▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Assistants d'éducation (AED)

mis à jour le 10/06/14

Les assistants d'éducation exercent des fonctions d'assistance à l'équipe pédagogique et peuvent, sous la direction des autorités chargées de l'organisation du service, se voir charger des missions suivantes dans les établissements des premier et second degrés (écoles, collèges, lycées et EREA)

  • surveillance et encadrement des élèves
  • encadrement des sorties scolaires
  • animation de la bibliothèque ou du centre de documentation et d’information
  • accès aux nouvelles technologies
  • aide à l'étude et aux devoirs
  • aide à l'encadrement et à l'animation des activités culturelles, artistiques et sportives
  • aide aux dispositifs collectifs d'intégration des élèves handicapés (pour les AVS-CO)
  • appui au personnel enseignant pour le soutien et l'accompagnement pédagogique aux élèves en difficulté (pour les assistants pédagogiques)

Comment faire acte de candidature ?

Les candidats à un poste d'assistant d'éducation dans l'académie s'inscrivent obligatoirement en ligne sur le serveur SIATEN (système d’information des agents temporaires de l’éducation nationale).

Attention

Lorsque vous saisissez votre état-civil, vous devez entrer un mot de passe personnel. Conservez ce mot de passe ainsi que le code d'accès délivré pendant la procédure d'inscription afin de pouvoir vous reconnecter ultérieurement et vérifier votre dossier.

Il est, en outre, conseillé d’adresser une lettre de motivation accompagnée d'un C. V. et de la copie des diplômes aux établissements (collèges et lycées) de votre choix pour le second degré

Qui peut-être candidat ?

Les candidats doivent remplir les conditions suivantes :

  • être titulaire du baccalauréat (ou d'un titre ou diplôme de niveau IV) pour les fonctions hors assistance pédagogique
  • pour les fonctions d’assistant pédagogique : un diplôme BAC+2 (ou d'un titre ou diplôme de niveau III) est exigé. Ces personnels sont recrutés prioritairement parmi les étudiants se destinant aux carrières de l'enseignement.
  • être âgé de 18 ans révolus pour exercer en internat

Quelles sont les conditions de recrutement ?

(conditions applicables à tous les agents non-titulaires de l'Etat)

  • Jouir de ses droits civiques
  • Posséder un casier judiciaire vierge ou portant des mentions compatibles avec l'exercice des fonctions postulées
  • Posséder les conditions d'aptitudes physiques requises (une visite médicale auprès d’un médecin agréé est obligatoire durant la période d’essai)
  • Les agents du premier degré sont recrutés par une commission départementale composée d'un inspecteur de l'éducation nationale, chargé de circonscription, d'un conseiller pédagogique et d'un directeur d'école : les candidatures des étudiants boursiers sont privilégiées.
  • S’agissant du second degré, le choix des candidats est effectué par les chefs d’établissement.

Qui est l'employeur ?

Deux situations peuvent se présenter :

  • Recrutement dans un établissement du premier degré

Les assistants d'éducation qui exercent leurs fonctions dans les établissements du premier degré ont pour employeur le collège Janson de Sailly, 106 rue de la Pompe, 75016 Paris.Les services administratifs de cet établissement établiront le contrat d’embauche et assureront le suivi du dossier administratif de l’agent.Durant l’exercice de leurs fonctions, les assistants d’éducation sont placés sous l'autorité fonctionnelle du directeur d'école.

  • Recrutement dans un établissement du second degré

Les assistants d’éducation qui exercent leurs fonctions en lycée, collège ou EREA ont pour employeur le chef d’établissement qui a procédé au recrutement, a établi et signé le contrat de travail.

Le suivi administratif du dossier de l’agent est assuré par l’employeur.

Quelles sont les conditions d'emploi ?

Les assistants d'éducation bénéficient d'un contrat de droit public à durée déterminée, d'une durée maximale de 3 ans, renouvelable dans la limite d'un engagement total de 6 ans. En fonction des contraintes d'organisation des établissements ou des candidats eux-mêmes, les contrats peuvent être d'une durée inférieure.

Dans l’académie de Paris, la plupart des contrats sont établis pour une année scolaire.

  • période d'essai : 1/12ème de la durée du contrat
  • durée annuelle du travail : 1607 heures pour un service à temps complet
  • quotité de service : temps complet ou incomplet (définie en fonction des besoins de chaque établissement)
  • période annuelle d'exercice : de 39 à 45 semaines.

De manière générale, les établissements de l’académie de Paris organisent le temps de travail des assistants d’éducation sur une période de 39 semaines pour tenir compte des plages de fermeture liées aux congés scolaires :36 semaines seront effectuées en présence des élèves et le complément le complément est assuré durant les congés scolaires.

Cas particulier des assistants pédagogiques

Leur temps de travail se répartit sur une durée maximale de 36 semaines. Ils sont recrutés pour un service qui ne peut excéder un mi-temps. Un temps de préparation est inclus dans le temps de travail de l'agent (dans la limite de 100 heures à déterminer avec le chef d'établissement.

Les droits à la formation

  • Adaptation à l'emploi

Les assistants d’éducation, les assistants pédagogiques et les auxiliaires de vie scolaire collectifs bénéficient d'une formation d'adaptation à l'emploi dont les modalités sont déterminées par l’académie.

  • Crédit d'heures

Il a pour objectif de mieux concilier la poursuite d'études supérieures ou une formation professionnelle et les fonctions d'assistant d'éducation. Il s'impute sur le temps de travail.

La demande d'attribution d’un crédit d’heures est soumise à l'employeur dès le début de l'année scolaire, au regard de l’organisation du service. Les pièces justifiant la demande doivent être présentées (attestation d’inscription universitaire ou de l’organisme de formation, volume annuel de la formation, participation obligatoire à des stages, etc.).

Ce crédit est accordé dans la limite de 200 heures pour un temps complet et de 12% de la quotité de service rémunérée pour un temps incomplet.

 La rémunération

La prise en charge de la paie de l’ensemble des assistants d'éducation, des AVS-CO, des assistants pédagogiques est assurée par un service mutualisateur rattaché au Lycée Rabelais, 9 rue Francis de Croisset, Paris 75018.

Le traitement des assistants d'éducation est calculé par référence à l'indice nouveau majoré 283 (au 1er janvier 2014 : rémunération brute mensuelle pour un temps complet : 1 488.66 euros).
Les assistants d'éducation peuvent percevoir le supplément familial de traitement.

Toutes les informations de nature à avoir une incidence sur la rémunération doivent être portées à la connaissance de l'employeur qui se chargera de les transmettre au service paie.

Où se renseigner au rectorat ?

L'ensemble du dossier des EVS et AED du 1er et 2d degré est géré par le Bureau de l'assistance éducative et des contrats aidés (BACA)

Vie professionnelle

Aide au retour à l'emploi

Démarche à effectuer pour obtenir une indemnisation

  • Vous êtes en rupture de contrat, vous devez impérativement vous inscrire comme demandeur d'emploi auprès du Pôle Emploi de votre domicile (ou sur le site pôle-emploi.fr) dès le premier jour qui suit la fin du contrat.
  • Pour valider cette inscription vous devez communiquez au Pôle Emploi "l'attestation employeur" qui vous a été délivrée par votre gestionnaire, cette attestation doit vous être remise à chaque fin de contrat et ce, quelle que soit la durée de la période travaillée.

Cette date d'inscription est le point de départ de l'étude du dossier.

L'absence d'inscription au Pôle Emploi interdit tout paiement d'allocation chômage.

Condition d'affiliation

  • Etre inscrit comme demandeur d'emploi
  • Avoir travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures - environ 4 mois) au cours des 28 derniers mois

Les 122 jours de travail (610 heures) ne sont pas nécessairement continus.

Le travail peut avoir été effectué chez un ou plusieurs employeurs.

Toutes les périodes de travail sont prises en compte, à l'exception de celles ayant déjà donné llieu à une indemnisation par l'assurance chômage.

Les périodes de suspension du contrat de travail sont retenues à raison d'une journée d'affiliation par jour de suspension (ou 5 heures de travail par journée de suspension).

Les périodes de formation professionelle peuvent être assimilées à du travail dans certaines limites

Exemple :

Pour une affliliation de 182 jours de formation et 90 jours de travail, la période de formation est assimilée à hauteur des 2/3 des 90 jours, soit 60 jours. L'affiliation est donc de 90 + 60, soit 150 jours.

  • Etre involontairement privé d'emploi

La démission du dernier emploi ou d'un emploi autre que le dernier, dès lors que l'activité reprise est inférieure à 91 jours (environ 3 mois), ne permet pas le versement des allocations de chômage parce qu'elle place le salarié en situation de chômage volontaire.

Cependant, certains dépats volontaires sont considérés comme légitimes et ouvrent droit à indemnisation (ex : départ volontaire pour suivre le conojoint qui change de domicile pour exercer un nouvel emploi).

Toutefois, le départ volontaire ne constitue pas un obstacle définitif à l'indemnisation. En effet, au terme d'un délai de 121 jours (environ 4 mois), à la demande de l'intéressé, l'instance paritaire régionale (IPR) pourra, après étude du dossier, accorder le versement des allocations si elle constate que l'intéressé a rellement accompli des efforts pour retrouver un emploi.

  • Etre physiquement apte à l'exercice d'un emploi

L'inscription sur la liste des demandeurs d'emploi suffit pour satisfaire à cette condition.

  • Etre à la recherche effective et permanent d'un emploi

La recherche d'un emploi s'effectue dans le cadre du projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE).

L'absence d'actes positifs et répétés de recherche d'emploi, ou sauf motif légitime le refus d'élaborer ou d'actualiser le PPAE, l'absence de réponse à une convocation, le refus à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi, peuvent entraîner la radiation de la liste des demandeurs d'emploi, la réduction ou la suppression temporaire ou définitive des allocations chômage.