcherez pas sur les pieds.

Mourad : Je vais vous montrer un extrait d’un documentaire qui s’intitule NOSOTROS dans lequel on voit des couples en situation de bal. Observez bien…

 Tango 2014 1

-       Ils ne dansent pas, ils marchent en vrai !

-       L’homme fait des croches pattes et la femme esquive.

-       C’est lent…

-       Ils sont collés…

 Mourad : oui, c’est lent, mais la lenteur… ça exprime quelle émotion ?

-       De la tristesse

 Mourad : oui, exactement et de la nostalgie. C’est quoi au juste la nostalgie ?

 -       C’est quand on repense au passé…

 Mourad : Oui…Dans cet extrait, c’est lent, mais le Tango c’est comme le Hip Hop, il y a plusieurs types de Tangos, ça dépend de la musique. Et, vous avez vu au plan suivant, dans le montage, le cavalier…

-       Oui, les couples ont changé.

 Mourad : Exactement, le Tango est avant tout une danse d’improvisation, il y a des pas de base, mais le principe de base c’est qu’on improvise avec des danseurs différents.

 -       Dans le film, ils tournent en rond, ils sont dans un cercle.

 Mourad : Oui, c’est l’une des règles du bal ; tout le monde va dans le même sens.

 -       Comme à la patinoire ! Monsieur, est-ce que les duos seront mixtes ?

 Mourad : Et bien justement, je vais vous montrer Los hermanos Macana. Ce sont des frères qui ont l’habitude de danser ensemble et qui pratiquent, non pas le Tango de bal, mais le Tango de scène avec des chorégraphies plus ou moins improvisées. C’est quoi une chorégraphie ?

 -       C’est une mise en scène de danse.

Tango 2014 3

-       Ils sont classes, on dirait des mafieux. Est ce que nous, on va faire comme eux ?

 Mourad : Ce que vous voyez là, ce sont des figures de chorégraphie professionnelle. Qu’est ce qui change par rapport à l’extrait précédent ?

 -       Le rythme.  C’est plus rapide.

Mourad : Oui. Et là les deux hommes se dirigent tout seuls. Dans les rues de New York. Ils aiment beaucoup faire ça. Ils changent de rôle guideur/ guidé. D’ailleurs plutôt que de couple, on parle  de guideurs/ guidés. Le Tango des frères Macana, dégage quel type d’émotion ?  C’est plus joyeux. Certains Tango sont lents, tristes, rapides, joyeux. L’intérêt du Tango lent, c’est qu’il est plus facile à apprendre. Le Tango peut se danser entre hommes, entre femmes, entre hommes et femmes.

 Francine Loiseau : Il existe trois types de Tango, la valse Tango, la Milonga, le Tango classique. Historiquement, la Milonga est à l’origine du Tango, c’est plus joyeux.

 

-       On va se marcher dessus…

 Mourad : justement, on apprend à éviter ça, on apprend un bon sens de l’équilibre, on se centre bien et on apprend à faire attention à l’autre, à être précis. On apprend des pas et on les enchaîne ensuite à son envie quand on se sent plus à l’aise. Dans l’extrait suivant, les frères Macana dansent une Milonga « Las reliquias portenas ».

 (Suivre ce lien pour le visionnage)

 -       Ils jouent avec la musique, on dirait qu’ils s’amusent.

Mourad : oui, c’est l’idéal, on voit du plaisir dans leur danse, un plaisir partagé. Qu’est ce qu’on regarde quand on danse ? Le regard est dans le vague. Vous verrez, l’idée, c’est d’être concentré et l’attention est portée sur les sensations. Entre les frères Macana, il y a une complicité qui leur permet de donner libre cours à  leur fantaisie. Ils se tapent sur le dos pour changer de rôle.

On revient à l’histoire du Tango, vous allez voir des images d’archives qui datent des années 1930, tirées de NOSOTROS.

 

Tango 2014 2

 

Mourad : C’est qui ces gens sur le paquebot ? ..Des immigrés. Le narrateur parle de son grand-père arrivé en 1930 à Buenos Aires. Certains immigrés rejoignaient de la famille, d’autres se retrouvaient seuls. Pourquoi sont-ils partis ?

-       Pour fuir la guerre

-       Pour aller en vacances

-       Pour les papiers

-       Pour travailler

 Mourad : oui, pour travailler, car dans leur pays ils n’arrivaient plus à gagner leur vie. Le Tango a  été inventé par des immigrés. Tous ces gens ne parlaient pas la même langue, mais ils avaient le même rêve, ils espéraient un avenir meilleur, un lopin de terre…On leur avait fait des promesses. Ils arrivaient plein d’illusions. L’Argentine faisait venir des gens de France, d’Espagne, d’Italie, d’Allemagne. Tous ces gens se sont mélangés, c’est ce qu’on appelle le métissage. Le Tango est une danse et une musique métisse.

 

C’est la sonnerie. Merci! Mourad reviendra début décembre. Le 30 septembre, les 5èmes1 commenceront la pratique du Tango avec Rémi Esterlé, leur professeur de danse, Francine Loiseau directrice de TangoCité et leur professeur de langue.

¡Vamos !