Bandeau

La technologie est un accélérateur – L’école doit maintenir la vertu de la sagesse (revu)

Vignette technologie Sagesse Introduction à la Journée académique "L’école maternelle numérique"
Par Eve Leleu-Galland, publié en juin 2012

Constats

Les constats du rapport de l’Inspection Générale (octobre 2011) rappellent que l’école maternelle sert d’abord des finalités éducatives et doit rendre service à la collectivité nationale en termes de qualité d’accueil, d’étayage éducatif dans un cadre de prise en charge collectif, en veillant à faire du temps d’école un moment riche d’offres cognitives et culturelles, le centre de ses missions est le développement du langage, apprendre à parler pour apprendre à penser.

En France, elle est une forme de prise en charge originale pour l’éducation des jeunes enfants.

Aujourd’hui elle a besoin qu’on lui redonne du dynamisme, l’impulsion qui lui permette d’être à la fois un lieu d’accueil et d’éducation pour de jeunes enfants et un espace d’apprentissages premiers spécifiques.

Principes pour orienter son action

Des principes doivent orienter son action pour :

  • inverser la logique actuelle et penser le cursus de l’école maternelle selon une approche progressive qui s’accorde au développement de l’enfant et le stimule, en partant donc du plus jeune âge ;
  • délaisser une conception régressive qui met l’école maternelle au service de l’école élémentaire en la conduisant à adopter prématurément sa forme scolaire ;
  • favoriser les apprentissages de tous les enfants en personnalisant leur parcours, en veillant à développer chez chacun la confiance en ses potentialités et à mobiliser le soutien de ses parents ;
  • améliorer la professionnalité de tous les acteurs qui font l’école maternelle ; enseigner à l’école maternelle relève d’une action spécifique. Une formation ciblée et une information régulières sur les démarches et les projets sont essentielles pour aider les enseignants à évoluer dans leurs pratiques professionnelles. .

Domaines d'activités à prendre en compte

Parmi tous les domaines d’activités offerts aux enfants tous les jours il convient de porter une attention à ceux dans lesquels les enfants pratiquent, produisent, expérimentent, cherchent et s’exercent ; ce ne sont pas des « performances » qui sont attendues mais l’expérience d’activités régulières par lesquelles les enfants acquièrent des habiletés et des connaissances décisives comme bases des apprentissages dits fondamentaux et essentielles pour enrichir le développement.

A l’école maternelle, comme dans les autres niveaux de l’école, les TICE sont des outils à mettre au service de tous les apprentissages ; ils ne remplacent en aucun cas les autres instruments du travail scolaire. Au service de l’appropriation du langage et de la découverte de l’écrit, ils sont pour les élèves une modalité complémentaire pour découvrir, produire, communiquer, ex­périmenter, simuler, s’entraîner... L’usage adapté des TICE laisse une place aux apprentissages corporels et sensori-moteurs nécessaires aux jeunes enfants pour se construire.

Intégrer dans le travail pédagogique une éducation aux médias et une culture de l’information prend son sens dans les enjeux de la société du XXIe siècle. Il s’agit d’un enjeu de civilisation fort pour l’espace d’éducation et de culture qu’est l’école ; il faut savoir comment donner une dimension humaniste à la logique numérique, comment répondre aux besoins d’équité par rapport à l’accès au numérique et au partage de l’information.

Trois types d’approches relèvent d’un apprentissage scolaire :

  • savoir apprendre - savoir chercher – valider de l’information – réaliser des tâches
  • savoir apprendre en co-construction – utiliser une méthode inductive
  • développer des conduites autonomes et responsables, prendre conscience de ce qui s’apprend ;

Elles reposent sur des paramètres comme :

  • le conflit socio-cognitif-le travail de compréhension
  • le développement d’une créativité
  • l’application d’un esprit critique
  • la référence à des valeurs citoyennes-le développement de formes spécifiques de communication, espaces et temps sont mis en jeu pour une compréhension interculturelle-une consultation raisonnée et raisonnable

Les activités scolaires avec les TICE visent le développement de compétences spécifiques, instrumentales, cognitives et axiologiques, basées sur la réflexivité et toutes sortes d’opérations mentales et techniques qu’on retrouve dans la production de données, la résolution de problèmes, la gestion de contenus, la mise en commun de ressources…

L’ interaction et l’interactivité sont accrues, les élèves sont invités à adopter des comportements d’utilisateurs contributeurs de contenu et producteurs d’information.

Sur les écrans, cohabitent la culture de l’écrit et la culture de l’image, des images fixes et animées. A l’école, il s’agit de compléter la culture alphabétique basée sur le langage et la réflexion par la maitrise d’une culture visuelle, basée sur le calcul et l’action. Les médias numériques, et leur langage, doivent être appréhendés comme des artefacts cognitifs, les lignes de partage entre fiction et information sont précisées. A l’école, le groupe s’appuie sur l’intelligence collective qui vient enrichir l’intelligence individuelle ; la collaboration, la mise en mémoire de données aident à la prise de distance vis-à-vis des connaissances.

Il existe de nombreuses ressources logicielles pour la classe :

  • logiciels spécifiques pour écrire, pour dessiner ;
  • logiciels de production (individuelle, collective)
  • supports documentaires et livres animés sur CD-Rom, pour diversifier les occa­sions de rencontres avec l’écrit et l’image ;
  • logiciels pour s’exercer, s’entraîner (appropriation, exercices…)
  • logiciels de présentation assistée par ordinateur (fabrication d’écrits, diapora­mas, compte rendus de visites, cahiers et livres de vie, albums de photos …)
  • navigateur pour l’accès au web (partage, projets de recherche documentaire, correspondances….). (Voir ressources sur CD académique et apports de M. Denis Desjour.)