Rencontre au théâtre avec Élisabeth Bouchaud, la reine (en blouse) blanche

La DAAC a eu l’immense plaisir de rencontrer Élisabeth Bouchaud au théâtre de la Reine Blanche, illustre physicienne, comédienne, autrice, metteure en scène et directrice de théâtre.

Interview Métiers :  vocation comédienne et physicienne

Cursus/formation :  Diplôme d’ingénieur à l’École centrale Paris+thèse de doctorat + comédienne au conservatoire de Sceaux

Pour réaliser l’interview, il a fallu gravir les marches jusqu’au sommet où se cache le bureau d’Élisabeth. Discret et original à la fois, il dénote par la couleur orangée et chatoyante du mur et ce divan rouge qui vous invite à la confession. Mais cette fois, c’est Élisabeth qui se prête volontiers au jeu des questions. Elle nous accueille avec une chaleur et une spontanéité qui nous enveloppent instantanément. On est loin de l’image austère de Marie Curie, dont le portrait trône solennellement dans la pièce et semble nous scruter.

Sortir du cadre

Née en Tunisie, Élisabeth arrive en France à l’âge de 3 ans et demi et tombe amoureuse de la langue française qu’elle fait sienne aussitôt. Brillante élève, elle a une soif d’apprendre qu’elle assouvit aussi bien dans les sciences que la littérature et le théâtre où elle endosse très tôt des rôles masculins comme celui de Scapin ou Trissotin pour faire un pied de nez aux traditions.
« Sortir du cadre » patriarcal et professionnel comme elle le dit, s’impose comme une nécessité vitale.
Elle obtient son premier prix d'art dramatique au conservatoire de Bourg-la-Reine/Sceaux en 1989 et commence à écrire des pièces parallèlement à sa carrière scientifique (portrait ci-contre).
La Tragédie de Médée sera mise en scène à Cambridge (Royaume-Uni) et À contre-voix, interprétée au Festival d'Avignon Off et adaptée en anglais au Grace Theatre de Londres.

Ci-dessus, Élisabeth dans le rôle de Lise Meitner dans "Exil intérieur", premier épisode de la série  "Flammes de science", qu'elle a écrite. Dans la deuxième pièce "Le paradoxe des jumeaux", co-écrite avec Jean-Louis Bauer, elle incarne Marie Curie avec le comédien Karim Kadjar qui joue Paul Langevin.

Des rôles sensibles et sensés sur mesure

Élisabeth poursuit une brillante carrière en tant que physicienne jusqu’en 2014 puis décide de réaliser son rêve au théâtre de la Reine Blanche en 2015 qu’elle transforme en "scène des arts et des sciences". Elle y mène de front ses rôles de directrice de théâtre, comédienne, autrice et metteure en scène.
Spécialiste de la mécanique des ruptures qui aurait pu lui inspirer une pièce de théâtre sur les relations amoureuses, Élisabeth a choisi d’incarner des figures inspirantes et énigmatiques.
Qui mieux qu’elle peut en effet endosser le rôle de Marie Curie, une physicienne et fille d’immigrés comme elle, soupçonnée d’avoir une liaison avec le physicien Paul Langevin et soumise à la vindicte populaire ? C’est le pari relevé avec brio par la comédienne.

Une scène des Arts & des Sciences inédite à Paris

Le théâtre de le Reine blanche propose une programmation hybride unique convoquant les domaines de la culture scientifique, de l’art et de l’histoire. L'acteur y devient passeur de sciences et les rend accessibles à tous, démontrant que cette discipline est aussi un vecteur d’ascension sociale. Ces pièces de théâtre scientifiques peuvent être abordées par les enseignants en interdisciplinarité pour transmettre le goût des sciences aux élèves par la voix et la voie artistique. La série théâtrale « Flammes de Science » met notamment en lumière des femmes scientifiques méconnues dont les travaux ont été récupérés à tort par leurs collègues masculins.

Invitation pour les enseignants

Vous êtes invités à assister à 2 représentations au théâtre de la Reine Blanche :

  • « Les petits chevaux, une histoire d'enfants des Lebensborn » qui traite les questions d’identité, d’histoire et d’eugénisme dans les camps de maternité nazis.
    Dates : 10 et 12 février à 19H00.
  • « Ce qu'il faut dire »  qui questionne les rapports de domination entre l’Afrique et l’Occident et le dialogue entre les bourreaux et les victimes. Dates : 21 et 23 février à 21H00.

D’autres invitations sont à venir pour les pièces scientifiques dans le cadre de la saison « Flammes de Science » à découvrir au théâtre de la Reine Blanche du 27 mars au 9 juin.

Réservation aux adresses suivantes en précisant DAACPARIS dans l’objet du message :
Anne-Gaëlle Demarçaigne billetterie@scenesblanches.com et
clement.maturin@scenesblanches.com


Retrouvez toute l’actualité du théâtre sur le site

Pour en savoir plus sur les sciences, vous pouvez  vous inscrire aux nombreux événements et conférences organisés à Paris dans le cadre de l’année de la physique.

Mise à jour : janvier 2024