Bonjour,

en raison d'une opération de maintenance, les contributions sur les sites Web d'établissements, d'écoles, de circonscriptions et les Cybercarnets seront momentanément indisponibles le mardi 27 octobre de 9h30 à 12h.

La consultation de ces sites ne sera pas impactée (les accès en lecture restent opérationnels).

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

La DSI

J'ai compris !

Un site historique

UN SITE HISTORIQUE

 

La légende de Saint-Denis

Denis, évêque vers la fin du IIIème siècle, est envoyé par l’autorité pontificale

pour évangéliser la Gaule.

Martyrisé par les Romains, il est décapité sur la butte Montmartre

pour ne pas avoir consenti à renier son dieu.

Il aurait continué à marcher en tenant sa tête entre ses mains jusqu’à ce qu’il tombe.

A cet endroit, on construisit en son honneur la basilique de Saint-Denis.

 

DSCN1662

Vitrail du CDI

Près des lieux du supplice, le tombeau de Saint-Denis, inexplicablement vide,

a sans doute donné corps à la légende.

L’emplacement est, aujourd’hui, la croisée des rues des Martyrs et Yvonne Le Tac

où il est profondément enfoui.

 

La construction de l’abbaye

En 1133, le roi Louis VI le Gros, cédant aux instances de sa femme Adélaïde de Savoie, résolut d’installer à Montmartre un monastère de femmes.

L’abbaye se développa ; elle devint une des plus importantes et des plus riches du royaume.

 

L’ordre des Jésuites

Né d’une famille  noble d’Espagne, Ignace de Loyola gravit avec ses six compagnons les pentes de la butte Montmartre, le 15 août 1534, et demanda asile à l’abbaye.

Quand ils furent installés, Ignace de Loyola fonda l’ordre des Jésuites

qui se consacra au service de Dieu.

 

P1060130

Fresque du CDI

 

La Révolution

Il ne resta rien de l’abbaye après la révolution : elle fut profanée et pillée,

ses religieuses furent dispersées à la fin de 1790.

On ferma le Martyrium et le monastère.

Tous ses bâtiments furent rasés, avec sa chapelle et ses deux cryptes légendaires.

 

La Situation actuelle

Sur cet emplacement, en 1887, les Dames auxiliatrices du Purgatoire firent relever l’austère façade du monastère et reconstruire la chapelle avec sa crypte qui sont encore visibles.

Maintenant à côté de la chapelle, se dresse une école depuis 1934.

Madame Yvonne Le Tac a dirigé cette école jusqu’en 1938, date de sa retraite. Elle s’est illustrée dans la Résistance pendant l’occupation allemande de 1940 à 1945.

 

Notre collège s’est installé dans ces locaux

et a pris le nom de madame Yvonne Le Tac.

 

 

Yvonne

Biographie d’Yvonne Le Tac

disponible au CDI